•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini le dédoublement de dossiers médicaux entre certains hôpitaux

La façade du centre régional de santé de North Bay.

L’hôpital de North Bay est l’un des premiers à être branchés à un nouveau système qui permettra aux hôpitaux du Nord-Est de partager les dossiers des patients.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Hugo Duchaine

Miguel Lachance

Il n’y a pas plus frustrant pour un patient que d’avoir à expliquer à chaque fois son passé médical, surtout s’il fréquente divers établissements de santé. L’hôpital de Sault-Sainte-Marie et le Centre régional de santé de North Bay (CRSNB) ont mis fin à cette situation en joignant le Centre de santé de l’Ouest de Parry Sound.

Les dossiers médicaux des patients de ces hôpitaux sont désormais partagés.

Les médecins auront maintenant un accès plus rapide à l’information dont ils ont besoin pour prendre des décisions importantes en matière de soins aux patients, déclare le Dr Kevin Gagné, chef de l’information médicale au CRSNB.

Un panneau indiquant un hôpital.

L'Hôpital de Sault-Sainte-Marie dessert la région d’Algoma.

Photo : Hôpital de Sault-Sainte-Marie

Pendant les premières semaines, pendant que le personnel des hôpitaux s’habitue au nouveau système, on prévoit que certains processus pourraient prendre plus de temps, peut-on lire dans un communiqué.

Afin de minimiser les retards potentiels, l’hôpital ajoute du personnel supplémentaire dans certains départements, explique le Dr Tim Percival, chef du Service de médecine d’urgence du CRSNB.

Cependant, les patients peuvent être assurés qu’ils continueront à recevoir les meilleurs soins possible pendant cette transition vers le nouveau système.

Tim Percival, chef du Service de médecine d’urgence du Centre régional de santé de North Bay

Le personnel des trois établissements travaille ensemble depuis deux ans pour mettre en place ce système.

Le budget pour la mise en œuvre du système dans les trois hôpitaux qui ont commencé à l'utiliser en octobre — y compris l’achat des logiciels, les coûts de mise en œuvre et la formation du personnel — est de 59,6 millions de dollars.

Le financement provient de plusieurs sources, dont les gouvernements provincial et fédéral et des fondations privées.

Un médecin offrant des soins via ordinateur à un patient.

Le nouveau système informatisé permet aux trois hôpitaux d’avoir accès aux données personnelles du patient. Le projet sera implanté prochainement dans tous les établissements du Nord de l’Ontario.

Photo : pier-adam turcotte / Pier-Adam Turcotte

Il s’agissait de la première phase de l’initiative ONE qui a pour objectif de créer un système unique pour les 24 hôpitaux du Nord-Est de la province.

La responsable des communications du projet ONE, Christina Marshall, explique que les autres hôpitaux de la région seront ajoutés progressivement au système.

Aborder ce travail par vagues est un moyen pratique de gérer cette complexité, explique-t-elle.

Il y a des procédures à optimiser, de l’équipement à acheter, de la formation à organiser et à mettre en œuvre. Ce travail collaboratif est mené avec des sites souvent distants de plusieurs centaines de kilomètres.

Christina Marshall, responsable des communications pour le projet ONE

Mme Marshall explique que la deuxième phase du projet, qui inclura les 21 autres hôpitaux de la région, en est pour l’instant à l’étape de la planification. Le budget et sa mise en œuvre n'ont pas encore été établis.

La sécurité des données

Christina Marshall assure que les informations confidentielles des patients seront bien protégées. Les hôpitaux qui utilisent ce système s’engagent à assurer la confidentialité et la sécurité des renseignements personnels sur la santé.

La protection des renseignements personnels sur la santé n’est pas seulement la bonne chose à faire, c’est la loi, rappelle-t-elle.

L’accès aux renseignements personnels sur la santé est limité à un nombre restreint de personnes, ajoute Mme Marshall au sujet des risques de fuite d’informations provenant de l’intérieur du système de santé.

Grâce à la mise en œuvre de mesures de protection physiques, administratives et techniques conformes aux pratiques exemplaires, les renseignements personnels sur la santé sont protégés contre la collecte, l’utilisation et la divulgation non autorisées, ainsi que le vol, la perte, la destruction et les dommages.

Christina Marshall, responsable des communications pour le projet ONE

Ces mesures de sécurité et de protection de la vie privée comprennent l’authentification à deux facteurs, le chiffrement des données conforme aux normes de l’industrie et des vérifications internes.

Mme Marshall souligne aussi que les responsables du projet ont pris des mesures pour aussi protéger le système des attaques informatiques provenant de l’extérieur du réseau.

Bien qu’il n’existe pas actuellement de solution complète pour réduire le risque de piratage informatique à 0, l’initiative ONE a minimisé le risque en hébergeant la solution dans une installation exploitée par un tiers plutôt que dans ses propres locaux.

Le fournisseur choisi dispose de plus de ressources et de meilleurs outils de sécurité [...] qu’un hôpital, conclut Mme Marshall.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Établissement de santé