•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les traversiers au Québec : de fiasco en fiasco

Un expert croit que la Société des traversiers du Québec ne devrait plus gérer la construction de nouveaux navires.

Le bateau F.A. Gauthier au large de Matane

En arrêt depuis dix mois, le F.-A.-Gauthier a plusieurs défauts de conception, selon un expert.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Marie-Maude Denis

Un architecte naval d’expérience prédit une explosion des coûts pour le navire F.-A.-Gauthier et dénonce l’incompétence dans la gestion des projets de traversiers au Québec. Selon John Stubbs, le projet du F.-A.-Gauthier est « un fiasco » qui fait peut-être oublier « un plus grand fiasco financier », à savoir le Jos-Deschênes II et l'Armand-Imbeau II, les deux nouveaux navires de Tadoussac qui ont coûté presque trois fois plus que prévu.

John Stubbs, qui a fait construire une cinquantaine de navires durant sa carrière, craint le pire pour le traversier F.-A.-Gauthier. Livré en 2015 pour la liaison Matane-Baie-Comeau-Godbout, le navire est à l’arrêt depuis maintenant 10 mois en raison du bris des propulseurs. « Le bateau va avoir des problèmes à répétition toute sa vie et, chaque fois, ça va coûter plusieurs millions. Ça va se chiffrer dans les dizaines de millions » dit-il, s’appuyant sur son expérience. 

C’est en voyant les images du dessous et de l’arrière du F.-A.-Gauthier, présentées dans un reportage à Enquête en septembre, que John Stubbs s’est senti interpellé. Il dit avoir été « horrifié » par ce qu’il considère comme des erreurs de base lorsqu’on construit un bateau qui doit naviguer dans les glaces. « Il n’y a rien dans la conception de l’arrière du navire pour protéger les propulseurs [...] Ce problème-là va se répéter dans 3-4 ans, j’en suis sûr. Le défaut entre les paliers et le derrière du navire, ce n’est pas réparable. »

John Stubbs.

L’architecte naval John Stubbs a fait construire une cinquantaine de navires dans sa carrière.

Photo : Radio-Canada

L’architecte naval croit que la Société des traversiers du Québec (STQ) a fait un très mauvais choix dans le système de propulsion du F.-A.-Gauthier. « Ils sont allés dans l’inconnu. La cote de glace et puis le type de propulseurs et la puissance, ils ont fait quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant. Le risque était énorme et ils n’ont pas gagné leur pari », se désole-t-il.

Le mois dernier, deux anciens employés de la STQ ont révélé à Enquête qu’ils ont plusieurs fois tenté d’alerter leurs patrons au sujet de vices de construction dont ils ont été témoins au chantier naval de Fincantieri, en Italie.

Une source bien au fait de l’opération de démontage des propulseurs au chantier Davie nous a confié qu’on a découvert de la rouille, des détritus dans l’huile et une usure anormale pour un bateau aussi neuf lors des inspections.

Réagissant au reportage, le premier ministre du Québec, François Legault, a qualifié le navire F.-A.-Gauthier de « citron » et a demandé à la vérificatrice générale d’enquêter. La STQ a refusé notre nouvelle demande d’entrevue en invoquant cette enquête.

Une hélice sous un bateau.

Le système de propulsion du F.-A.-Gauthier est l’un des défauts de conception.

Photo : Radio-Canada

Malgré nos demandes répétées, la STQ a refusé de nous dire qui a signé les plans finaux du F.-A.-Gauthier, se limitant à dire qu’il s’agit d’une co-conception entre la STQ et le chantier naval Fincantieri. L’architecte naval John Stubbs note que le chantier de Fincantieri où a été construit le navire québécois avait très peu d’expérience récente pour ce type de bateau. Il ne comprend pas pourquoi ce critère n’a pas compté davantage dans l’évaluation des soumissions de l’appel d’offres international.

