•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que faire si vous recevez des appels indésirables d'outre-mer?

Mains qui tiennent un téléphone cellulaire et une carte de crédit.

La récente vague d'appels frauduleux vous expose à une fraude d'identité ou même à de l'extorsion.

Photo : iStock

Radio-Canada

Depuis quelque temps, une vague d'appels frauduleux touche le Québec et le Canada. Plusieurs entités gouvernementales comme le Centre antifraude du Canada et la GRC ont publié des mises en garde à cet égard. Mais que faire si vous êtes la cible de tels appels? Petit guide en cinq étapes.

Selon Lisanne Roy Beauchamp, superviseure des opérations du centre d'appel au Centre antifraude du Canada, ces appels vous exposent à deux types de fraudes, soit la fraude sur l'identité et celle sur l'extorsion. Dans certains cas, les escrocs chercheront à obtenir votre numéro d'assurance sociale (NAS). Dans d'autres cas, ils tenteront de vous convaincre de leur verser de l'argent par transfert bancaire ou carte de crédit, sous différentes menaces (une enquête criminelle à votre sujet, par exemple).

Si vous êtes la cible de ce genre d'appel, gardez en tête les conseils suivants.

1. Ne répondez pas

Si vous recevez un appel d’un numéro inconnu et suspicieux, ne répondez pas (petit indice : le numéro risque d'être très long). Si par mégarde vous répondez, raccrochez tout de suite. Souvent, les appels suspicieux proviennent d’endroits aussi divers que le Congo, la France ou l’Ontario. Il est important de ne pas répondre. Ne rappelez pas, les appels provenant de loin, des frais de longue distance élevés peuvent vous être chargés. De plus, des frais peuvent être facturés à la minute. Les escrocs voudront vous garder le plus longtemps au téléphone afin de faire augmenter ces frais; ne leur donnez pas cette chance.

2. Ne rappelez pas

En plus de risquer d’engager les frais mentionnés ci-haut, le fait de rappeler vous met plus à risque de tomber dans le piège des malfrats. En effet, ils sont bien préparés et auront une réponse plausible à n’importe quelle question que vous leur posez, selon Lisanne Roy Beauchamp.

Si cela vous inquiète ou vous fait douter et que vous désirez rappeler, attendez 5 minutes et appelez le numéro affiché publiquement par le véritable organisme que prétendent incarner les potentiels escrocs, jamais le numéro qui vous a appelé.

3. Ne donnez aucun renseignement personnel et ne transférez surtout pas d’argent

Aucun organisme gouvernemental ne contacte les gens pour signaler le blocage de leur numéro d’assurance sociale. De plus, si un tel organisme devait vous demander des renseignements personnels, il passerait par plusieurs étapes préalables afin de confirmer votre identité.

Ne cédez pas aux menaces des crapules. Il vaut mieux raccrocher la ligne au nez d’un agent ou d'une agente du gouvernement que d’envoyer votre argent à un malfrat.

4. Bloquez le numéro entrant (mais ce n’est pas infaillible)

Les escrocs utilisent la technique de falsification des données de l’appel, qui est facilement accessible, pour induire les victimes en erreur. Ne présumez pas que les numéros de téléphone qui apparaissent sur votre afficheur sont authentiques.

Sur les téléphones Apple et Android, vous pouvez facilement bloquer un numéro.

Consultez la marche à suivre d'Apple (Nouvelle fenêtre)

Consultez la marche à suivre d'Android (Nouvelle fenêtre)

Toutefois, la technique n'est pas infaillible et vous risquez de recevoir un appel semblable, mais d'un autre numéro.

En effet, les escrocs utilisent des téléphones VoIP (ou voix sur IP) : les conversations transitent via Internet plutôt que par le réseau téléphonique commuté traditionnel. Les numéros de téléphone ne sont donc pas reliés à une ligne fixe et peuvent facilement être falsifiés. Si vous en bloquez un, les malfrats ont plusieurs autres « faux » numéros en banque.

Une autre façon de diminuer le nombre d'appels entrants indésirables est d'inscrire votre numéro de téléphone sur la Liste nationale de numéros de télécommunication exclus du Canada (Nouvelle fenêtre). L’inscription sur cette liste réduira les appels non sollicités, surtout de la part des télévendeurs et télévendeuses, mais ne les éliminera pas entièrement.

5. Si vous êtes victimes, faites-le savoir

Rapportez la fraude à la police, au Centre antifraude du Canada et au véritable organisme gouvernemental dont l’identité a été volée. Si vous avez déjà donné des renseignements personnels, communiquez avec Equifax et Trans Union pour ajouter une alerte à la fraude à votre compte.

Vers un système de blocage universel

Selon Mme Roy Beauchamp, les appels ne seraient pas le fait d'un seul groupe de fraudeurs, mais de plusieurs groupes différents qui opèrent de la même manière, ce qui rend la tâche difficile aux organismes qui tentent de maîtriser la situation.

Il est à noter qu'à la demande du CRTC, les entreprises de téléphonie travaillent à l'élaboration d'un système de blocage universel des appels indésirables, qui doit être en place d'ici décembre. Il ne reste plus qu'à espérer qu'une solution efficace et à long terme soit trouvée pour contrer ce fléau.

En attendant, méfiez-vous!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !