•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clinique d’avortements 554 : des appuis malgré le manque de statistiques

La clinique 554 au centre-ville de Fredericton.

La clinique 554 au centre-ville de Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des groupes qui militent pour l’accessibilité à l’avortement expriment leur appui pour la clinique 554, à Fredericton, même si elle est incapable de chiffrer le nombre d’interruptions de grossesse qu’elle pratique.

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) a réitéré son appui à la Clinique 554. L’organisme déplore le fait que les chiffres ne soient pas dévoilés, mais affirme que l’enjeu central est l’accessibilité aux avortements.

C'est sûr que c'est important d'avoir des chiffres, mais qu'il y ait 4 avortements ou 550 avortements à la clinique de Fredericton, on sait qu'on a un problème d'accessibilité dans la province., déclare Nelly Dennene, directrice générale du RFNB.

Le Regroupement demande un accès universel aux interruptions de grossesse dans le système public et croit que c'est le moment de les rendre disponibles à des cliniques communautaires.

Nelly Dennene le 30 octobre 2019 devant l'affiche du RFNB.

Nelly Dennene, directrice générale du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

On veut vraiment s'assurer d'avoir une façon de concevoir l'accès à l'avortement, parce qu’on sait de par les témoignages qu'on reçoit au Regroupement [...] [qu'il y a] vraiment un besoin en termes de service d'avortement dans la province, particulièrement en situation rurale.

Du financement public

De son côté, la militante pour les droits des femmes Rosella Melanson juge qu'il y a un manque de responsabilité de la part de la clinique 554, surtout dans le contexte où la clinique demande au gouvernement de la financer.

C'est à peine croyable. [...] Une clinique professionnelle tient des dossiers. [...] S'ils veulent devenir - et puis je suis bien d'accord qu'ils devraient être financés par le gouvernement provincial -, mais s’ils veulent devenir financés, ils devraient nous donner des renseignements.

Un manque de chiffres qui s’explique?

De son côté, la Coalition pour le droit à l'avortement du Canada dit que depuis des années, la clinique 554 de Fredericton est la seule clinique au Canada à ne pas déclarer son nombre d'avortements à l'Institut canadien d'information sur la santé.

L’ancienne clinique d’avortement de Fredericton, la clinique Morgentaler, pratiquait environ la moitié des avortements au Nouveau-Brunswick.

La Coalition pour le droit à l'avortement du Canada dit toutefois comprendre que la clinique 554 soit incapable de comptabiliser les chiffres, faute de ressources financières, et jette le blâme sur le gouvernement pour son manque de financement. 

La Coalition, tout comme la Société médicale du Nouveau-Brunswick, maintient son appui à la clinique 554.

Avec les renseignements de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Avortement