•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rémunération des médecins spécialistes est « horriblement opaque », dit un expert

Un stéthoscope devant une pile de monnaie.

François Legault souhaite rouvrir l’entente conclue l’année dernière avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Photo : getty images/istockphoto / artisteer

Radio-Canada

La proposition de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) de réduire la rémunération de ses membres de 250 millions de dollars par année pendant quatre ans est « relativement mystérieuse », juge Damien Contandriopoulos, professeur à l’Université de Victoria, en Colombie-Britannique.

La FMSQ n’a jamais reculé devant aucun gouvernement dans l’histoire moderne du Québec, a commenté le professeur au cours d'une entrevue accordée à l'émission 24/60, jeudi soir.

Pour M. Contandriopoulos, la FMSQ est un acteur qui a toujours revendiqué de façon très agressive.

Les annonces de la présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, soulèvent beaucoup de questions […] sur les motivations profondes qui poussent la FMSQ à revenir en arrière, s’interroge M. Contandriopoulos, qui estime que la rémunération des médecins spécialistes est horriblement opaque.

Il prend l’exemple des 60 millions de dollars que la FMSQ déduit de sa rémunération concernant des mesures qui n’ont jamais vu le jour. Ces 60 millions de dollars ont été accordés pour faire quoi? Cette chose-là était-elle utile? Pourquoi elle n’est plus utile?, s’interroge l’expert.

De quelle façon la FMSQ peut-elle justifier qu’il y a des choses qu’elle sait être inutiles, qu’elle serait capable de prévenir, mais qu’elle ne le fait que maintenant parce qu’elle est d’accord pour économiser cet argent, dit M. Contandriopoulos.

Ça fait partie du Code de déontologie des médecins de ne pas faire d'actes inutiles.

Damien Contandriopoulos, professeur à l’Université de Victoria

Pour M. Contandriopoulos, le milliard de dollars de réduction évoqué par François Legault durant la campagne électorale semblait utopique, car ce montant représente une diminution de plus de 20 % de la rémunération des médecins spécialistes.

L’expert de l’Université de Victoria croit qu’il y a des éléments externes qui influent la position de la FMSQ. Il cite l'exemple de l’Alberta qui a annoncé qu’elle allait renier l’entente avec ses médecins pour faire des coupes annoncées brutales.

Selon lui, les deux parties s’entendront sur une réduction de moins d’un milliard.

En ce qui concerne le 9 % d’écart de rémunération entre le Québec et les autres provinces, M. Contandriopoulos n’y trouve pas de justification.

Il estime que le Québec devrait voir la rémunération de ses médecins non pas en la comparant au reste du Canada, mais en fonction de la richesse nationale, du salaire moyen et des valeurs d’équité de la société québécoise.

Damien Contandriopoulos porte une chemise grise et répond aux questions d'un journaliste.

« De quelle façon la FMSQ peut-elle justifier qu’il y a des choses qu’elle sait être inutiles, qu’elle serait capable de prévenir, mais qu’elle ne le fait que maintenant parce qu’elle est d’accord pour économiser cet argent », soutient Damien Contandriopoulos.

Photo : Radio-Canada

Les spécialistes déterminés à trouver des solutions

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada jeudi , la présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, a expliqué que les spécialistes agissent de bonne foi dans ce dossier, qu'ils ont fait du ménage dans leur enveloppe et que le gouvernement doit en tenir compte.

Est-ce que M. Legault sera un homme satisfait un jour? Je ne le sais pas, mais moi je vous dis qu’on fait notre part, on est en train d’explorer, et je pense que, oui, on sera capable de trouver des solutions qui éviteront la loi spéciale. C’est ce qu’on souhaite de tout cœur, a assuré Mme Francoeur.

Cette annonce de la FMSQ n'a pas satisfait le premier ministre François Legault.

Ce n'est pas suffisant, a commenté le premier ministre. Mais je ne commencerai pas à négocier ici, a-t-il dit avant de se rendre à la période des questions.

Monsieur le Président, on a entendu que la Fédération des médecins spécialistes a fait une offre qui est insuffisante, a-t-il répété en Chambre.

En campagne électorale, M. Legault disait vouloir sabrer d'un milliard de dollars par année la rémunération des médecins spécialistes.

Il évite désormais de mentionner ce montant, se contentant de dire qu'il souhaite que les médecins gagnent 9 % de moins que leurs confrères du reste du Canada, comme l'ensemble des travailleurs au Québec.

Par ailleurs, M. Legault estime que l'offre de la FMSQ de réduire son enveloppe de rémunération prouve que le gouvernement a raison et que les médecins sont trop payés.

Ça devient très gênant pour les libéraux, parce que les spécialistes viennent confirmer que les libéraux ont trop donné d'argent aux spécialistes. Même les spécialistes le reconnaissent.

François Legault, premier ministre du Québec

La CAQ invitée à ne pas se dégonfler

Jeudi, Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont fait pression sur le premier ministre afin qu'il respecte son engagement d'aller chercher un milliard de dollars annuellement dans les poches des médecins spécialistes.

On a de plus en plus l'impression que le gouvernement recule et que c'est la FMSQ qui dicte les règles du jeu, a affirmé le porte-parole de QS en matière de justice économique et fiscale, Vincent Marissal.

C'est le temps [...] de rendre à l'État ce qui appartient à l'État, c'est-à-dire aux contribuables. Le gouvernement a promis de récupérer le milliard versé en trop, il ne doit pas se dégonfler.

Vincent Marissal, porte-parole de Québec solidaire en matière de justice économique

Le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, a abondé dans le même sens. J'ai besoin d'une assurance de la part du premier ministre à l'effet que, dans les sommes qu'il va aller récupérer, ça ne sera pas en deçà d'un milliard de dollars par année.

M. Legault a répondu que son gouvernement allait poursuivre les négociations avec les médecins spécialistes en privé.

De son côté, la FMSQ a indiqué à La Presse canadienne, jeudi, qu'elle préférait ne pas commenter les pourparlers à ce stade-ci.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique