•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois autres fusillades et une attaque au couteau dans le Grand Toronto

Deux policiers sur le trottoir près de cônes marquant des indices.

Des policiers poursuivent leur enquête, vendredi matin, après une attaque au couteau dans le quartier Annex à Toronto.

Photo : CBC/Meagan Fitzpatrick

Radio-Canada

Un mort et six blessés, c'est le bilan d'une nuit d'Halloween marquée par trois fusillades et une attaque au couteau dans la région de Toronto.

Fusillades en banlieue

À Brampton, au nord-ouest de Toronto, un homme a été tué par balle dans la cour d'une école peu après 0 h 30 vendredi, dans le secteur des artères Kingsview et Brenda.

La Police régionale de Peel raconte que ses agents ont trouvé, à leur arrivée sur les lieux, la victime d'environ 20 ans gravement blessée.

Sa mort a été constatée sur place.

En raison du périmètre de sécurité mis en place par la police, l'école publique anglaise Ridgeview, près d'où la fusillade a eu lieu, ainsi que la garderie de l'établissement sont fermées pour la journée de vendredi.

Aucune description de suspect n'a été donnée pour l'instant.

On ne pense pas que la fusillade soit liée à l'école, mais l'établissement a été fermé parce qu'il est situé à l'intérieur de la zone d'enquête.

Sarah Patten, porte-parole de la Police régionale de Peel

De l'aide psychologique sera offerte aux élèves et au personnel lors de la réouverture de l'école attendue pour lundi, indique la porte-parole du Conseil scolaire public anglais de Peel, Carla Pereira.

De multiples coups de feu ont aussi été tirés vers 1 h 30 du matin, vendredi, à Vaughan. À leur arrivée sur les lieux, les policiers ont trouvé un véhicule criblé de balles, à l'extérieur d'une demeure qui avait été louée pour une fête.

Il n'y avait aucun blessé.

Les suspects auraient pris la fuite dans un véhicule. La Police régionale de York poursuit son enquête.

L'agente Sarah Patten en entrevue devant une autopatrouille.

Les policiers n'ont pas de description de suspect pour l'instant à la suite d'une fusillade mortelle à Brampton, indique la porte-parole de la Police régionale de Peel, Sarah Patten.

Photo : Radio-Canada

Attaque au couteau à Toronto

La nuit dernière à Toronto a aussi été marquée par une attaque à l'arme blanche qui a fait cinq blessés, dont un blessé grave, lors d'une fête de l'Halloween dans une maison pour étudiants.

Les policiers avaient indiqué initialement dans la nuit qu'il y avait eu six blessés.

Trois des victimes ont été poignardées, alors que les deux autres ont subi d'autres types de blessures, selon la police.

Un jeune de 19 ans et une adolescente de 15 ans ont été arrêtés et inculpés.

Selon la police, les deux jeunes auraient été refusés à l'entrée de la soirée et seraient entrés par la force, entaillant et poignardant des gens à l'intérieur puis à l'extérieur en quittant les lieux.

Ils font chacun l’objet de trois chefs de voies de fait graves, trois chefs d'agression armée, possession d’armes dangereuses et tentative de meurtre.

L'attaque est survenue vers 23 h 40 jeudi dans une résidence du quartier Annex près des artères Madison et Bloor, à l'ouest du centre-ville de Toronto.

Le maire John Tory en conférence de presse.

Le maire de Toronto, John Tory

Photo : Radio-Canada

Le maire de Toronto, John Tory, a qualifié les événements de « déroutants » et de « tragiques », tout en affirmant que ce genre d'attaque était très difficile à empêcher.

On ne peut pas assigner un policier à chaque fête d'Halloween.

John Tory, maire de Toronto

Le maire ajoute ceci : Ça me rend perplexe, ça me bouleverse de voir que certains sont prêts à user de violence gratuite, que ce soit avec un couteau ou une arme à feu. Il faut mettre fin à ça!

Selon des témoins, une bagarre aurait éclaté durant la fête qui réunissait environ 200 personnes, après que les organisateurs eurent refusé l'accès aux deux suspects arrêtés ensuite par la police.

Au moins deux des victimes ont subi des blessures sérieuses pouvant mettre leur vie en danger, y compris un homme qui s'est rendu lui-même à l'hôpital, où il s'est évanoui avant d'être traité par le personnel.

Une ambulance aux gyrophares allumés dans une rue.

Une ambulance transporte un blessé à l'hôpital après une attaque au couteau dans le quartier Annex, à Toronto.

Photo : CBC

Autre fusillade à Toronto

À Toronto, la police enquête également sur une fusillade qui a eu lieu dans le quartier Thorncliffe Park vers 2 h du matin vendredi. Le bilan : un blessé grave.

Les policiers indiquent que deux hommes prenaient place dans un véhicule, lorsqu'un VUS s'est immobilisé à côté d'eux près des artères Don Mills et Gateway.

Un suspect aurait alors tiré « 2-3 coups de feu » en leur direction.

Un des occupants a été atteint par balle, mais on ne craint pas pour sa vie.

La police n'a pas donné de description du présumé tireur.

La police à Toronto poursuit par ailleurs son enquête pour identifier le suspect qui aurait ouvert le feu vers 21 h jeudi sur deux adolescents près des artères Pape et Cosburn, dans l'est de Toronto. Les deux victimes ont subi des blessures graves, mais on ne craint pas pour leur vie.

Aux policiers d’enrayer la tendance, selon un expert

Selon François Doré, un ancien policier de la Sûreté du Québec et spécialiste des violences liées aux gangs, une restriction de la prolifération des armes de poing fait partie de la solution pour réduire la violence armée.

La solution, ça ne passe pas par plus d’armes pour nous protéger, ça passe par plus d’efficacité dans le système, plus d’efficacité pour les policiers et par une volonté politique de le faire.

François Doré, ancien policier de la Sûreté du Québec

L’expert croit que c’est notamment en interdisant les armes de poing que les villes pourront réduire la violence armée, mais qu’il faudra aussi lutter contre les armes illégales toujours en circulation, notamment en s'attaquant au marché noir.

Il affirme aussi que la solution pour réduire la violence armée passe par le travail des policiers à mettre de la pression sur les gangs de rue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Crimes et délits