•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Whitehorse, il faut 6 $ l’heure de plus que le salaire minimum pour survivre

Une série de maisons de ville avec des affiches à vendre.

Un rapport sur le salaire de subsistance au Yukon démontre que le logement demeure un obstacle important à l'équilibre budgétaire des foyers vivant sur le salaire minimum.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le rapport sur le salaire de subsistance que produit annuellement la Coalition anti-pauvreté du Yukon établit le salaire de subsistance à Whitehorse à 19,07 $ de l’heure.

Ce montant est calculé pour une famille type composée de deux enfants et deux parents qui occupent des emplois à temps plein. Son calcul prend en compte les besoins de base d'une famille de quatre après y avoir ajouté les divers transferts gouvernementaux.

Le nouveau salaire de subsistance est 0,50 $ plus élevé que celui de l’an dernier en raison, selon son auteure, Kendall Hammond, des frais de garde d’enfants et du transport. Mais c’est le logement qui demeure le plus grand obstacle à l’accessibilité financière.

Whitehorse a un des salaires de subsistance les plus élevés au pays en raison entre autres du prix élevé des loyers. Un peu plus de 30 % du salaire avant impôts est dépensé sur le logement.

Une citation de :Kendall Hammond, Coalition anti-pauvreté

Selon ses calculs, la famille type débourse tous les mois 1844,09 $ sur le logement et 1219,92 $ pour les frais de garde.

Or, le salaire minimum au Yukon est de 12,71 $ l’heure, soit 6,36 $ de moins que le salaire de subsistance. À titre comparatif, le salaire minimum de l'Alberta, le plus élevé au pays, est de 15,00 $ l'heure alors que celui de la Saskatchewan, le plus faible, est de 11,32 $.

Les députés en discutent

À l’Assemblée législative jeudi, la néo-démocrate Kate White a offert à ses collègues un comparatif avec leurs propres salaires.

 Si on nous demandait dans cette Assemblée de vivre sur le salaire de subsistance, cela voudrait dire que je perdrais de mon salaire 65 000 $, le leader de l’opposition officielle aurait 85 000 $ de moins de son salaire, et le premier ministre perdrait plus de 105 000 $ par année.

Une citation de :Kate White, chef du Nouveau Parti démocratique

La députée a ajouté qu’en touchant plutôt le salaire minimum, 10 000 $ de plus seraient retranchés du salaire des députés

Kate White demande ainsi que le gouvernement instaure un projet pilote pour un salaire de subsistance tel que suggéré par le rapport de la Coalition anti-pauvreté.

En réponse à son intervention, le ministre des Services aux collectivités, John Streicker, a plaidé que son gouvernement avait somme toute amélioré la situation depuis son arrivée au pouvoir.

Il y a de nombreuses suggestions dans ce rapport et j'ai bien l'intention de les regarder toutes. [...] Selon ce que je comprends, l'écart [entre le salaire minimum et celui de subsistance] à notre arrivée était de plus de 7,50 $.

Une citation de :John Streicker, ministre des Services aux collectivités

Le ministre a par ailleurs indiqué que la proposition annuelle de la Direction des normes d'emploi sur le salaire minimum est attendue sous peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !