•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PSA et Fiat Chrysler officialisent leur projet de fusion

Les logos de Peugeot et de Fiat sont juxtaposés.

Les conseils de surveillance des groupes PSA Peugeot Citroën et Fiat Chrysler Automobiles avaient donné mercredi leur feu vert à ce projet de fusion.

Photo : Reuters / Regis Duvignau

Reuters

PSA Peugeot Citroën et Fiat Chrysler Automobiles (FCA) ont officialisé jeudi leur projet de fusion qui doit donner naissance au quatrième constructeur mondial avec 8,7 millions de véhicules vendus chaque année.

Dans un communiqué commun, ils annoncent que la nouvelle entité sera détenue à 50/50 par les deux groupes. Son siège sera aux Pays-Bas.

John Elkann, président de FCA et chef de la famille Agnelli, en sera le président et Carlos Tavares, actuel président du directoire de PSA, deviendra directeur général de la nouvelle entité.

Le chiffre d'affaires combiné du futur groupe est estimé à près de 170 milliards d'euros (248 milliards de dollars canadiens) et son résultat opérationnel récurrent supérieur à 11 milliards sur la base agrégée de 2018.

Les deux conseils ont donné à leurs équipes respectives le mandat de finaliser les discussions et de conclure un « Memorandum of Understanding » dans les prochaines semaines.

Les conseils de surveillance des deux groupes avaient donné mercredi leur feu vert à ce projet de fusion.

L'entrée en négociation des deux groupes en vue de créer un leader mondial de l'automobile et des mobilités est une bonne nouvelle, a considéré jeudi le ministre français de l'Économie et de Finances, Bruno Le Maire, qui prévient toutefois qu'il surveillera l'opération de près.

Cette opération offrirait aux deux groupes la taille nécessaire pour mener à bien les investissements indispensables pour faire face aux défis de la transition énergétique, de l'électrification ainsi que de la conduite partagée, autonome et connectée, relève-t-il dans un communiqué publié après l'officialisation des fiançailles des deux groupes.

Le gouvernement sera particulièrement vigilant sur la préservation de l'empreinte industrielle en France, la localisation des centres de décision et la confirmation de l'engagement du nouveau groupe sur la création d'une filière industrielle européenne de batteries électriques, souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie automobile

Économie