•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fransaskoise Béatrice Goulet célèbre son 102e anniversaire

Béatrice Goulet assise dans un fauteuil brun dans le salon de son foyer.

Béatrice Goulet vit dans un foyer, à Shaunavon.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Nicole Lavergne-Smith

L’Halloween est synonyme de frayeurs, de déguisements et de bonbons à consommer en grande quantité. Pour Béatrice Goulet à Shaunavon, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Swift Current, le 31 octobre a un tout autre sens : c'est le jour de son anniversaire. Et cette année, elle fête ses 102 ans.

La Fureteuse fransaskoise, Nicole Lavergne-Smith, l'a rencontrée chez elle, pour parler de son passé et de son présent.

Béatrice Goulet se déplace dans sa cuisine de façon indépendante. Malgré mes protestations, elle insiste pour me préparer un café. Elle sort également des petits gâteaux avec du glaçage orange de son réfrigérateur.

La couleur est pertinente, puisqu’elle aura 102 ans le jour de l’Halloween.

Je suis en assez bonne forme pour mon âge, dit-elle. Je ne fais pas d’exercice, mais je suppose que quand on fait tout par nous-mêmes, c’est un certain montant d’exercice.

Photo en noir et blanc d'un couple en tenue de mariage du début du 20e siècle.

Horace et Dosia Desautels, les parents de Béatrice Goulet, se sont mariés en 1912.

Photo : Archives historique de Ponteix

Béatrice est née à Ponteix le 31 octobre 1917. Elle est la fille d’Horace et de Dosia Desautels. Quand elle dit le prénom de sa mère, elle rit. C’est un nom très rare. Je crois que personne d’autre a ce nom.

Béatrice a grandi à la ferme. Elle est la quatrième de 11 enfants.

Ses parents ont travaillé fort pour subvenir aux besoins de la famille. Les enfants aidaient comme ils le pouvaient.

Béatrice est contente d’avoir connu cette vie, mais elle est également contente de profiter des services et des outils modernes d'aujourd’hui.

Il fallait tout accomplir par nous-mêmes et maintenant, on a juste à se servir.

Béatrice Goulet

C'est en 1940 qu'elle a épousé Henri Goulet à Dollard, tout près de Shaunavon, où elle était enseignante.

Ensemble, le couple a opéré le garage de la communauté.

Béatrice et Henri portent des chapeaux. Béatrice a un manteau avec de la fourrure autour du cou.

En 1940, Béatrice pose ici aux côtés de son conjoint, Henri.

Photo : Archives historique de Ponteix

Incapables d’avoir des enfants, Béatrice et Henri ont adopté un bébé de 6 mois, Rita, en 1956.

Pendant des décennies, la centenaire a vécu une vie entourée de sa famille et de sa communauté, à Dollard.

Rendue à 102 ans, elle a dû dire au revoir à plusieurs membres de son entourage.

En 1971, son conjoint est décédé d’une crise cardiaque et en 2010, sa fille, Rita, a succombé à un cancer.

Béatrice vit toujours de façon indépendante dans un foyer à Shaunavon.

Béatrice Goulet assise devant une bougie d'anniversaire qui indique le chiffre 100.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 2017, Béatrice Goulet célébrait son 100e anniversaire.

Photo : Béatrice Goulet

Elle visite comme elle le peut ses amis et les autres résidents, même s’il est de plus en plus difficile pour elle d’entendre et de voir.

Bien qu’elle ne puisse plus écouter la télévision et la radio, elle lit son journal avec sa loupe tous les jours. C'est ainsi qu'elle suit l’actualité.

Si elle a réussi à vivre une aussi longue vie en santé, c’est possiblement en raison de la génétique. Sa sœur, Lucienne, est décédée cet été à l’âge de 104 ans et 11 mois.

Béatrice est satisfaite de son existence.

Je suis reconnaissante de tout ce que je peux faire. Vraiment, je suis contente de ma vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Art de vivre