•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs régions du Québec menacées par la montée des eaux dès 2030

Maison sur la falaise aux Îles-de-la-Madeleine

Une maison de l'Étang-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine, une zone rongée par l'érosion.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Une étude parue cette semaine a montré que 300 millions de personnes étaient menacées de vivre au moins une inondation chaque année dans le monde d'ici 2050. Mais dès 2030, au Québec, plusieurs zones pourraient être partiellement rayées de la carte.

D’après les chercheurs de Climate Central, les mesures classiques relevées par satellite à la NASA ne parviennent pas à distinguer l’altitude réelle du sol de celle de la cime des arbres ou des bâtiments. Grâce à l’intelligence artificielle, ils affirment avoir réglé ce problème avec leurs nouveaux calculs.

Selon eux, les prévisions qui prévalaient jusqu'à aujourd'hui apparaissent désormais comme trop optimistes.

300 millions de personnes seraient menacées par la montée des eaux, contre 80 millions selon les projections précédentes basées sur les données de la NASA.

La carte interactive de Climate Central (Nouvelle fenêtre) propose différents niveaux de projection, de la plus encourageante à la plus pessimiste, qui couvrent la période allant de 2030 à 2100. Le premier niveau est calculé selon le postulat qu’il n’y aura aucune mesure pour faire reculer la pollution, le second envisage des réductions modérées et le troisième, une baisse rapide et considérable. Climate Central intègre également un facteur chance, mauvaise ou bonne.

Des quartiers de Québec et les îles de la Madeleine en danger

En observant le Québec, plusieurs régions voient leur avenir s’assombrir plus tôt que prévu.

Le long du Saint-Laurent, les inondations submergeront plusieurs îles chaque année, selon l'étude.

Mais c’est le sort des Îles-de-la-Madeleine qui est le plus inquiétant, au vu des prévisions de Climate Central. D’après l’organisme, plusieurs villages seront engloutis chaque année dès 2030, même selon les pronostics les plus optimistes.

C’est le cas de Havre-Aux-Maisons, ou d’Havre-Aubert, notamment. La réserve nationale de la faune de la pointe de l’Est ne survivra pas non plus. En 2100, l’aéroport des îles sera sous l’eau, tout comme la Réserve nationale de la pointe de l’Est.

Des maisons, du foin, des falaises rouges des Îles-de-la-Madeleine.

Une partie de l'île du Havre-Aubert pourrait être submergée annuellement, selon l'étude de Climate Central.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Dans la région de Québec (Nouvelle fenêtre), même les projections les plus optimistes de Climate Central indiquent que plusieurs quartiers seront sous les eaux chaque année d’ici 2030, contrairement aux mesures précédentes. Le Vieux-Québec-Montcalm n’y échappe pas, tout comme une bonne partie de Limoilou. D’ici 2100, le quartier Vanier serait aussi inondé, alors que Saint-Roch se retrouverait partiellement sous les eaux, sauf si la pollution diminue.

Les quartiers de Limoilou et de la Pointe-à-Carcy sont en colorés en orange sur la carte.

Selon les prédictions pessimistes de Climate Central, si la pollution ne diminue pas d'ici 2030, la ville de Québec verra plusieurs de ses quartiers inondés chaque année d'ici dix ans. En rouge, les zones touchées d'ici 2030.

Photo : Climate Central

Plus au nord, Sainte-Anne de Beaupré est également menacée.

Une carte de Québec et de Lévis

Selon les chiffres relevés par la NASA, la ville de Québec n'était que peu inquiétée par la montée des eaux. En rouge, voici les zones qui seraient inondées chaque année d'ici 2030, d'après les chiffres présentés avant ceux de Climate Central.

Photo : Climate Central

En Mauricie, également, la zone menacée s’étend. Bécancour, l’île aux Castors et la Réserve mondiale de la biosphère du Lac-Saint-Pierre seront inondés chaque année.

S’il n’y a pas de changement significatif, les rives de l’île d’Orléans seront un peu plus grignotées par les flots chaque année. Seule une petite partie de l’île Madame subsistera. Même cas de figure à Grosse-Île, ou encore à l’Îsle-aux-Grues.

À Saguenay, l’arrondissement de la Baie sera partiellement inondé d’ici 2030, tout comme la zone portuaire de Chicoutimi.

Le Grand Montréal est relativement épargné. Seules l’île Grosbois, une partie de l’île Bouchard et des îles de Contrecœur seraient submergées chaque année.

Dans le Nord-du-Québec, le sanctuaire des oiseaux de la baie d’Hannah sera rayé de la carte d’ici 2030, quelles que soient les projections.

Ailleurs au Canada, une partie importante de la côte du Nouveau-Brunswick est menacée, plus ou moins sévèrement selon les prédictions. La Colombie-Britannique, avec notamment le Grand Vancouver, sera particulièrement touchée.

Pollution

Environnement