•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Doucet reçoit l’Ordre du N.-B. : « Oui, j’ai hésité »

Michel Doucet lors de la cérémonie de remise de l'Ordre du Canada à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le défenseur bien connu des droits des francophones du Nouveau-Brunswick, le juriste Michel Doucet, a été investi de l’Ordre du Nouveau-Brunswick, mercredi matin, au cours d’une cérémonie à la résidence du gouverneur, à Fredericton.

Fait particulier, la décoration lui a été remise par l’actuelle lieutenante-gouverneure, Brenda Murphy, qui ne parle pas français, en présence du premier ministre unilingue anglophone Blaine Higgs.

Michel Doucet n’a pas manqué de le souligner, après la cérémonie.

Ça c’est très décevant, je dois avouer que j’ai toujours dit que le premier ministre et le lieutenant-gouverneur de la seule province officiellement bilingue, le Nouveau-Brunswick, devraient être bilingue et dans ce cas-ci, c’est certainement décevant, frustrant, après 50 ans de bilinguisme officiel au Nouveau-Brunswick, qu’on se retrouve encore avec une situation où le français demeure, je le dis, une anecdote au niveau de Fredericton, du gouvernement.

Michel Doucet serre la main du premier ministre Blaine Higgs.

Michel Doucet s'est dit déçu du fait que la province soit dirigée par un premier ministre unilingue anglophone (Blaine Higgs, à droite dans la photo), après 50 ans de bilinguisme offiiciel au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Il a accepté, malgré tout, cet honneur, non sans une certaine hésitation.

Oui, j’ai hésité, j’hésite encore aujourd’hui. Je dois vous avouer que je le reçois avec une certaine joie, mais aussi avec une certaine tristesse par le fait que le travail reste encore à être fait au niveau de l’égalité des droits linguistiques.

Michel Doucet

S'il a accepté la décoration malgré tout, c'est pour souligner, a-t-il dit, le travail de tous ceux qui ont lutté comme lui pour l'avancement des francophones.

C’est une reconnaissance du travail qui est fait depuis 50 ans par tous ceux qui luttent pour l’égalité linguistique au Nouveau-Brunswick, c’est ça qui est important pour moi.

Blaine Higgs : les francophones sont bien protégés

Questionné après la cérémonie, le premier ministre Higgs s’est dit tout à fait en désaccord avec le constat fait par Michel Doucet sur l’état actuel des droits linguistiques dans la province.

À mon avis, les droits linguistiques sont protégés comme ils devraient l’être et comme ils le sont depuis bien des années, a-t-il déclaré.

Une opinion que ne partageait pas le député libéral Denis Landry, qui a également assisté à la cérémonie. La manière que ça va là, si on regarde ça entre moi et toi, on dirait que ça empire tout le temps! [...] Il y a encore du travail à faire, un énorme travail à faire.

Denis Landry répond aux questions des journalistes.

Selon Denis Landry, député libéral, le respect des droits des francophones régresse, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Tous les partis étaient représentés lors de la cérémonie sauf l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, une formation connue pour ses positions réfractaires au bilinguisme officiel.

L’Ordre du Nouveau-Brunswick a également été remis à neuf autres personnalités néo-brunswickoises, dont le militant acadien pour les causes sociales Léo Johnson, le leader communautaire de Grand-Sault Héliodore Côté et la chef de la Première Nation malécite de Madawaska, Patricia Bernard.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale