•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour au tarif unique en garderie sera devancé

Cette mesure sera annoncée dans la mise à jour économique de jeudi

Eric Girard dans la salle de presse de l'Assemblée nationale.

Le ministre des Finances, Eric Girard, demeure discret sur les mesures que contiendra sa mise à jour économique du 7 novembre.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Mathieu Dion

Radio-Canada a appris que le gouvernement de François Legault annoncera jeudi, dans sa mise à jour économique, qu'il devancera le retour au tarif unique en garderie.

À compter de l’année prochaine, selon nos informations, les parents d’enfants en service de garde n’auront plus à payer la contribution additionnelle en fonction du revenu instaurée par les libéraux en 2015, pendant les années de rigueur budgétaire.

Plus encore, on évoque un scénario selon lequel les parents n’auraient pas à payer la contribution pour 2019 au moment de produire leur déclaration de revenus. Il s’agirait là d’une forme de rétroactivité, un cadeau inattendu.

Chaque année, selon la conjoncture, la mise à jour économique du Québec réserve de bonnes comme de mauvaises surprises aux Québécois. Cette semaine, alors que les coffres de l’État débordent – les trois premiers mois de l’année financière ont généré un surplus de 824 millions de dollars – le ministre des Finances Eric Girard évoquait, avec le sourire, des « surprises » en vue de ce minibudget du 7 novembre. Il semble qu’elles seront bonnes.

Dans le dernier budget, la contribution additionnelle pour la garde d’enfant devait disparaître graduellement d’ici quatre ans, à partir de cette année. Finalement, la marge de manœuvre budgétaire permet un retour au tarif unique dès 2020. Le montant de l’actuel tarif est de 8,25 $ par jour, auquel il faudra ajouter une variation en fonction du coût de la vie.

Le coût de cette mesure récurrente est estimé à moins de 200 millions de dollars par année. Donc, d’année en année, l’État québécois devra accepter de se départir de cette somme.

« Cette contribution injuste »

Rappelons que François Legault avait fait de ce retour au tarif unique une promesse phare en campagne électorale.

D'exiger de ces parents une contribution supplémentaire, c'est injuste, c'est injustifié, avait déclaré le premier ministre lors de son discours d’ouverture. On ne doit pas réduire la dette de l'État en endettant les familles. Donc, le nouveau gouvernement va changer ça en abolissant cette contribution injuste et en ramenant le tarif unique des garderies subventionnées pour toutes les familles.

Le gouvernement a annoncé cette semaine une mesure de plafonnement des tarifs de stationnement des hôpitaux. D'autres mesures, comme la hausse de l’allocation familiale pour les deuxième et troisième enfants ainsi que l’uniformisation plus rapide du taux de taxe scolaire, font l’objet de spéculations.

Le financement pour un premier cycle de traitement de fécondation in vitro, promis pour 2020 au coût annuel de 16 millions de dollars, devra toutefois attendre encore quelque temps.

Et le drapeau géant?

L'an dernier, le gouvernement Legault avait présenté sa première mise à jour économique avec, en toile de fond, la présence de nombreux citoyens et d’un immense drapeau du Québec.

La mise en scène, qui visait résolument à incarner le nationalisme de la Coalition avenir Québec, avait frappé l’imaginaire.

En vue de l’annonce de jeudi, le drapeau surdimensionné serait pour l’instant mis de côté. Un lieu symbolique aurait été choisi pour l’occasion.

Les érudits de la politique observeront également si, cette fois, toute la place sera donnée au ministre Eric Girard. En décembre 2018, le premier ministre François Legault occupait l'avant-scène lors de la conférence de presse.

Avec la collaboration de Martine Biron

Économie

Politique