•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Berlin 1945-1989 : quand la politique internationale frappe un mur

    Un maçon travaille à la construction du mur de Berlin.

    Le mur de Berlin a été construit en août 1961 pour séparer Berlin-Est de Berlin-Ouest

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    En 1961, la ville de Berlin est divisée par un mur qui devient le symbole de l’intense rivalité des puissances occidentales et soviétiques. Les Berlinois de l’Ouest et de l’Est se transforment en otages de la guerre froide et en paient le prix fort en souffrance et en vies humaines.  

    Washington et Moscou s’affrontent à Berlin

    La garnison occidentale demeurera sur place tant qu’on le jugera nécessaire. Berlin ne bougera pas sur l’échiquier international.

    Claude Breuer, narrateur pour les Actualités politiques de Radio-Canada, 1962

    À Berlin, la fin de la Seconde Guerre mondiale n’a pas apporté la paix.

    Les puissances alliées après avoir vaincu l’Allemagne nazie entament très rapidement une autre guerre. On l'appellera la guerre froide.

    L’ancienne capitale allemande en est un des principaux points de friction.

    Actualités politiques, 4 novembre 1962

    Cet extrait des Actualités politiques proposées par Radio-Canada le 4 novembre 1962 explique très bien comment Berlin et ses habitants se sont transformés en otages de la politique internationale menée par les superpuissances américaine et soviétique.

    Résumons la situation en quelques dates-clés.

    1944-1945 : les puissances alliées se partagent le territoire de la capitale allemande. Les trois secteurs contrôlés par les Américains, les Britanniques et les Français deviendront Berlin-Ouest; le secteur contrôlé par les Soviétiques deviendra Berlin-Est.

    Juin 1948-mai 1949 : les Soviétiques imposent un blocus aux Berlinois de l’Ouest. Les Alliés répliquent par un pont aérien pour nourrir les assiégés. 79 pilotes d'avion mourront pendant cet effort de ravitaillement.

    Octobre 1949 : fondation par les Alliés de la République fédérale allemande (RFA) – à laquelle Berlin-Ouest est rattachée – et de la République démocratique allemande (RDA) par les Soviétiques, dont Berlin-Est devient la capitale.

    Image de manifestants est-allemands attaquant un blindé soviétique pendant la révolte ouvrière à Berlin-Est en 1953.

    Le mur de Berlin est un des symboles les plus dramatiques de la rivalité entre les États-Unis et l'Union soviétique jusqu'en 1989.

    Photo : Radio-Canada

    1953 : Le niveau de vie en RDA se compare de plus en plus désavantageusement à celui de la RFA. Les ouvriers est-allemands se révoltent contre le gouvernement communiste. L’exode des citoyens de la RDA en RFA se chiffre en dizaines de milliers de personnes.

    1958 : L’Union soviétique exige que les troupes alliées se retirent de Berlin-Ouest. Celles-ci refusent. Les autorités est-allemandes répliquent en limitant de plus en plus la liberté de circulation entre Berlin-Ouest et Berlin-Est.

    12-13 août 1961 : le gouvernement est-allemand bâtit un mur entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Toute liberté de circulation est supprimée. Les familles berlinoises se retrouvent séparées.

    Cet épisode des Actualités politiques est remarquable pour la qualité de ses images.

    Rarement voit-on des archives montrant l’atmosphère qui règne à Berlin-Est dans les années 1950 ou encore l’insurrection des ouvriers est-allemands de 1953.

    On comprend aussi l’opposition des Berlinois à cet enfermement imposé par le jeu de la politique internationale.

    Le mur de la honte

    Dans un monde divisé entre les puissances de l’Est et de l’Ouest, dans l’Europe coupée en deux : Berlin et son mur. Un mur symbole de l’univers concentrationnaire. Mur de la honte, mur des larmes, mur de la colère, mur de la mort lente.

    Jean Morin, 1962

    Ces phrases un peu solennelles sont prononcées par le narrateur dans un extrait de l’émission Caméra 62, le 25 août 1962.

    Un an après l'apparition du mur de Berlin, Caméra 62 s’est rendu dans cette ville pour constater l’évolution de la situation. L'émission est coanimée par Gaétan Barrette et François Morisset.

    Caméra 62, 25 août 1962 (extrait 1)

    Dans un premier extrait, on assiste à la construction du mur et à la tragédie que son érection a provoquée pour les Berlinois désormais divisés en deux parties infranchissables.

    Les images montrent des Allemands de chaque côté du mur qui saluent à distance leurs proches. Plusieurs ne se reverront qu’en 1989.

    Un deuxième extrait du même épisode de l'émission Caméra 62 rappelle que le mur de Berlin a provoqué la mort de plusieurs Allemands qui tentaient de fuir la RDA pour regagner leur liberté.

    Le sort de Peter Fechter raconté dans cet extrait est particulièrement cruel.

    Le 17 août 1962, les soldats est-allemands tirent sans avertissement sur le garçon de 18 ans qui tente de franchir le mur.

    Blessé, Peter Fechter mourra au bout de son sang sans recevoir aucune aide médicale de la part des militaires est-allemands.

    Le Mémorial du mur de Berlin recense au moins 140 personnes qui sont décédées à cause de l’existence du mur entre 1961 et 1989.

    Par ailleurs, l’assassinat de Peter Fechter provoque une colère immense chez les Berlinois de l’Ouest que Caméra 1962 réussit à capter.

    De fait, à partir du 17 août 1962, c’est pratiquement l’insurrection à Berlin-Ouest. Des milliers d’habitants protestent contre la lâcheté des autorités est-allemandes et l’existence du mur.

    Plusieurs manifestants s’attaquent même au mur. Les soldats est-allemands doivent les disperser avec des gaz lacrymogènes.

    Certains Berlinois plus téméraires que d’autres renvoient ces dernières d'où elles sont venues.

    On atteint le paroxysme quand des Berlinois lapident le camion de la relève de la garde du monument aux héros soviétiques situé à Berlin-Ouest.

    Des soldats soviétiques sont injuriés et blessés.

    Comble de l’ironie, des militaires américains devront protéger les militaires soviétiques pendant quelque temps.

    Vivre dans Berlin divisée

    Au printemps 1965, le journaliste Carl Dubuc se rend à Berlin pour constater comment vit la population. Il présente son reportage à l’émission Champ libre le 7 avril 1965.

    Un climat d’état de siège règne à Berlin-Ouest, enclave occidentale entourée des pays communistes d’Europe de l’Est. Les habitants vivent un sentiment d’étouffement et d’impuissance.

    Les jeunes, devant des perspectives d’avenir bouchées, quittent Berlin-Ouest pour aller vivre en RFA.

    On se suicide trois fois plus à Berlin-Ouest qu’aux États-Unis.

    L’intérêt du reportage de Carl Dubuc est d’entendre des témoignages d’époque de Berlinois francophones qui racontent comment ils composent avec la situation de leur ville.

    Il faudra attendre 1989 pour que les Berlinois voient le verrou posé sur leur ville sauter subitement.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International