•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre aquatique de Laval : Action Laval propose de « repartir à zéro »

Le futur complexe aquatique de Laval, d'une valeur de 61 millions de dollars.

Le futur complexe aquatique de Laval, tel qu'imaginé au départ.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Jérôme Labbé

Action Laval dénonce le « fiasco financier » du projet de centre aquatique mené par l'administration du maire Marc Demers. Le parti d'opposition suggère de « repartir à zéro » et de bâtir un complexe plus modeste... quitte à démolir les fondations qui ont été coulées l'an dernier.

La formation politique – qui est passée de 1 à 6 élus après l'arrivée de 5 anciens conseillers de l'administration – craint notamment une explosion des coûts du projet, qui étaient évalués à 61 millions de dollars en janvier 2017.

Car la Ville de Laval a annulé l'appel d'offres lancé en avril 2018 pour la construction du futur complexe et rejeté les trois soumissions reçues en raison des coûts estimés plus élevés que prévu. Ces soumissions, rappelle Action Laval, s'élevaient toutes à plus de 80 millions de dollars.

Le conseiller municipal de Vimont, Michel Poissant, reproche au maire Demers sa vision de grandeur.

De faire un appel de projets international, d'arriver avec un building en rond, avec du verre triple [...], ça amène une audace au niveau architectural qui fait en sorte que les coûts ont explosé.

Michel Poissant, conseiller municipal de Vimont

Ce « design architectural audacieux » doit maintenant être revu, estime M. Poissant. Si ça coûtait 3, 4, 5 millions de plus pour avoir un building d'envergure, pour mettre un peu plus d'éléments architecturaux en façade, [ce serait] correct, on est une grande ville, on peut se le payer. Pas une fois et demie [ce que ça devait coûter]! Moi, une fois et demie, je ne peux pas défendre ça. Parce que c'est l'argent des Lavallois.

La Ville a-t-elle mis la charrue devant les boeufs?

Action Laval s'offusque en outre que M. Demers ait gaspillé [...] sans même savoir dans quoi il s'embarquait quelque 10 millions de dollars pour les plans et devis du complexe, l'excavation du terrain et le coulage des fondations.

Il souligne au passage qu'isoler ces fondations a coûté aux Lavallois plus de 700 000 $ l'hiver dernier. Selon les élus d'Action Laval, le maire Demers aurait dû attendre que le contrat de construction soit accordé avant d'autoriser cette opération.

Une maquette de la piscine.

Le complexe aquatique de Laval devrait en théorie inclure une section accessible au grand public.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Le projet du complexe aquatique avait été présenté à la presse en janvier 2017. La Ville souhaitait que le bâtiment, qui devait être construit près du Cosmodôme, le long de l'autoroute 15, soit prêt en 2020 afin d'accueillir la finale provinciale des Jeux du Québec.

Celle-ci se tiendra finalement au centre aquatique de Saint-Eustache, a-t-on appris en juin dernier.

Des solutions avancées

Action Laval propose maintenant de repartir à zéro sur le même site et de bâtir un complexe conventionnel s'inspirant des modèles de Brossard et de Mascouche, qui ont respectivement coûté 39 et 14 millions de dollars.

La formation estime qu'il serait possible de bâtir à Laval un centre aquatique au coût de 60 millions de dollars, plutôt que les 100 millions de dollars [qu'il coûtera] au bas mot si les travaux se poursuivaient avec les fondations actuelles.

L'autre opposition, le Parti Laval, suggérait pour sa part à l'été 2018 que l'enveloppe budgétaire destinée au complexe aquatique soit plutôt utilisée pour la construction de piscines à moindre coût, qui seraient mieux réparties sur le territoire de Laval.

L'administration garde le cap

En réaction à la conférence de presse d'Action Laval, le cabinet du maire Demers a fait savoir en début d'après-midi que les membres de l'équipe en place étaient déterminés à construire le complexe aquatique, [mais] pas à n'importe quel prix.

Partout dans la région métropolitaine,​ nous constatons une hausse du nombre de chantiers et de leurs coûts, écrit Stéphane Boyer, vice-président du comité exécutif, ajoutant que l’ensemble des villes sont confrontées à ce problème, où la surchauffe du marché de la construction fait exploser les coûts.

La Ville termine actuellement une analyse de valeurs afin d’avoir les meilleures pistes d’optimisation pour poursuivre ce projet important [et] un économiste indépendant en construction a été embauché pour aider dans cette analyse, précise-t-il.

M. Boyer souligne enfin que M. Poissant et son collègue David De Cotis – l'ancien président du comité exécutif, qui a fait défection l'an dernier et qui siège aujourd'hui avec Action Laval – ont tous deux voté à plusieurs reprises en faveur des décisions liées au projet qu’ils dénoncent aujourd’hui alors qu'ils étaient toujours membres du Mouvement lavallois de Marc Demers.

Avec la collaboration de Valérie-Micaela Bain et Marc Verreault

Grand Montréal

Politique municipale