•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un protecteur de la forêt amazonienne tué par des bûcherons illégaux

Un homme couvert de maquillage noir sort d'un puits.

Certains groupes autochtones de la forêt amazonienne se disent de plus en plus menacés par les bûcherons et les éleveurs de bétail.

Photo : Reuters / Ueslei Marcelino

Radio-Canada

Les autorités brésiliennes affirment qu'un garde forestier indigène a été tué par balle et un autre blessé dans une embuscade tendue par des bûcherons illégaux en Amazonie.

Les autorités de Maranhao, un état du nord-est du Brésil, ont déclaré samedi que Paulo Paulino Guajajara a reçu une balle dans la tête vendredi soir alors qu’il chassait dans la réserve d'Arariboia.

Il était membre des Guardians of the Forest, un groupe formé pour combattre les bûcherons illégaux de la région.

Le ministre brésilien de la Justice, Sérgio Moro, a déclaré que la police fédérale enquêtait sur cet assassinat. Nous n'épargnerons aucun effort pour traduire en justice les responsables de ce crime grave, a-t-il ajouté sur Twitter.

Un autre autochtone, Tainaky Tenetehar, a été blessé dans l'attaque.

La police brésilienne a déclaré qu'un des bûcherons a également été tué lors d'une fusillade qui a suivi ce drame.

Certains groupes autochtones de la forêt amazonienne se disent de plus en plus menacés par les bûcherons et les éleveurs de bétail.

Un homme boit de l'eau dans une branche d'arbre, dans la forêt amazonienne, de nuit.

Paulo Paulino Guajajara était membre des Guardians of the Forest, un groupe formé pour combattre les bûcherons illégaux de la région

Photo : Reuters / Ueslei Marcelino

L’organisme Survival International, qui défend les communautés isolées, affirme qu'au moins trois gardiens ont déjà été tués, ainsi que de nombreux membres de leur famille.

En septembre, un fonctionnaire qui se battait pour protéger les populations autochtones a été assassiné dans la ville de Tabatinga.

Les incendies utilisés pour défricher l'Amazonie ont fortement augmenté en juillet et en août, ce qui a suscité l'inquiétude de la communauté internationale au sujet d'une région considérée comme essentielle à la lutte contre le changement climatique.

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro.

Le président du Brésil rejette les données indiquant que la déforestation de l'Amazonie a grandement accéléré depuis son élection.

Photo : Reuters / Adriano Machado

L'inquiétude au sujet de la forêt tropicale s'est intensifiée après l'arrivée au pouvoir du président Jair Bolsonaro. Ce dernier a souvent appelé à assouplir la protection dont bénéficient les réserves naturelles et les terres autochtones.

Il a aussi souvent affirmé son soutien aux agriculteurs et aux bûcherons qui travaillent dans la région, tout en critiquant les militants environnementaux et en réduisant le budget de l'agence brésilienne de l'environnement.

M. Bolsonaro affirme qu'un certain développement économique est nécessaire en Amazonie.

Avec les informations de BBC et Associated Press

Protection des écosystèmes

Environnement