•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'un des plus grands parcs éoliens du Canada dans une communauté autochtone

Une demi-douzaines d'éoliennes se dressent parmi des arbres.

Les 87 éoliennes de la Première Nation de Henvey Inlet sont les plus grandes en Amérique du Nord, à 130 mètres de hauteur. Les pales mesurent 80 mètres de long.

Photo : CBC / Erik White

Jean-Loup Doudard

La Première Nation de Henvey Inlet, située à 325 kilomètres au nord de Toronto, a ouvert le plus grand parc éolien — à une phase — du Canada sur les berges de la baie Georgienne.

Là où ne s’aventuraient autrefois que des pêcheurs et des tortues d’eau douce se dressent maintenant 87 éoliennes. À 130 mètres de haut, ce sont les plus grandes en Amérique du Nord.

La tête d'une éolienne en mouvement.

Les pales de cette éolienne mesurent 80 mètres de long.

Photo : Radio-Canada

Les pales des turbines tournent presque sans arrêt grâce aux vents en provenance du lac Huron. Environ 300 mégawatts peuvent être ainsi produits par jour, de quoi alimenter 100 000 foyers de la région.

D’être ici aujourd’hui et de voir ces turbines tourner... c’est monumental!

Pat Brennan, conseiller, Première Nation de Henvey Inlet

Après 10 ans d’études de faisabilité et d’impact environnemental, la communauté s’est alliée à la compagnie américaine Pattern Energy pour construire ce parc sur ses terres ancestrales.

Plus de 1000 personnes ont travaillé à la construction de ce projet depuis 2017, y compris des membres des Premières Nations environnantes.

Les coûts de construction ont été entièrement assumés par les deux partenaires sans aucune subvention gouvernementale, souligne Frank Davis, responsable des opérations canadiennes de Pattern Energy.

La communauté autochtone a toutefois dû emprunter 500 millions de dollars à la Banque mondiale pour financer ce projet.

Un partenariat nouveau genre

Une bonne partie des 160 habitants de la réserve de Henvey Inlet vivent sous le seuil de la pauvreté. C’est pourquoi le conseil de bande a voulu créer une source fiable de revenus.

Un homme se tient debout dans une clairière enneigée.

Pat Brennan est conseiller au conseil de bande d'Henvey Inlet depuis 7 ans.

Photo : CBC / Erik White

La communauté a d’abord tenté d’approcher les gouvernements fédéral et provincial, mais les obstacles étaient monumentaux, selon Pat Brennan. Henvey Inlet a donc signé un partenariat à 50-50 avec Pattern Energy.

C’est un vrai partenariat à 50-50. Nous partageons les décisions de gouvernance à 50-50, et bien sûr 50-50 des profits et des coûts.

Frank Davis, responsable des opérations canadiennes pour Pattern Energy.

La Première Nation s’attend à engendrer 10 millions de dollars en profits par année, de quoi largement renflouer les caisses de la communauté. Le conseil de bande compte établir une fiducie de revenu pour assurer un fonds d’éducation pour les jeunes de la communauté.

Notre but principal est d’améliorer la qualité de vie de la communauté, dit Pat Brennan.

Un bâtiment administratif autochtone enneigé.

Il n'y a pas de bâtiment à usage récréatif dans la Première Nation de Henvey Inlet. C'est pourquoi le conseil de bande veut utiliser les profits du parc éolien pour construire un centre communautaire.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Le conseil de bande compte également construire un centre communautaire muni d’une piscine et d’un gymnase ainsi qu’une suerie, mieux connue sous le nom de sweat lodge.

Construction controversée

Bien que le conseil de bande se réjouisse aujourd’hui de ce projet, la compagnie Pattern Energy s’est attiré les foudres des résidents en été 2018.

Le feu Parry Sound 33, qui a ravagé 11 300 hectares et a forcé l’évacuation de la Première Nation, a été causé par un véhicule en panne dans la région, a déterminé le ministère des Richesses naturelles et des Forêts en février.

Le ministère n’a pas nommé de responsable dans sa décision de ne pas déposer d'accusation.

Cependant, des travaux de dynamitage se sont poursuivis sur le chantier de construction durant la semaine du 16 juillet 2018, en dépit de l'interdiction d'allumer des feux qui était en vigueur dans la région.

Pat Brennan avoue que cet incendie a causé un grand émoi dans sa communauté, mais pèse ses mots lorsqu’il en parle.

Un incendie purifie la terre, et on finit avec une croissance de l’habitat beaucoup plus forte, dit-il.

Aucune infraction à la Loi sur la prévention des incendies de forêt n’a été commise, selon le ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

Contacté cette semaine par courriel, le ministère a réitéré qu’il n’exclut pas la possibilité de recours au civil pour recouvrer une partie des coûts liés à la lutte contre l'incendie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Énergies renouvelables