•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les autorités assurent que Montréal est sécuritaire, malgré de récentes fusillades

Des ambulanciers transportent une victime atteinte par balle sur une civière.

Plusieurs fusillades ont éclaté ces derniers jours à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En quelques jours seulement, quatre fusillades ont éclaté à Montréal, faisant un mort et trois blessés. Les autorités assurent se pencher sur la situation, sans toutefois la qualifier d'alarmante.

Les représentants de la sécurité publique se veulent rassurants. Il va y avoir un accroissement de la visibilité policière et un travail qui sera réalisé dans les postes de quartier avec les organismes communautaires, promet André Durocher, enquêteur au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon lui, la couverture médiatique qui a résulté de ces événements peut donner l’impression d’une augmentation du nombre de fusillades dans la métropole, alors que c’est tout le contraire.

André Durocher, chef de la division des communications  du SPVM.

André Durocher se veut rassurant et estime que Montréal est une ville très sécuritaire.

Photo : Radio-Canada

Lors d’une entrevue accordée à l’émission Tout un matin, le policier rappelle qu’au 25 octobre, le nombre d’homicides à Montréal était « en baisse de près de 40 %. On en avait 26 à la même date il y a un an, alors qu’on en a 16 pour le moment ».

On est très loin de ce qui se passait avec les motards durant les années 90. Montréal est une ville très sécuritaire.

André Durocher, enquêteur au Service de police de la Ville de Montréal

Pour écouter l'entrevue d'André Durocher à Tout un matin, cliquez ici.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, se veut elle aussi rassurante. Elle explique que son ministère prend très au sérieux la situation et que des « escouades actives et des ressources » ont été mises en place. « Et ça donne de bons résultats », dit-elle.

Pour Maria Mourani, criminologue et sociologue, il faut désormais prendre en compte l’évolution du crime organisé.

Les alliances qui ont pu exister entre le crime organisé et les gangs de rue ne tiennent plus. Beaucoup de têtes dirigeantes sont en prison ou ont été assassinées.

Maria Mourani, criminologue et sociologue

Vous avez des nouvelles générations qui n’en ont rien à faire des motards. Ils veulent juste prendre leur place. Il y a aussi les vieilles chicanes qui reviennent, ajoute-t-elle.

Maria Mourani en septembre 2013, après son expulsion du Bloc québécois.

Maria Mourani estime que la réalité du crime organisé a beaucoup changé ces dernières années.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Selon la criminologue, les pouvoirs publics doivent concentrer leurs efforts sur les groupes criminels, car ce sont eux qui ont le contrôle. Ceux sont eux qui savent comment leur parler. Si on veut que ça bouge, faut aussi mettre la pression sur eux, poursuit-elle.

Le 21 octobre, le chef mafieux Andrew Scoppa a été assassiné dans l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro. Dans la nuit du 24 au 25 octobre, deux fusillades ont éclaté dans l'arrondissement Montréal-Nord. Enfin, le 10 octobre, une tentative de meurtre a été commise dans le secteur Rivière-des-Prairies.

Avec les informations de Valérie Micaela Bain

Grand Montréal

Crimes et délits