•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins de longue durée : pas d'amélioration attendue avant 2023

Les silhouettes de deux personnes âgées qui marchent dans un salon

En Ontario, le temps d'attente pour obtenir un lit de soins de longue durée est en moyenne de 152 jours, contre 99 jours en 2011-2012.

Photo : Getty Images / Carsten Koall

Rozenn Nicolle

Le nombre de personnes en attente d’obtenir un lit de soins de longue durée s’est accru d’environ 78 % au cours des sept dernières années, selon un rapport du Bureau de la responsabilité financière (BRF) rendu public mercredi. Et ce chiffre devrait continuer de croître au cours des deux prochaines années selon ses prévisions.

En 2011-2012, moins de 20 000 Ontariens étaient inscrits sur cette liste d’attente, alors qu’ils sont désormais près de 35 000 selon les chiffres du ministère des Soins de longue durée.

La hausse est attribuable, selon le BRF, au vieillissement de la population ontarienne, mais aussi à investissement insuffisant dans de nouveaux lits de la part de la province au cours des dernières années.

Entre 2011 et 2018, le nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus en Ontario a augmenté de 20 % selon Statistiques Canada. Pendant la même période, le nombre de lits de soins de longue durée dans la province s’est accru de seulement 0,8 %.

Le délai pour obtenir une place s’est lui aussi allongé, pour passer à 152 jours, soit six de plus que l’an dernier. Le rapport note également que les temps d’attente varient considérablement selon la région, à en croire les suivis réalisés par les différents réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) de la province.

Aucune information concernant les soins de longue durée en français n'est présente dans le rapport.

Pas d’amélioration avant 2023

Un homme s'adresse aux médias depuis la salle des médias de l'Assemblée législative de l'Ontario.

Peter Weltman, agent du Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario et auteur du rapport « Le programme des foyers de soins de longue durée ».

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Le gouvernement Ford s’était déjà engagé dans son premier budget à créer 15 000 nouveaux lits au cours des cinq prochaines années. Près de 8000 places ont déjà été attribuées, mais n’entreront en service qu’à partir de 2021-2022.

Le rapport estime que la situation continuera de se dégrader au cours des deux prochaines années, le nombre de personnes inscrites sur les listes d'attente passant de 36 900 à 40 200 d'ici 2020-2021. Le temps d’attente passera, lui, de 152 à 179 jours d’ici là.

Ces deux indicateurs connaîtront un faible déclin à partir de 2021-2022, mais resteront toutefois plus élevés qu’à l’heure actuelle. Le rapport prévoit une amélioration à partir de 2023-2024 seulement. Après quoi, 55 000 nouveaux lits seront nécessaires pour stabiliser le nombre de personnes inscrites sur la liste d’attente.

Croissance de la médecine de couloir

Selon Peter Weltman, l’auteur du rapport, le temps d’attente pour un lit de soins de longue contribue de façon considérable au problème de la médecine de couloir en Ontario.

Faute d’autres changements dans le secteur de la santé, le problème de la médecine de couloir s’aggravera au cours des deux prochaines années.

Examen du plan visant à créer 15 000 nouveaux lits de soins de longue durée en Ontario, BRF

En 2017-2018, environ 6300 patients hospitalisés ont été en attente d’un placement en soins de longue durée. Ces patients ont occupé plus de 340 000 jours-lits d’hôpital, soit 5 % de la totalité des jours-lits d’hôpital en Ontario, précise le rapport.

Un défi selon le gouvernement, une urgence, répond l’opposition

Dans un point de presse tenue après la période des questions, à Queen’s Park, la ministre des Soins de longue durée, Merilee Fullerton, a défendu les actions menées par son gouvernement. En plus de 15 000 nouveaux lits promis, 15 000 autres seront remodelés aux normes actuelles.

Une femme répond au micro des journalistes.

Merilee Fullerton, ministre des Soins de longue durée de l'Ontario, lors d'une mêlée de presse mercredi.

Photo : Radio-Canada

Mais le problème, dit-elle, reste le vieillissement de la population. Nous étudions des programmes innovants qui pourront aider les personnes à rester chez elles plus longtemps. Mme Fullerton a évoqué des alternatives telles que des solutions utilisant de la surveillance à distance ou un service de soin virtuel, ou encore des programmes paramédicaux communautaires déjà existants.

C'est un défi de taille. [...] Ce n’est pas un problème qui va durer un ou deux ans, c’est quelque chose qui va continuer de se produire au cours des prochaines décennies.

Merilee Fullerton, ministre des Soins de longue durée

La porte-parole en matière de santé du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, France Gélinas, estime que le rapport tire la sonnette d’alarme et parle d'une situation d'urgence.

France Gélinas répond au question des journalistes de Radio-Canada

France Gélinas, députée de Nickel Belt et porte-parole du NPD en matière de santé

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Les conclusiosn du rapport sont sans équivoque, selon elle : les lits de soins de longue durée ne seront pas la seule solution.

Moi, d’où je viens, c’est trois ans ou quatre ans d’attente pour entrer dans un foyer de longue durée. Malheureusement, il y en beaucoup qui ne peuvent pas attendre longtemps comme ça.

France Gélinas, députée de Nickel Belt et porte-parole du NPD en matière de santé

Elle dénonce entre autres la volonté du gouvernement de réformer le système de santé, des transformations qui prennent du temps, de l’énergie et des ressources qui ne sont pas vers les patients du tout et n’aident pas une seule personne à sortir de cette liste d’attente.

Avec les informations de Mathieu Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale