•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en Estrie : le résumé de la journée

Un camion de pompiers dans l'eau.

Un camion de pompiers lors d'une opération sauvetage à Sherbrooke dans le secteur Lennoxville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le niveau de la rivière Saint-François à Sherbrooke a atteint un niveau « symbolique  de plus de 24 pieds (7,3 mètres) vendredi. La pluie et les forts vents ont causé bien des maux de tête aux Estriens. Voici le résumé d'une journée riche en émotions.

Les fortes pluies et les rafales qui se sont abattues sur la région au cours des dernières heures ont plongé des milliers de ménages dans le noir et occasionné de nombreux risques d'inondation. Les forts vents ont aussi fait une victime vendredi matin à Bromont. 

Environ 250 résidences ont été évacuées à Sherbrooke, et 25 routes sur le territoire ont été partiellement fermées vendredi.

Selon le ministre des Transports et responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, quatre secteurs plus névralgiques auront besoin de réparation dans les prochains jours. « On pense que le réseau serait accessible à tout le monde dès la semaine prochaine », a-t-il estimé.

En point de presse vendredi midi, la Ville disait espérer fortement que le niveau de la Saint-François cesse de monter.

Dans l’histoire, on a atteint à quelques reprises [un niveau de 24 pieds] et c’est là qu’on commence à avoir plus de dommages dans les résidences.

Stéphane Simoneau, coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke

C’est une hauteur qu’on n‘est pas habitué à atteindre. Ce n'est pas une hauteur record pour l'instant, mais c'est une hauteur importante qui touche beaucoup de résidences et qui va certainement laisser des séquelles chez des gens, a admis le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.

Le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.

Le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau

Photo : Radio-Canada

L'opération Chaloupe a par ailleurs été mise en branle au cours de la nuit à Sherbrooke. Le garage municipal a été évacué peu avant 6 h.

Une situation « exceptionnelle »

Stéphane Simoneau a qualifié la situation d'exceptionnelle, non seulement en raison de la quantité d'eau tombée sur la région, mais aussi en raison de la rapidité avec laquelle elle s'est accumulée. Plus de 100 millimètres de pluie seraient tombés au cours de la nuit de jeudi à vendredi.

Ce sont des valeurs qui sont plus du double annoncé pour la nuit. [...] Cent millimètres d'eau en une journée, ça ne se voit pratiquement jamais. Nous, on l'a eu en cinq heures.

Stéphane Simoneau, coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke

Il y a un phénomène qui se produit en ce moment qui est extrêmement circonstanciel et imprévisible. Le sol est gorgé d'eau et favorise un écoulement rapide vers des sols plus bas, et c'est ce qui amène des montées d'eau très, très rapides. On n'est pas habitué de voir ça. C'est une situation difficile à contrôler, a rappellé le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke.

La rivière Saint-François, sous le pont Aylmer, à Sherbrooke.

Le niveau de la rivière Saint-François, au centre-ville de Sherbrooke, atteignait près de 6 mètres vers 7 h vendredi.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

C'est assez impressionnant la hausse qu'on est en train de vivre. On atteint des niveaux qu'on n'avait pas prévus à cause des quantités d'eau plus abondantes qui sont tombées, mais aussi en raison du peu de temps que ces quantités se sont retrouvées au sol.

Stéphane Simoneau, coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke

Plusieurs sorties de route ont été rapportées, et la Sûreté du Québec (SQ) recommande donc d'éviter de prendre la route ou de reporter son déplacement s'il est possible de le faire.

Il y a plusieurs routes où il y a de l'accumulation d'eau, voire même des affaissements de chaussée ou des bris de chaussée. Les citoyens qui n'ont pas à prendre la route ou qui peuvent retarder leurs déplacements, ce serait très sage de le faire. Il faut comprendre qu'il y a beaucoup de risques d'aquaplanage, qu'il est important de garder les distances entre les véhicules et d'adapter sa conduite aux conditions météorologiques, a relaté le porte-parole de la SQ, Claude Denis.

