•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec reconnaît le caractère particulier de l'Outaouais

Mathieu Lacombe parle, debout, à l'Assemblée nationale.

La motion du ministre responsable de l'Outaouais a été adoptée à l'unanimité à la suite d'un vote nominal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre responsable de l'Outaouais a déposé une motion à l'Assemblée nationale du Québec, mercredi, pour reconnaître les « particularités » de la région dans plusieurs domaines.

Mathieu Lacombe a notamment demandé à ce que l'Assemblée reconnaisse que la région de l'Outaouais a accumulé un retard important ces dernières années quant au financement public en santé, en éducation en enseignement supérieur et en culture.

Lors de sa prise de parole, le député caquiste a expliqué que le développement économique de la région a souffert de cette situation, ce qui aurait également eu un impact sur sa capacité de se doter d'institutions propres dans plusieurs champs de compétence du Québec.

La motion a été adoptée à la suite d'un vote nominal. Les 103 députés présents l'ont appuyée et il n'y a eu aucune opposition ni abstention.

C'est un pas de géant aujourd'hui, c'est la première étape. Et après, évidemment, il faut travailler sur des mesures concrètes, mais c'est ce qu'on fait : on a identifié des gestes à poser, a laissé entrevoir M. Lacombe, sans entrer dans les détails.

Le ministre responsable de l'Outaouais a également rappelé que la situation frontalière avec l'Ontario amène certains défis, une raison de plus pour apporter un soutien particulier à la région.

Même si aucun financement n'est attaché à cette annonce, M. Lacombe est convaincu qu'il faut seulement donner la chance au coureur.

Les gens, s'ils nous laissent le temps, pourront faire le bilan à la fin du mandat et je suis persuadé qu'il sera pas mal plus positif.

Mathieu Lacombre, ministre responsable de l'Outaouais

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, et les membres de la mission économique qui l'accompagnent à Québec étaient présents au moment du dépôt de la motion.

Un moment important pour l'Outaouais

M. Pedneaud-Jobin estime qu'il s'agit du fruit des efforts des préfets des MRC de l’Outaouais et des militants pour l'équité sociale au cours des dernières années.

C'est un symbole qui est fort : c'est tous les députés de l'Assemblée nationale qui votent pour dire [qu'il] y a une région du Québec qui vit des retards qui n'ont pas de bon sens [mais il] faut que ça vienne avec des montants, a-t-il affirmé en entrevue à Radio-Canada.

Le maire de Gatineau soutient que le gouvernement travaille déjà en collaboration avec les instances municipales de l'Outaouais afin de trouver des solutions pour réajuster la situation. Il s'attend à ce que cette motion ait un impact direct sur le prochain budget provincial.

Le Dr Gilles Aubé, porte-parole en santé pour l'organisme Équité Outaouais, se réjouit de cette motion et félicite le gouvernement d'avoir fait cette déclaration. Le médecin de famille espère toutefois qu'elle se traduira par des gestes concrets.

Le budget s'en vient, donc on aimerait sentir dans le budget de mars 2020, parce qu'on ne l'a pas senti dans le budget de mars 2019, que le gouvernement a pris conscience de cette réalité-là et qu'il commence à corriger les problèmes, a souhaité le Dr Aubé.

Équité Outaouais encourage également le gouvernement à adopter une loi d'équité interrégionale qui ferait en sorte que toutes les régions auraient un financement équivalent pour la santé, l'éducation, la justice sociale et la culture.

Les établissements postsecondaires crient victoire

Pour le directeur général du Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin, la reconnaissance officielle de l'Assemblée nationale est une excellente nouvelle. C'est l'aboutissement de quatre ou cinq ans de travail du Front commun de l'Outaouais.

Maintenant ce ne sera plus du financement à la pièce pour chacun des secteurs, mais bien la reconnaissance de la situation particulière de l'Outaouais [dans son ensemble], a-t-il dit.

Le recteur de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Denis Harrisson, abonde dans le même sens.

Cette reconnaissance officielle marque un pas très important et essentiel pour la mise en place d’un plan d’action concret qui permettra le rattrapage nécessaire, notamment pour l’UQO, mais surtout pour la population de l’Outaouais et du Québec, a soutenu M. Harrison dans un communiqué.

Avec les informations de Nathalie Tremblay, Alexandra Angers et Mathieu Nadon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale