•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des investissements pour restaurer les habitats côtiers au parc du Bic

Un accès à la plage barré.

L'objectif est d'assurer la pérennité des écosystèmes.

Photo : Gracieuseté de Francis Bonnier Roy

Radio-Canada

Les habitats côtiers du sentier Chemin-du-Nord, dans le parc national du Bic, bénéficieront de l’appui du gouvernement du Québec, alors que le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a annoncé l’octroi de 121 242 $ afin de soutenir leur restauration, jeudi.

Le financement échelonné sur deux ans ira au comité Zone d'intervention prioritaire (ZIP) du Sud-de-l'Estuaire, dans le cadre du programme Interactions communautaires du gouvernement québécois.

Concrètement, ces travaux permettront de fermer et de baliser des sentiers improvisés le long du Chemin-du-Nord dans le parc du Bic. Ces sentiers improvisés là causaient, avec le piétinement à travers les années, des brèches où les vagues pouvaient s’engouffrer et générer de l’érosion côtière, a expliqué le géomorphologue côtier Francis Bonnier Roy, membre du comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire.

Pour avoir accès à la plage, les gens piétinaient les végétaux de bord de mer, qui sont importants pour maintenir le littoral en place.

Francis Bonnier Roy, membre du comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire

Des rosiers et de l’élyme des sables ont été et seront plantés dans ces sentiers pour les remettre à leur état naturel. Avec le temps, ça va permettre de renaturaliser la frange côtière du sentier du Chemin-du-Nord, a précisé M. Bonnier Roy.

Un sentier improvisé fermé où des plantes ont été plantées.

Le projet vise la restauration des habitats côtiers dans le parc national du Bic.

Photo : Gracieuseté de Francis Bonnier Roy

Un total de 22 sentiers improvisés sur 39 ont été fermés par les équipes du comité ZIP au cours de la saison dernière, a-t-il précisé. On en a laissé quelques-uns pour avoir quand même accès à la plage.

D’ailleurs, les effets des mesures mises en place se font déjà sentir aux abords du sentier. Dans les sentiers qui ont été fermés, on voit déjà que la reprise végétale a très bien fonctionné et on s’attend à ce que l’année prochaine ça continue, a mentionné M. Bonnier Roy.

Un œil sur la vie marine

Le sentier Chemin-du-Nord est un fleuron du parc national du Bic. Tout en îles et en anses dans sa partie ouverte sur le fleuve, il nous permet de jeter un œil sur la vie marine tout en prenant soin de notre santé, a pour sa part déclaré la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, dans un communiqué de presse.

Marie-Eve Proulx, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent.

Marie-Eve Proulx, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent (archives)

Photo : Radio-Canada

Le comité ZIP effectuera par la suite le suivi des sites restaurés et évaluera le succès des mesures implantées, comme l’encadrement des accès aux milieux côtiers, qui vise à changer les comportements des amateurs de plein air sur les sentiers. Le but est de réduire les impacts de l’érosion tout en préservant la végétation du littoral et les plantations.

Deux panneaux d’interprétation ont aussi été installés au début et à la fin du sentier du Chemin-du-Nord dans le cadre du projet. L’un a pour but d’informer les visiteurs des bons comportements à adopter lors de leur balade et l’autre porte sur quelques plantes de bord de mer, dont l’élyme des sables d'Amérique, le caquillier édentulé, et la mertensie maritime.

Préserver l’écosystème du Saint-Laurent

Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec ainsi qu’Environnement et Changement climatique Canada ont mis en œuvre le programme Interactions communautaires dans le cadre du Plan d’action Saint-Laurent 2011-2026.

Le programme vise à améliorer l'écosystème du fleuve Saint-Laurent et à soutenir la mise en œuvre de projets communautaires de conservation de la biodiversité.

Grâce au programme Interactions communautaires, une fois de plus, nous continuons d'œuvrer ensemble pour la santé du Saint-Laurent et l'attraction des populations, a indiqué la ministre Proulx.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !