•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dernière heure du changement d'heure aurait-elle sonné?

Une petite fille fait tourner l'aiguille d'une horloge surdimensionnée.

Dans la nuit de samedi à dimanche, ce sera le retour à l'heure normale.

Photo : iStock / magda_istock

Marie-France Bélanger

Dans la nuit de samedi à dimanche, ce sera le retour à l'heure normale. La vaste majorité des Canadiens auront donc, en principe, une heure de sommeil de plus.

Mais selon la Société canadienne du sommeil, qui réunit chercheurs et cliniciens, le changement d'heure, tant à l'automne qu'au printemps, n'est pas désirable.

Ce que la science nous dit à propos du changement d'heure, si l'on regarde du strict point de vue du sommeil, c'est qu'il n’y a rien de bon! Il n’y a rien qui améliore notre santé, ça, c'est certain, explique Roger Godbout, membre actif de l’organisation et directeur du Laboratoire et de la clinique du sommeil de l'Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies à Montréal.

Un Canadien sur trois se plaint de mal dormir. Dans un tel contexte, il serait indiqué de mettre fin au changement d'heure, qui perturbe le sommeil des tout-petits et des personnes qui ont un horaire rigide, précise le chercheur.

Heure d'été ou heure normale?

En supposant que l’on mette fin au changement d’heure, faudrait-il adopter l’heure avancée, aussi appelée heure d’été, ou l’heure normale? Pour l'instant, la science ignore laquelle des deux options est la meilleure. Des études sont nécessaires pour documenter la question.

La Société canadienne du sommeil n'est pas la seule à réclamer la fin du changement d’heure. La Colombie-Britannique veut mettre fin à cette pratique. Selon un récent sondage, le maintien de l’heure avancée de manière permanente récolte l’appui de plus de 90 % des Britanno-Colombiens.

Par ailleurs, aux États-Unis, de nombreux États souhaitent également maintenir l’heure avancée de manière permanente, ce qui donne lieu à des débats. D’un côté, l’industrie récréotouristique, comme les propriétaires de terrains de golf, qui aimerait bien profiter d’une heure de plus de luminosité en fin de journée. De l’autre, des groupes de citoyens qui sont inquiets devant les dangers potentiels des matins sombres, entre autres pour les écoliers.

Le changement d’heure dans le monde - quelques faits

Environ 70 pays changeraient d’heure durant l’année. Le Parlement européen s’est prononcé en faveur de la fin du changement d’heure d’ici 2021.

La Saskatchewan ne change jamais d’heure.

Aux États-Unis, au moins 30 États ont déposé un projet de loi pour mettre fin au changement d’heure ou étudier ses effets.

Une pratique d’une autre époque

C'est lors de la Première Guerre mondiale que le changement d'heure est véritablement implanté dans l'espoir d'économiser l'énergie.

Parce que l'éclairage, ça coûte cher, souligne le directeur scientifique de l’Observatoire des sciences et des technologies, Yves Gingras.

Aujourd'hui, il n'est plus certain qu'économiquement ça vaut la peine sur le plan purement énergétique. Il n'y a aucune raison de changer l'heure aujourd'hui. C'est qu'on l'a toujours fait comme ça. Donc là, on a un très bel exemple d'une inertie sociale.

Yves Gingras

Vérification auprès d’Hydro-Québec : le changement d’heure a des effets négligeables sur la consommation d'énergie des abonnés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société