•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vos mouvements aujourd’hui révéleraient votre état dans plusieurs années

Deux couples de personnes âgées discutent sur un banc de parc.

Les chercheurs estiment que leurs travaux pourraient éventuellement permettre d’avoir accès à des informations pronostiques uniques.

Photo : iStock

Alain Labelle

Des changements qui apparaissent dans vos mouvements routiniers maintenant peuvent permettre de prédire les difficultés que vous aurez, des années plus tard, à réaliser vos activités quotidiennes, voire de prédire votre mort, affirment des scientifiques américains.

Nous bougeons continuellement, même lorsque nous dormons. Nos mouvements quotidiens font tellement partie intégrante de nos vies que nous oublions parfois qu’ils peuvent représenter une source importante d’informations sur notre santé.

Ce serait particulièrement le cas lorsque nos mouvements dévient de leur régularité de façon aléatoire.

Des mouvements qui parlent

Le Dr Peng Li et ses collègues de l’école de médecine de l’Université Harvard se sont intéressés à l’évolution des mouvements de personnes sur une période de plusieurs années pour voir les informations qu’ils pouvaient tirer de l’exercice.

Les chercheurs ont analysé les modèles des mouvements de chacun des participants pour constater que des fluctuations irrégulières et spontanées de leurs mouvements pouvaient prédire le risque de fragilité, d'invalidité et de décès d'une personne des années plus tard.

Et ce, indépendamment de son âge, de son sexe, de son état de santé chronique et de son activité motrice totale.

Pour y arriver, les chercheurs ont utilisé un dispositif qui a l'allure d’une montre, qui peut être porté au poignet ou à la cheville et qui est muni de capteurs altimétriques permettant de recueillir de l'information sur l'activité motrice des participants. Ces capteurs permettent d'enregistrer leurs mouvements corporels pendant des années.

Le dispositif qui enregistre les mouvements corporels.

Le dispositif peut être porté au poignet ou à la cheville.

Photo : École de médecine de l'université Harvard

Les 1275 personnes qui ont participé à cette étude, âgées de 50 à 100 ans, ont porté les moniteurs pour des périodes allant jusqu’à 13 ans. Les données étaient recueillies tous les jours.

Les analyses ont permis d’établir que les personnes qui présentaient plus de fluctuations irrégulières et spontanées dans leurs mouvements quotidiens voyaient leur risque de fragilité, d'invalidité et de décès augmenter des années plus tard, bien avant que des symptômes ne se manifestent.

Plus spécifiquement, le risque de voir sa santé se fragiliser a augmenté de 31 %, celui de devenir invalide de 15 à 25 %, et celui de mourir de 26 % après des ajustements statistiques apportés par les chercheurs.

Ces incidences se sont produites en moyenne 4,7 ans (fragilité), de 3 à 4,2 ans (invalidité), et 5,8 ans (décès) après le début de l’étude.

Il est important de noter que ces fluctuations se sont produites de nombreuses années avant tout incident, alors que les participants ne présentaient encore aucun symptôme manifeste.

Peng Li

Pour les chercheurs, cette découverte permet d’espérer une meilleure prédiction, mais aussi une meilleure prévention des problèmes de santé.

Les mouvements humains présentent des fluctuations complexes qui ne sont pas déterminées uniquement par une chaîne d’événements, explique Peng Li.

Les auteurs notent que leur technique ne peut pas, pour le moment, être considérée comme un outil prédictif ou diagnostique.

En outre, les participants à la présente étude étaient relativement âgés (81,2 ans en moyenne). Il faut donc déterminer si la même méthode peut prédire les mêmes résultats chez des adultes d'âge moyen et chez de jeunes adultes.

Faciliter le suivi

Si ces résultats venaient à se confirmer, les chercheurs estiment que leur dispositif simple et abordable permettra d’avoir accès à des informations pronostiques uniques concernant le bien-être et la santé de la population âgée.

Il pourrait devenir une alternative aux évaluations cliniques traditionnelles et permettre d’améliorer la télémédecine, et de faciliter les soins mobiles de santé.

Les résultats d’autres recherches plus vastes devront confirmer ceux obtenus dans cette étude publiée dans la revue Science Translational Medicine (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

En 2011, d’autres chercheurs américains avaient pour leur part constaté que la vitesse de la marche d’une personne avait un lien avec la longévité, et ce, particulièrement chez les gens de plus de 65 ans.

Médecine

Science