Des répercussions partout en région

Outre Sherbrooke, où un glissement de terrain est notamment survenu sur la rue Lemay, la pluie a causé bien des problèmes en Estrie. De nombreuses inondations ont été rapportées.

Des citoyens de Coaticook ont été évacués de manière préventive tôt vendredi matin ainsi que des citoyens de Cookshire-Eaton habitant le long des rues Eaton et Bellevue.

Nos équipes de la voirie doivent aussi réparer beaucoup de routes endommagées par la pluie, a noté le directeur général de la Municipalité, Martin Tremblay.

Une route affaissée.

À Hatley, deux soeurs septuagénaires ont été isolées dans leur maison alors que la route s'est affaissée. «Du jamais vu en 30 ans», a mentionné l'une des deux soeurs qui a attendu de l'aide pour retourner près de ses proches.

Photo : Courtoisie

Jacques Fontaine, qui fait partie des évacués dans le secteur du Canton de Newport, a soutenu n'avoir jamais vécu pareille situation en près de 60 ans.

L'eau a déjà monté beaucoup ici, mais brusque comme ça, je n'ai jamais vu ça. C'est inquiétant. Quand on prend de l'âge, on ne veut pas avoir trop de gouttes d'eau qui nous tombent sur la tête, a-t-il signalé en riant.

La rivière Eaton débordant sur le chemin Eaton, à Cookshire-Eaton.

La rivière Eaton est brusquement sortie de son lit vendredi matin, forçant les autorités à évacuer plusieurs résidents.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Coaticook, Simon Madore, a indiqué de son côté que la situation s'est améliorée sur son territoire.

Ça va de mieux en mieux. À mesure que le temps avance, notre ruisseau reprend sa place. Il n'a pas sorti comme tel, mais on a quand même décrété les mesures d'urgence juste au cas; et au moment où il a atteint son seuil critique, il a recommencé à descendre, donc tout rentre dans l'ordre ici, a-t-il affirmé.

À Compton, trois résidences ont été évacuées et une douzaine de chemins ont été fermés en raison des intempéries. La Municipalité a indiqué qu'elle demeurera sur un pied d'alerte une bonne partie de la journée samedi.

La pluie a cessé, mais l'eau qui provient des bassins versants et des montagnes environnantes ne s'est pas encore rendue jusqu'à nous. Il faudra continuer de surveiller la situation pendant un moment, a soutienu le directeur général de Compton, Philippe De Courval.

À Waterville, une inondation « hors du commun » est survenue sur le chemin Val-Estrie, a révélé la mairesse Nathalie Dupuis.

C'est du jamais-vu auparavant. L'eau passe de façon assez intense sur le chemin. C'est quand l'eau va disparaître qu'on va voir l'ampleur des dégâts, mais on voit que le bord de la route commence à être grugé. On n'a jamais eu ce type de problème dans ce secteur.

Nathalie Dupuis, mairesse de Waterville

Des écoles également touchées

En raison de la circulation difficile et imprévisible engendrée par les inondations et des vents violents qui soufflent sur son territoire, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a suspendu la totalité de son transport scolaire desservant les écoles primaires et secondaires vendredi après-midi.

Cette décision s’impose puisque la CSRS n’est pas en mesure de garantir un retour à la maison sécuritaire de tous les circuits d’autobus à cause de chemins devenus impraticables en cours de journée, a partagé la CSRS dans un communiqué.

En matinée, les nombreux chemins coupés par des accumulations d'eau dans la municipalité avaient notamment empêché quelques autobus scolaires d'atteindre l'École des Enfants-de-la-Terre.

Le service de transport scolaire avait d'abord été annulé vers l'École Eymard, située sur la rue Kennedy Nord à Sherbrooke, et l'École Notre-Dame-des-Champs, à Stoke, vendredi après-midi, afin de rendre la circulation plus fluide autour des écoles.

L'Université Bishop's a aussi choisi de suspendre ses activités pour la journée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Conditions météorologiques