•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pont de la rivière Kouchibouguac demeurera fermé

Panneaux routiers et feu de signalisation bloquant l'accès au pont.

Le ministère des Transports a fermé le pont No. 1 de la rivière Kouchibouguac le 20 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le pont No. 1 de la rivière Kouchibouguac a été fermé le 20 septembre dernier à la suite des dommages laissés sur l'infrastructure suite au passage de la tempête post-tropicale Dorian.

Le maire de Cap-Pelé Serge Léger et le maire de la communauté rurale de Beaubassin-est, Ronnie Duguay, ont rencontré des représentants gouvernementaux vendredi, afin de discuter du sort du pont de la route 133.

Le pont No. 1 de la rivière Kouchibouguac le 22 septembre 2019.

Le pont No. 1 de la rivière Kouchibouguac, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Bill Oliver, ministre des Transports et de l’Infrastructure, s'est déplacé pour assister aux discussions.

La réunion a été convoquée par les deux responsables municipaux, qui attendaient pour une mise à jour concernant l'avenir du pont, fermé il y a plus d'un mois.

« Le ministre nous a rassuré que le ministère fait présentement les études nécessaires sur la condition existante du pont. Il fut très réceptif à nos préoccupations vis-à-vis l’importance du pont d’un point de vue touristique, pour le développement économique et la sécurité publique, tout en mentionnant l’importance de celui-ci pour les gens de la région », indique le maire de Beaubassin-est, Ronnie Duguay.

Mais bien que le ministre Oliver dit comprendre les inquiétudes des résidents de la région, il indique qu'une solution immédiate quant à la réouverture du pont n'est pas envisageable.

Bord de la route affaissée et garde-fou endommagé sur le pont.

Le pont No. 1 de la rivière Kouchibouguac a été endommagé par le passage de la tempête Dorian au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Les automobilistes devront donc continuer à respecter les détours installés sur la route, et ce, pour une durée indéterminée.

« Nous comprenons que le détour existant entraîne des ennuis de circulation, mais la sécurité publique de nos citoyens est d’importance primaire. La structure existante n’est pas encore jugée sécuritaire en termes de transport routier, car l’étude n’est pas encore complétée », indique le maire de Cap-Pelé, Serge Léger.

Le ministère a indiqué qu'il doit prendre le temps d'étudier la question avant d'entamer des discussions plus approfondies avec les municipalités. On indique que des suivis réguliers seraient toutefois envoyés aux maires pour leur faire part du travail accompli par les représentants ministériels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale