•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une veillée au flambeau pour un garçon de 3 ans poignardé

Des gens sont rassemblés avec une bougie dans la main et regardent par terre, le regard triste.

Plus d'une quarantaine de personnes ont pris part à la veillée à la bougie qui s'est tenue mercredi soir, au Centre des sciences de la santé de Winnipeg, en soutien à l'enfant poignardé pendant son sommeil.

Photo :  CBC / Trevor Brine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une veillée à la bougie a été organisée au Centre des sciences de la santé de Winnipeg mercredi soir, à la suite de l’attaque au couteau d’un garçon de trois ans. Dans la journée de jeudi, il a été hospitalisé dans un état critique.

Un tambour a accompagné les pleurs des proches de la victime. Des dizaines de personnes se sont rassemblées, bougie à la main, pour montrer leur soutien à l’enfant qui a été poignardé pendant son sommeil.

Il y a une épidémie de violence dans cette ville. Les gestes sont si violents que même des enfants en sont victimes, affirme un des organisateurs de la veillée, Vin Clarke. Cela doit cesser.

Mercredi, vers 2 h 30, la police a été appelée dans une maison de l’avenue Pritchard, située entre les rues Salter et Charles.

Les forces de l’ordre ont retrouvé l’enfant souffrant d’importantes blessures sur le haut du corps.

Selon les membres de la famille, le garçon a été attaqué pendant qu’il dormait. Ils croient que la mère de l'enfant et son ex-compagnon n'étaient pas à la maison quand ils ont commencé à se battre et qu’il l’a agressée.

Ils pensent que l’homme est ensuite retourné dans la maison et a poignardé l’enfant.

Continuer de prier pour ce petit garçon. Il se bat [pour rester en vie], a dit Jennifer Spence-Clark, qui est une autre organisatrice de la veillée. Continuer de soutenir la famille et les familles qui sont touchées par tous les actes de violence qui se sont produits au cours de la dernière semaine.

Jennifer Spence-Clarke espère que cet événement pourra mener à des changements. Les choses doivent changer dans notre ville et plus spécialement au centre-ville. J’espère que nous allons apporter des changements de la bonne façon, a-t-elle affirmé.

« Nous ne pouvons pas combattre la violence avec de la violence. Nous ne pouvons pas montrer un tel exemple à nos enfants. Ils regardent ce que nous faisons. »

— Une citation de  Jennifer Spence-Clarke, organisatrice de la veillée

La protectrice des enfants du Manitoba, Daphne Penrose, se dit bouleversée par cette attaque. C'est vraiment difficile à comprendre quand on entend parler de violence qui touche des enfants. C’est tellement dur pour les familles, dit-elle.

Nous continuons de parler de l'importance primordiale de la santé mentale et du bien-être des gens, ajoute Mme Penrose.

Beaucoup de familles ne savent peut-être pas où se trouvent les ressources pour obtenir de l'aide. Daphne Penrose dit que les membres de son organisme peuvent les appuyer dans leurs démarches.

Les allégations des proches n’ont pas été portées devant un tribunal, et la police n'a déposé aucune accusation. L'identité de la famille n'a pas été dévoilée afin de protéger celle de l'enfant.

Le garçon est la troisième jeune personne victime de violentes attaques au cours de la dernière semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !