•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le musée Getty de Los Angeles, une forteresse conçue pour résister au feu

Une montagne a été brûlée alors que des bâtiments sont intacts derrière.

Le centre Getty a été épargné par l'incendie Getty le 29 octobre 2019.

Photo : afp via getty images / FREDERIC J. BROWN

Agence France-Presse

Cerné par les flammes il y a quelques jours, le célèbre centre Getty, qui surplombe Los Angeles, est dans une zone à haut risque pour les incendies. Toutefois, ses inestimables collections d’œuvres d’art y sont bien à l’abri, car les bâtiments ont été conçus dans les moindres détails pour résister au feu.

Malgré les 300 hectares de broussailles dévorés par l'incendie Getty et l’épaisse fumée qui planait lundi sur la colline où le centre Getty est juché, les autorités n’ont à aucun moment envisagé d’évacuer les 125 000 pièces et quelque 1,4 million de documents qui s’y trouvent. Des milliers de personnes occupant les villas des quartiers chics situés à proximité n’ont pas eu autant de chance.

Les murs et les toits sont blancs.

Le centre Getty en 2009

Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Nos œuvres sont incroyablement en sécurité, a assuré à l’AFP la responsable des communications du centre Getty, Lisa Lapin. Le Getty a été construit pour accueillir des pièces de valeur et les mettre à l’abri des incendies et des tremblements de terre. Nous sommes vraiment bâtis comme une belle forteresse.

Le centre Getty qui, outre le musée J. Paul Getty, héberge aussi un centre de recherches et une fondation, a été bâti entre 1984 et 1997 par l’architecte Richard Meier, pour un coût estimé à environ 1 milliard de dollars.

Des mesures anti-feu

Premier barrage : il est recouvert de quelque 300 000 blocs de travertin, une roche calcaire qui résiste aux flammes.

Sa structure est constituée de béton et de barres d’acier, contrairement à la plupart des bâtiments californiens – immeubles inclus – dont les parois sont souvent de simples panneaux de bois fixés sur des piliers.

On voit les bâtiments blancs et les marches.

Le centre Getty en 2009

Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Les toits du Getty sont recouverts de pierre écrasée pour empêcher les braises portées par le vent d’y créer un foyer.

Dans ses jardins, plantes grasses et cactus résistants aux flammes ont été privilégiés, et un réseau serré de tuyaux parcourt le sous-sol, relié à un réservoir d’eau cyclopéen (près de 4 millions de litres) situé sous le stationnement du musée. Lundi, il a suffi d’actionner les arroseurs pour humidifier le sol et empêcher toute braise de s’y fixer et de propager l’incendie.

Des plantes grasses dans les jardins du musée.

Le centre Getty en 2009

Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

À l’intérieur du musée, le système de ventilation est passé en circuit fermé – sur le même principe que l’aération d’une voiture pour recycler l’air de l’habitacle – ce qui a empêché la fumée de pénétrer dans les salles et d’endommager les collections.

Par ailleurs, si jamais l’incendie parvenait tout de même à se déclarer dans le musée, les galeries peuvent être séparées les unes des autres et scellées par un système de double-portes, semblables aux compartiments étanches d’un sous-marin. Toutefois, lundi dernier, il n’a pas été nécessaire d’enclencher ce processus.

Un musée habitué

Ce n’est pas la première fois que le feu cherche à monter à l’assaut de la colline du Getty. En 2017 déjà, le feu Skirball avait sonné l’alarme et nécessité la mise en œuvre de certaines mesures. Il n’était pas aussi proche que celui-ci, il n’était pas venu jusque sur le terrain. Mais Lisa Lapin soutient que, dans un cas comme dans l’autre, le centre Getty ne risque rien.

La preuve, le musée a servi toute cette semaine de base arrière pour les centaines de pompiers mobilisés sur l’incendie.

L'incendie Getty, contenu à 39 % jeudi matin, a été provoqué par une branche d’eucalyptus tombée sur une ligne électrique. Le court-circuit a enflammé la végétation, très sèche, située en contrebas.

Arts visuels

Arts