Un chantier finlandais, qui a une longue feuille de route en construction de bateaux naviguant en eaux nordiques, a soumis un prix de seulement 6 millions supérieur à Fincantieri. Une différence dérisoire, selon Stubbs. « S’ils avaient payé la différence de prix, on l’aurait sauvée déjà. De loin. » Cette soumission a toutefois été jugée non conforme par le comité de la STQ.

Rappelons qu’en additionnant les dépenses imprévues liées aux problèmes du F.-A.-Gauthier, y compris l’achat de navires de relève, la facture est passée de 170 à 260 millions de dollars pour les contribuables québécois.

Le bulbe sous le bateau.

L’autre erreur majeure, selon John Stubbs, est d’avoir prévu un bulbe d'étrave dans la coque du bateau.

Photo : Radio-Canada

Les traversiers de Tadoussac : un fiasco encore pire

Les ratés et les bris de service du F.-A.-Gauthier occultent peut-être ce que John Stubbs considère comme un autre scandale : les traversiers Jos-Deschênes II et Armand-Imbeau II, livrés par le chantier Davie en 2018... et presque trois fois plus chers que prévu. « C’est aberrant, ça n’a aucun sens. C’est irresponsable! » commente l’architecte naval.

Radio-Canada a appris que la facture finale pour ces traversiers s’élève maintenant à 351 millions de dollars, alors que le contrat initial signé en 2011 prévoyait un montant de 120 millions de dollars. La Société des traversiers et Davie se sont accusés mutuellement d’être responsables de ces dépassements de coût.

Deux traversiers au large.

Les traversiers Armand-Imbeau II et Jos-Deschênes II sont considérés également comme des fiascos par John Stubbs.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Pour John Stubbs, la Société des traversiers a opté pour des technologies beaucoup trop évoluées pour une traversée d’à peine 10 minutes. Notamment le système de propulsion au gaz naturel liquéfié, que la STQ justifie par des considérations environnementales.

John Stubbs doute de l’impact réel sur l’environnement étant donné que ces traversiers sont constamment en manoeuvre, alors que c’est sur une longue distance à vitesse constante qu’il y a de réelles économies de carburant. Il croit surtout qu’il aurait été possible d’obtenir des traversiers de qualité à une fraction du prix. 

Pour soutenir Davie

Toutes les sources que nous avons consultées s’accordent sur un point : c’est le gouvernement du Québec qui a forcé la main à la STQ pour que ce soit Davie qui construise les deux traversiers. À l’époque, avant la vente de Davie aux actuels propriétaires, le chantier avait plusieurs problèmes et devait avoir un certain montant de commandes pour se qualifier pour un appel d’offres du gouvernement du Canada. C’est ainsi que le contrat du Jos Deschênes II et de l'Armand-Imbeau II a été donné de gré à gré à la Davie. 

Un autre projet de traversier... et une bataille navale

un navire à quai.

Le traversier qui dessert les Îles-de-la-Madeleine est lui aussi à remplacer.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Un autre projet de traversier est dans l’air : le remplacement du Vacancier, qui dessert les Îles-de-la-Madeleine. Il est actuellement la propriété du Groupe CTMA, une entreprise des Îles. Un projet d’au moins 150 millions de dollars.

En mai 2018, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a annoncé qu'il soutiendrait financièrement la construction du nouveau bateau, et que c’est CTMA qui piloterait le projet en procédant par un appel d’offres international. 

Davie multiplie les démarches, y compris juridiques, pour contester ce contrat de gré à gré, alors que le processus d’acquisition était déjà bien entamé par CTMA. Davie conteste le fait même que ce soit CTMA qui mène ce projet et souhaite que le gouvernement du Québec procède par appel d’offres qui se limiterait au Canada seulement. 

John Stubbs s’inquiète qu’on veuille restreindre la concurrence et croit qu’on sème les graines d’un autre désastre financier si on ne procède pas par appel d’offres international. 

« Quand on enlève la concurrence, on enlève la possibilité d’avoir les meilleures technologies, les meilleurs aspects de conception, les meilleurs moteurs, les meilleurs propulseurs. Quand on limite la concurrence, on limite nos possibilités de succès », croit-il.

Retrouvez tous les reportages de l'émission Enquête

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société