•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter n'acceptera plus de publicités à caractère politique

Logos de Twitter et de Facebook.

Le patron de Twitter, Jack Dorsey, a annoncé que la plateforme n'accepterait plus de publier des publicités à caractère politique, et ce, dans le monde entier.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Radio-Canada

Dans une série de tweets, le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a annoncé que la plateforme qu'il a créée n'acceptera plus de publier des publicités à caractère politique partout dans le monde.

« Nous avons pris la décision d'arrêter toute publicité politique sur Twitter, et ce, de façon globale. Nous croyons que la portée d'un message politique doit se mériter et non être achetée. »

La nouvelle politique de Twitter sera rendue publique le 15 novembre et comptera quelques exceptions (les publicités encourageant l'enregistrement des électeurs et électrices seront autorisées, par exemple). Les changements qu'elle apporte seront effectifs à partir du 22 novembre, afin de laisser une période de préavis aux annonceurs déjà sous contrat.

Dorsey a publié plusieurs tweets en rafale pour expliquer les raisons derrière cette décision.

« Un message politique gagne de la portée lorsque les gens décident de suivre un compte ou de retweeter. Payer pour avoir une plus grande portée retire cette décision des mains de l'internaute et impose des messages politiques parfaitement optimisés et ciblés. Nous croyons que la décision des internautes ne devrait pas être compromise par l'argent. »

Il explique par la suite que bien que la publicité sur Internet soit très efficace pour les annonceurs commerciaux, elle pose des risques significatifs en politique, où elle peut être utilisée pour influencer des votes qui affectent la vie de millions de personnes.

« Les publicités politiques sur Internet présentent des défis entièrement nouveaux pour le discours civique : l'optimisation du message rendue possible par l'apprentissage machine et le microciblage, l'information trompeuse et non vérifiée ainsi que les hypertrucages (deepfakes). Le tout à une vitesse, à une échelle et avec une sophistication accablantes. »

Twitter se distancie de Facebook

La décision de Twitter tombe quelques semaines seulement après que Facebook a dû faire face au même problème. Il y a quelques semaines, Mark Zuckerberg a refusé de retirer des publicités mensongères de Trump au sujet de Joe Biden, l'un des favoris dans la course à l'investiture démocrate.

Malgré des critiques incessantes et des remises en question devant le Congrès des États-Unis, Facebook défend bec et ongles sa décision depuis plusieurs semaines.

Avec son annonce, Twitter prend le chemin opposé. Jack Dorsey n'a d'ailleurs pas manqué de lancer une pointe à Zuckerberg.

« Pour nous, ce n’est pas crédible de dire : “Nous travaillons dur pour empêcher les gens de contourner les règles de nos systèmes pour diffuser des informations fausses, mais si quelqu’un nous paye pour viser et forcer les gens à voir leur publicité politique… alors ils peuvent dire ce qu’ils veulent!" », a-t-il lancé.

Ce n'est pas à propos de la liberté d'expression. C'est à propos du fait de payer pour obtenir une portée supplémentaire. Cela a des ramifications importantes que l'infrastructure démocratique actuelle n'est peut-être pas prête à gérer. Il vaut la peine de faire un pas en arrière pour remédier au problème, a conclu Jack Dorsey sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !