•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas d’entente pour la relance de l’usine de bouletage de Pointe-Noire

Chargement de l’image

Des boulettes de fer (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président directeur général de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN), Michel Robitaille, confirme que des discussions sont toujours en cours avec l’entreprise américaine Bedrock Industries concernant la relance éventuelle de l'usine de bouletage de Cliffs ressources naturelles à Sept-Îles.

Le président de la section locale 6254 du Syndicat des Métallos qui représente les employés de la SFPPN, Robert Roy, rappelle que Bedrock Industries avait signé une entente d’exclusivité avec la Société du Plan Nord à ce sujet. L'entente est arrivée à échéance le 24 août dernier.

Je pense que Bedrock est encore dans le dossier, mais il y avait d’autres joueurs qui se montraient intéressés par l’usine de bouletage, indique Robert Roy. On n’a pas de développement nouveau, tout ce que l’on sait c’est que ça continue. Avec quels joueurs le gouvernement du Québec a plus de discussions, on l’ignore.

Chargement de l’image

L'ancienne usine de bouletage aux installations de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

C'est sûr que c'est un actif qui a été sous capitalisé, c'est un actif qui est inopérant, inopérant depuis plusieurs années. Alors, c'est un projet qui va nécessiter, pour un acquéreur potentiel, des investissements importants pour redémarre l'usine, souligne Michel Robitaille.

Une entente de principe pour un futur contrat de travail de 2 ans avait été conclue entre Bedrock Industries et les Métallos en vue d’un redémarrage. Cette entente de principe devrait toutefois être entérinée par les employés qui seraient embauchés lors d’une relance.

Si un autre groupe faisait l’acquisition de l’usine pour la relancer, il faudrait à nouveau négocier avec le syndicat.

Pour l’instant, le syndicat n’a négocié qu’avec Bedrock Industries, précise Robert Roy.

La Société du Plan Nord n'a pas répondu à notre demande d'entrevue au sujet des négociations en cours.

Avec les informations d'Alix-Anne Turcotti et François Robert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !