•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien choisir son costume d'Halloween

Deux enfants courent dans la rue avec des sacs pour ramasser des friandises. Ils sont déguisés pour l'Halloween.

Pour trouver un costume pour Halloween, il faut se poser de nombreuses questions (archives).

Photo : shutterstock / 9246263575 / 9246263575

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Qui dit Halloween dit costume. Mais attention : on ne peut pas tout se permettre sous le prétexte de faire la fête.

Il faut éviter les caricatures de façon générique d’une autre culture. Par exemple, il faut éviter de se déguiser en Mexicain, mais préférer les déguisements de personnages de fiction. Il faut aussi éviter de reproduire une autre couleur de peau que la sienne, explique le sociologue et chercheur à l’Institut d’études acadiennes de l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, Mathieu Wade.

Ce dernier invite toutes les personnes qui souhaitent se déguiser pour l'Halloween à se poser les bonnes questions.

La blogueuse en art de vivre Marie-Ève Laforte abonde dans le même sens. Celle qui a écrit un billet sur les costumes d’Halloween à éviter souligne que chacun doit garder en tête les sensibilités des autres avant de se déguiser.

On peut se déguiser en mariachi ou en jour des Morts ou en Frida Kahlo, mais si notre costume, c’est un poncho, un sombrero avec une bouteille de tequila et un pistolet, c’est plus offensant, illustre la rédactrice.

Les deux observateurs mentionnent qu'il faut éviter le danger de tomber dans l’appropriation culturelle.

Selon la définition de Mathieu Wade, l’appropriation culturelle est l’usage de symboles, d’artefacts ou de rituels qui appartiennent aux membres d’une autre culture ou d’un autre groupe que les siens.

Et, même lorsque l'intention de départ est bonne, certaines communautés peuvent se sentir offensées en voyant d’autres personnes prendre un costume en lien avec leur culture.

Avec l’appropriation vient l’idée qu’il y aurait quelque chose comme un vol. Par exemple, si moi, je m’approprie un rituel, un vêtement ou une pratique, j’en prive les membres de la culture auxquels ils appartenaient, souligne le sociologue, précisant qu'on peut aussi, alors, dénaturer ce vêtement ou cette pratique.

Pour bien choisir son costume, Mathieu Wade et Marie-Ève Laforte recommandent donc de le faire dans le respect des autres et de leurs cultures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !