•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet d'usine de béton bitumineux inquiète des résidents Rimouski

Un camion lourd circule dans un chemin résidentiel.

Les camions de la carrière de Construction BML circulent souvent sur le chemin de Lausanne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un groupe de citoyens de Rimouski monte aux barricades pour dénoncer le projet de construction d'une usine mobile de béton bitumineux dans une carrière du chemin de Lausanne.

Construction BML, une division de Sintra, se trouve dans le voisinage de plusieurs résidences du chemin de Lausanne, à Rimouski. L’entreprise souhaite y construire son usine.

Les citoyens, qui doivent déjà composer avec le va-et-vient des camions de la carrière, craignent que la nouvelle usine soit une source de pollution sonore et environnementale.

Photo d'un groupe de personnes.

Ces résidents craignent la construction d'une usine près de chez eux.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Ce qui est non intéressant, estime Yvan Dubé, résident du chemin de Lausanne, c'est [...] les bruits et [...] la pollution que ça cause. Parallèlement à ça, la valeur de nos propriétés diminue automatiquement parce qu'on a une cochonnerie d'usine polluante proche et on ne veut pas ça.

Propriétaire d’une pisciculture, Mario Lepage s'inquiète pour son commerce, situé non loin de la carrière.

Comme l'omble de fontaine, c'est un poisson qui ne tolère pas du tout, pas du tout la pollution, explique-t-il, c'est sûr que tous les résidus pourraient avoir un impact sur l'eau.

Un lac avec un petit quai.

Une pisciculture se trouve à proximité de la carrière.

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Pas consultés par la Ville

Les résidents du secteur ont appris la nouvelle par hasard la semaine dernière, lorsque le conseil municipal de Rimouski a recommandé à la Commission de protection du territoire agricole du Québec de permettre à Construction BML d’utiliser le terrain à des fins autres qu’agricoles.

Ils disent ne pas avoir été consultés par la Ville.

Il aurait fallu qu'il y ait une consultation des citoyens, comme ils ont fait ailleurs, déplore Pierre Desforges, résident du chemin de Lausanne.À Drummondville, à Montmagny, ils ont consulté les citoyens avant de faire ça, pourquoi le monsieur il [ne] l'a pas fait ici?

Le maire de Rimouski, Marc Parent, indique qu'il accordera une entrevue sur le dossier jeudi.

Il a par contre expliqué la semaine dernière que l'emplacement de l'usine respectait la réglementation d'urbanisme puisqu'elle était située à plus de 150 mètres de la résidence la plus proche et que l'usine pourrait fonctionner 24 heures sur 24.

Sintra n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Selon le registre en ligne du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, la compagnie a soumis une demande d'autorisation pour l'usine de béton en mars dernier, mais n'a pas encore obtenu le feu vert du Ministère.

La porte-parole du ministère des Transports pour le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, Sophie Gaudreault, indique aussi qu’aucun partenariat n’a été conclu entre son ministère et Construction BML pour l’utilisation du béton bitumineux de l’usine.

Montagne de morceaux d'asphalte récupérés.

Résidus d'asphalte à la carrière du chemin de Lausanne

Photo : Radio-Canada

Du côté de la Commission de protection du territoire agricole du Québec, aucune décision n'a été rendue parce que le dossier est incomplet.

Selon la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, lorsqu’une entreprise veut obtenir une autorisation pour une utilisation à des fins autres qu’agricoles, le demandeur doit entre autres prouver qu’il n’y a pas, ailleurs dans le territoire de la municipalité locale et hors de la zone agricole, un espace approprié disponible aux fins visées par la demande.

Avec les informations d’Édith Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Pollution