•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque criant de places en garderie à Gaspé

Des enfants jouent à l'extérieur.

Il manque actuellement environ 130 places en garderie à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il manque actuellement environ 130 places en garderie à Gaspé, une situation qui force certains parents à envisager de réduire leurs heures au travail, voire à quitter la région.

Sur les réseaux sociaux, les parents de Gaspé sont nombreux à partager leur impatience, mais surtout, leur impuissance face à la situation.

Pourtant, il y a un an, l'offre suffisait amplement à la demande, au point même où certains centres de la petite enfance (CPE) peinaient à combler toutes leurs places disponibles.

Alors que s'est-il passé? Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer ce récent manque de places en garderie à Gaspé.

La Ville et les directions des CPE citent notamment la hausse importante des naissances au cours de la dernière année, la croissance économique de Gaspé qui attire de nouvelles familles et la fermeture de cinq garderies en milieu familial.

Ainsi, 40 places subventionnées pourraient être offertes rapidement si des éducateurs décidaient d'ouvrir de nouvelles garderies en milieu familial, explique le directeur général de deux CPE à Gaspé, Gilles Chapados.

Gilles Chapados sourit lors d'une entrevue avec Radio-Canada dans un centre de la petite enfance.

Gilles Chapados est directeur général de deux centres de la petite enfance à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

À court terme, on peut faire de la promotion sur le métier des éducatrices en milieu familial, parce que les milieux qui ont fermés, on est restés avec ces places-là et elles sont disponibles présentement, assure M. Chapados.

Il suffit juste d'avoir des requérantes qui font des demandes pour pouvoir ouvrir des milieux assez rapidement.

Une citation de :Gilles Chapados, directeur général de deux CPE à Gaspé

En attendant une solution, le manque de places en garderie cause bien des maux de tête aux parents.

Magalie Larochelle et Mathieu Leblanc, tous deux enseignants au Cégep de Gaspé, sont actuellement en congé parental pour s'occuper de leur petite Clémence.

Ils doivent reprendre le travail en janvier, mais n'ont toujours pas trouvé de place en garderie ou en CPE pour Clémence.

Les quelques milieux familiaux que j'ai appelés, ils ne prennent même plus mon nom, ils sont assez complets, il y a une longue liste d'attente, constate Magalie Larochelle.

Mathieu LeBlanc tient l'enfant dans ses bras. Magalie Larochelle se tient à ses côtés, souriante.

Mathieu LeBlanc et Magalie Larochelle cherchent une place en garderie pour leur petite Clémence.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

On pourrait peut-être travailler un peu à temps partiel, on réfléchit à demander à une amie de peut-être venir la garder le jour. Il y a aussi la maison de la famille qui offre des haltes-répits, mais c'est de manière ponctuelle, poursuit la nouvelle maman.

On est un peu dans un casse-tête en ce moment. C'est inquiétant pour nous parce que janvier arrive assez vite.

Une citation de :Magalie Larochelle, mère de famille à Gaspé

Avec la pénurie de logements qui sévit à Gaspé, la Ville craint de voir des familles quitter la région.

Sur le moyen terme, il y a de la place pour agrandir le CPE Le Voyage de mon Enfance au centre-ville de Gaspé. Il pourrait être agrandi de 36 places d'ici deux ans. Ce qu'il suffit de faire, c'est que le ministre de la Famille ouvre un appel de projet, un appel d'offres pour de nouvelles places en garderie, avance le maire Daniel Côté.

Les directions des CPE préviennent toutefois qu'une éventuelle bonification des places disponibles doit être gérée avec prudence puisque l'offre dépassait la demande il y a à peine un an.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !