•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une question cruciale pour bien des jeunes : Que faire plus tard?

Chloé Williams, Yannick Godin et Julie Gauvin souriant dans un couloir de leur école secondaire.

Chloé Williams, Yannick Godin et Julie Gauvin songent aux métiers d'ingénieur, de pilote d'avion, de comédien, de comptable ou de professionnel de la santé. Comme de nombreux jeunes, ils réfléchissent à leur avenir.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe LeBlanc

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est une question qui revient fréquemment chez les élèves de 12e année qui doivent choisir de poursuivre ou non leur étude ou de se lancer sur le marché du travail. La réflexion peut provoquer de l'angoisse chez certains jeunes.

Janelle Arsenault est conseillère en orientation depuis plus de 10 ans à l'école secondaire Mathieu-Martin, à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Elle constate que le marché du travail évolue rapidement. Même si on sait que les futurs employés changeront fréquemment d'emploi au cours de leur carrière, cette période de décision est parfois difficile à gérer.

Tout le monde pose la question : "Qu'est-ce que tu vas faire l'année prochaine? As-tu des projets après le secondaire?" Alors, cette pression-là peut être une source de grand stress ou d'angoisse chez certains jeunes.

Plusieurs jeunes passeront l'année sans savoir que faire après le secondaire. Janelle Arsenault croit qu'il faut les mettre à l'aise face à l'incertitude. Ne pas savoir quoi faire comme métier au secondaire ne signifie pas qu'on n'ira nulle part. Parlez-en à Christopher Ingersoll. Avocat à la firme LeBlanc-Maillet de Moncton, il avait d'autres aspirations lorsqu'il a décroché son diplôme à l'école secondaire Mathieu-Martin, il y a 10 ans.

Je pensais vraiment que j'allais être physiothérapeute, pour être honnête. Soit ça, ou même j'ai pensé être policier.

Comme plus d'une soixantaine de professionnels, il est allé raconter son parcours professionnel et répondre à des questions lors de la journée carrière de son ancienne école secondaire. Il a été surpris par certaines questions des élèves qui lui ont demandé comment on devient juge ou de différencier certains types de droit, comme le droit en matière d'immigration.

L'ambulancier est debout devant la classe pleine de jeunes.

Un ambulancier parle de son métier à des élèves lors d'une journée carrière.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe LeBlanc

Chloé Williams, 14 ans, croit que les parents demeurent un modèle important au moment de choisir un métier. Elle croit que les distinctions entre les métiers de femmes et d'hommes n'existent plus, même s'il reste des défis à surmonter.

Je me rappelle encore en septième année, un infirmier et une ingénieure sont venus nous voir et nous parler de leur métier. Le fait qu'une fille soit ingénieure, mais il y a juste des gars dans son bureau ou un gars qui travaille à l'hôpital, mais il y a seulement un autre gars comme lui.

Yannick Godin, 16 ans, ne sait toujours pas ce qu'il fera dans l'avenir, mais il ne souhaite certainement pas exercer un emploi uniquement pour rembourser son hypothèque.

L'emploi que je vais faire dans le futur, c'est vraiment l'emploi que je veux me lever le matin puis être : "Ça me tente d'aller travailler". Je ne veux pas faire un emploi que je suis obligé de toujours faire la même routine.

Avec les renseignements de Louis-Philippe LeBlanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !