•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « deux ambassadeurs » du Venezuela à Ottawa

La crise vénézuélienne a des impacts dans les cercles diplomatiques à Ottawa.

Le nouvel ambassadeur vénézuélien au Canada devant Rideau Hall, à Ottawa.

Orlando Viera Blanco, l'ambassadeur du Venezuela au Canada, a remis sa lettre de créance à la gouverneure générale vendredi.

Photo : Radio-Canada

Louis Blouin

La crise au Venezuela crée un doublon diplomatique inhabituel au Canada. Le nouvel ambassadeur officiellement reconnu par Ottawa, Orlando Viera Blanco, ne s'installera pas dans l'ambassade de son pays dans la capitale canadienne. Les locaux continuent d'être occupés par des diplomates nommés par le régime Maduro.

Vendredi, Orlando Viera Blanco est devenu le représentant officiel du Venezuela au Canada. Ce dernier a remis sa lettre de créance à la gouverneure générale, l'étape qui officialise son rôle de chef de mission.

Je suis honoré d'être nommé par Juan Guaido, le président légitime du Venezuela, déclarait M. Viera Blanco aux journalistes à sa sortie de Rideau Hall.

Il est officiellement reconnu comme ambassadeur par le gouvernement canadien, parce qu'il est dans le camp de Juan Guaido. Le Canada et une cinquantaine de pays ont reconnu M. Guaido, le chef du Parlement, comme président par intérim du Venezuela.

Le pays d'Amérique latine est secoué par une profonde crise politique depuis des mois avec la lutte entre Nicolas Maduro qui s'accroche au pouvoir et l'opposant Juan Guaido.

Ce sera un grand défi de continuer de se battre avec le Canada pour la restauration de la liberté, la démocratie et l'État de droit dans notre pays, a déclaré M. Viera Blanco vendredi.

Le nouvel ambassadeur du Venezuela à Ottawa, Orlando Viera Blanco.

Le nouvel ambassadeur du Venezuela à Ottawa, Orlando Viera Blanco, en compagnie de la gouverneure générale Julie Payette à Rideau Hall le 1er novembre 2019

Photo : Radio-Canada

Chose inusitée, il ne mettra pas les pieds dans l'ambassade de son pays à Ottawa. Deux régimes coexistent dans les cercles diplomatiques à Ottawa.

Au même moment, dans le quartier de la Côte-de-Sable à Ottawa, l'ambassade du Venezuela continue d'être gérée par un chargé d'affaires proche du régime Maduro, Luis Augusto Acuña Cedeño.

Ce dernier assure avoir toutes les accréditations nécessaires pour continuer de gérer la mission diplomatique. Son nom figure toujours sur la liste officielle des représentants étrangers au Canada sous le titre de ministre conseiller et chargé d'affaires.

M. Acuña Cedeño a été ministre sous le président Hugo Chavez et a servi comme gouverneur de l'État de Sucre sous Nicolas Maduro.

En juillet dernier, le chargé d'affaires avait fait une déclaration dans laquelle il avait reconnu la « légitimité » de l'Assemblée nationale vénézuélienne, dominée par l'opposition, et évoqué une période de « transition » lors de laquelle il concentrerait son attention sur les ressortissants de son pays.

Des manifestants anti-Maduro tiennent des drapeaux devant l'ambassade du Venezuela à Ottawa.

Des manifestants anti-Maduro devant l'ambassade du Venezuela à Ottawa (30 avril 2019).

Photo : Evan Dyer

Une cohabitation tolérée

Face à une situation politique complexe, le gouvernement canadien semble tolérer pour l'instant la présence de diplomates de camps rivaux sur son territoire. Appelé à commenter cette situation, un représentant d'Affaires mondiales Canada affirme que le ministère ne discute pas de cas particuliers.

À propos du nouvel ambassadeur Viera Blanco, le porte-parole ajoute que le gouvernement canadien a hâte de poursuivre le dialogue avec lui et de travailler aux dossiers qui favorisent les relations d’amitié entre nos deux pays.

Orlando Viera Blanco n'a pas l'intention d'insister pour occuper les locaux de l'ambassade. Nous ne voulons pas créer plus de tensions, a-t-il déclaré.

La représentation de Maduro ici est essentiellement pour les services consulaires, a expliqué M. Viera Blanco, qui précise qu'il est responsable des représentations politiques pour le Venezuela.

Le nouvel ambassadeur soutient que le Canada joue un rôle essentiel dans la foulée de la crise vénézuélienne pour acheminer de l'aide humanitaire et protéger les réfugiés.

En ce moment, M. Viera Blanco ne peut pas visiter le Venezuela, le pays qu'il représente. Il a été accusé de trahison parce qu'il a accepté de représenter Juan Guaido à l'étranger.

Le Canada considère que le régime de Nicolas Maduro est illégitime. La ministre canadienne des Affaires étrangères l'a même comparé à une « dictature ». En juin, Ottawa a annoncé la fermeture de son ambassade à Caracas. Le gouvernement vénézuélien avait répliqué en fermant trois consulats au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique