•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas Le Duc-Moreau : 25 ans et bras droit de Kent Nagano

Thomas Le Duc-Moreau, assis dans la Maison symphonique de Montréal, écrit sur une partition posée sur un lutrin.

Thomas Le Duc-Moreau est le plus jeune chef assistant de l'histoire de l'OSM.

Photo : Antoine Saito (courtoisie OSM)

Radio-Canada

À 25 ans, Thomas Le Duc-Moreau est le plus jeune chef assistant de l’histoire de l’Orchestre symphonique de Montréal. Il travaille de près avec Kent Nagano sur les œuvres que ce dernier dirige. C’est aussi à lui de remplacer le maestro s’il tombe malade.

Le diplômé en violoncelle et en direction d’orchestre du Conservatoire de musique de Montréal aspire à un métier que peu de gens occupent : celui de directeur musical. Il quittait à peine le monde de l’enfance lorsque Kent Nagano a pris les rênes de l’OSM, au milieu des années 2000.

Ce qui est particulier, c’est que [Kent Nagano] est arrivé à Montréal quand j’ai commencé à m’intéresser sérieusement à la musique, raconte-t-il en entrevue avec la chroniqueuse culturelle au 15-18, Catherine Richer. Il a eu une énorme influence sur ce que représente le directeur musical [de l'orchestre symphonique] d’une ville.

Pour moi, participer à la dernière saison de Kent Nagano, c’est très particulier parce que j’ai été témoin [de ses accomplissements].

Thomas Le Duc-Moreau, chef assistant de l’Orchestre symphonique de Montréal

Le mandat du jeune chef assistant, d'une durée d'au moins un an, se poursuivra après le départ de Kent Nagano, en juin. Il assistera donc aussi le chef qui lui succédera, un défi qui le remplit d’enthousiasme. Pouvoir observer comment tu peux atteindre ce degré de qualité et de précision dans l’idée musicale, ça peut prendre des années. J’aimerais vraiment ça être témoin de ça à l’OSM, explique-t-il.

Dépassée, la queue-de-pie?

Lorsqu’il en sera un peu plus loin dans sa carrière, l’aspirant chef d'orchestre veut changer certaines choses qu’il estime dépassées, à commencer par le code vestimentaire imposé aux musiciens, qui doivent porter la queue-de-pie lors des concerts.

C’est un déguisement un peu trop guindé pour l’événement, surtout quand on entend dire tout le temps qu’on veut que la musique classique appartienne à tout le monde.

Thomas Le Duc-Moreau, chef assistant de l’Orchestre symphonique de Montréal

Thomas Le Duc-Moreau dirigera le 3 novembre son premier spectacle à la Maison symphonique de Montréal. Il s'agit de Jeux d’enfants : sorciers, sorcières, un concert jeunesse sur le thème de l’Halloween.

Avec les informations de Catherine Richer

Musique

Arts