•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un colloque pour démystifier les troubles d'apprentissage

Une femme derrière un lutrin de l'école polyvalente Jonquière

Le deuxième Colloque-parents se tenait à l'école polyvalente Jonquière

Photo : Radio-Canada / Thomas Laberge

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Institut des troubles d'apprentissage tenait son deuxième Colloque-parents à l'école polyvalente Jonquière.

Pour de nombreux parents, vivre avec un enfant ayant un trouble d'apprentissage comporte son lot de difficultés.

Marylène Gagné a un fils de 10 ans aux prises avec plusieurs troubles d'apprentissage.

« Mon garçon a une dyspraxie motrice, un TDAH, un trouble d'opposition, un trouble anxieux, un trouble de modulation sensorielle », énumère-t-elle.

Son fils reçoit le soutien de spécialistes à l'école, mais cette aide est insuffisante jugent plusieurs parents croisés lors de ce colloque. L'Institut des troubles d'apprentissage cherche justement à mieux les outiller, en leur permettant de bâtir un réseau d'entraide et en élargissant leurs connaissances sur le sujet.

« L'intention, c'est que les parents puissent assister à des conférences de gens qui font de la recherche scientifique », explique la directrice générale de l'Institut des troubles d'apprentissage, Lucille Doiron.

Au cours des six dernières années, les diagnostics de TDAH chez les élèves du secondaire auraient augmenté de 9 % au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Des chiffres qui font sourciller la psychoéducatrice Gabrielle Sabbagh.

« On a plus de spécialistes dans les écoles. On est beaucoup mieux outillé qu'il y a 30, 40 ans sur ce qu'un enfant bougeant peut bien avoir. On a des outils d'évaluation qui sont de plus en plus performants, donc évidemment on en trouve plus », selon elle.

Plusieurs organismes étaient aussi présents à ce colloque pour faire connaitre leurs services, comme le regroupement des associations PANDA qui viennent en aide aux personne avec un TDAH et leurs proches.

Avec les informations de Thomas Laberge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !