•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artistes montréalais s'emparent de la frontière entre les États-Unis et le Mexique

L'oeuvre représente des faisceaux lumineux au-dessus de la frontière.

L'oeuvre d'art public sera présentée du 13 au 24 novembre.

Photo : Border Tuner

La clôture est ultra-sécurisée, mais elle n'arrête ni le son ni la lumière. Quand l'art et la technologie rencontrent la politique internationale, l'oeuvre promet d'être spectaculaire.

Vues du ciel, El Paso l'américaine et Ciudad Juarez la mexicaine ressemblent à une seule et même grande ville. Mais un fleuve les sépare : le Rio Grande, ainsi que des kilomètres de clôture.

Une équipe montréalaise, dirigée par l'artiste mexicano-canadien Rafael Lozano-Hemmer, a obtenu le feu vert des autorités pour créer une oeuvre d'art public de grande ampleur par-dessus la frontière, baptisée Border Tuner.

« On veut rendre visibles les liens très forts qui existent entre les deux villes », explique l'artiste, en entrevue à Radio-Canada.

Schéma illustrant l'emplacement des stations.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emplacement des stations de chaque côté de la frontière

Photo : Border Tuner

Se parler grâce à la lumière

À l'aide de projecteurs très puissants, le public pourra contrôler des faisceaux lumineux du côté mexicain comme du côté américain. Chaque fois que deux rayons se rencontreront, ils déclencheront l'ouverture d'un canal de communication audio sur des stations munies de micros et de haut-parleurs.

Les citoyens des deux bords de la frontière pourront alors se parler, « mais surtout s'écouter », insiste Rafael Lozano-Hemmer, mondialement connu pour son utilisation de la science et des nouvelles technologies dans le but de faire réfléchir les spectateurs.

Les rayons lumineux seront visibles à 15 kilomètres.

Les rayons lumineux seront visibles à 15 kilomètres.

Photo : Border Tuner

On s'attend à ce que des poètes ou des chanteurs s'emparent des micros. Sans être sur place, le public pourra aussi envoyer des messages et suivre les conversations sur le site web du Border Tuner.

La lumière des faisceaux brillera encore plus fort quand deux personnes seront en communication, et les rayons seront visibles à 15 kilomètres.

On veut amplifier la présence des gens.

Rafael Lozano-Hemmer, artiste

L'oeuvre d'art public sera présentée du 13 au 24 novembre. Dans leur atelier du boulevard Saint-Laurent, à Montréal, l'artiste et son équipe s'affairent aux derniers préparatifs.

« On est une quinzaine de personnes originaires de huit pays différents, explique la directrice des expositions du studio montréalais, Karine Charbonneau. Il y a des développeurs, des programmeurs, des architectes, des ingénieurs, des designers industriels... »

La frontière inspire les artistes

Des balançoires installées entre les barreaux du mur qui sépare les États-Unis du Mexique.

Des balançoires ont été installées cet été à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, dans la région d'Anapra.

Photo : AFP / Luis Torres

Du mur de Berlin à celui entre Israël et la bande de Gaza, les frontières physiques ont inspiré nombre d'artistes, et le mur qui sépare le Mexique et les États-Unis n'est pas en reste.

En 2017, l'artiste français JR a installé le portrait géant d'un enfant regardant par-dessus la frontière.

En 2017, l'artiste français JR a installé le portrait géant d'un enfant regardant par-dessus la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Photo : AFP / Eduardo Jaramillo Castro

En septembre, Washington a annoncé avoir débloqué 3,6 milliards de dollars pour financer la construction d'un mur à la frontière mexicaine, à la demande du président américain Donald Trump.

Des cactus sont représentés sur le mur.

Le mur vu de Tijuana, au Mexique.

Photo : Radio-Canada / Michel Labrecque

Rafael Lozano-Hemmer regrette que l'image souvent renvoyée dans les médias soit celle de communautés qui ne se parlent pas d'un côté à l'autre de la frontière, alors que c'est « tout le contraire ».

Tout projet d'art public est un acte politique.

Rafael Lozano-Hemmer, artiste
Rafael Lozano-Hemmer, dans son atelier de Montréal

Rafael Lozano-Hemmer

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

L'artiste visuel a réalisé de nombreuses oeuvres lumineuses depuis 20 ans, comme le Voice Tunnel à New York en 2013, ou le Pulse Front au bord de l'eau, à Toronto, en 2007.

Lors des Jeux olympiques de Vancouver, en 2010, il avait illuminé le ciel de faisceaux lumineux. Le public pouvait envoyer des formes par Internet qui étaient projetées au-dessus de la baie.

Rafael Lozano-Hemmer a déjà été exposé au Musée d'art contemporain de Montréal, au Musée national des beaux-arts du Québec ainsi qu'au MOMA de San Francisco.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations internationales

Arts