•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dons d’organes : les libéraux veulent légiférer sur le consentement automatique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plan rapproché de M. Fortin.

Le reportage de Mathieu Dion

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le député libéral André Fortin souhaite réformer les normes du don d'organes. Il déposera mardi un projet de loi selon lequel les donneurs seraient présumés consentants, à moins de signifier le contraire dans un registre.

L’idée est de s’inspirer de la Nouvelle-Écosse où la présomption de consentement au don d’organes après un décès sera instaurée d’ici la fin de 2020, une première en Amérique du Nord. « On veut que le Québec se donne tous les outils pour prolonger la vie de ces gens », explique M. Fortin en entrevue à Radio-Canada.

C'est quelque chose qui peut faire une différence. Beaucoup de gens, qui n'ont pas signé leur carte d'assurance maladie, consentiraient peut-être à faire un don d'organes après leur mort.

André Fortin, député du Parti libéral du Québec dans Pontiac

Il insiste toutefois pour que la famille continue d’avoir le « dernier mot », comme la loi le prescrit présentement. À son avis, cette mesure devrait aussi être accompagnée d’une meilleure organisation dans le réseau de la santé. Il faut s’assurer, dit-il, que nos hôpitaux soient prêts à accueillir ces gens.

En effet, la demande pour un prélèvement d’organes d’un proche tout juste décédé peut « donner un choc additionnel ». Ça prend des équipes dédiées à ça. Il déplore au passage la fermeture récente du centre de prélèvement de l’hôpital Sacré-Cœur, un modèle unique en son genre.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a depuis réalloué 1,2 million de dollars à l’élargissement du programme des médecins spécialistes coordonnateurs en don et en transplantation d’organes et de tissus. Ils passeront de 10 à 32, répartis dans plusieurs établissements au Québec.

Le consentement automatique ne semble d’ailleurs pas la voie privilégiée au gouvernement qui en est, dit-on, à mieux structurer la pratique médicale. Appelée à réagir, la ministre Danielle McCann a néanmoins montré un signe d'ouverture. « C’est un autre volet et on est prêt à le regarder certainement, mais on va attendre que le projet de loi soit déposé », a-t-elle indiqué.

André Fortin trouvera davantage d’appuis chez ses collègues du Parti québécois et de Québec solidaire, qui s’y montrent favorables.

Une réflexion inachevée

Oui à une loi un jour, mais pas à n’importe quel prix, répond du tac au tac Sylvain Bédard, deux fois greffé du cœur. Bien connu pour son implication dans la cause des dons d'organes, il est bien placé pour jeter un regard avisé sur ce projet.

Il se souvient bien de l’attente, plus de quatre ans la deuxième fois, dans l’espoir d’obtenir une transplantation, une attente où tu deviens complètement impuissant. Même si le consentement automatique devait augmenter le nombre de donneurs, je ne suis pas sûr que ça me tenterait de recevoir un cœur de quelqu'un forcé à donner ses organes.

Si une loi est implantée avec une éducation au public, aux cliniciens et à tout le système, comme une philosophie et un choix de société, je pense que ça pourrait fonctionner.

Sylvain Bédard, lauréat du Prix Ambassadeur 2019 de Transplant Québec

Mais la littérature scientifique ne permet pas pour l’instant d’appuyer un tel renversement. Il n’y a pas de démonstration faite que le modèle de consentement présumé est meilleur, nuance le directeur général de Transplant Québec, Louis Beaulieu.

Quelques pays dans le monde comme la France ont tenté le coup, avec un succès mitigé; d'autres comme l'Angleterre y travaillent. Au Québec, le taux est d’environ 24 donneurs par million d'habitants. Pour chacun d'eux,  au moins un organe a été prélevé, sans nécessairement avoir pu être transplanté. L'Espagne, où la présomption de consentement existe, atteint 48 donneurs par million.

Louis Beaulieu constate que cette réussite repose plutôt sur un ensemble de « variables déterminantes », soit de « mieux former les professionnels, organiser les services et sensibiliser le public ».

Il reconnaît néanmoins un avantage au consentement automatique en permettant de faciliter la discussion avec les familles. Ce modèle pourrait aider à une forme de normalisation de la conversation entre les équipes médicales et les proches du donneur.

Mathieu Dion est correspondant parlementaire à Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !