•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD au bord de l'« éclipse médiatique » au Québec

Alexandre Boulerice, Jagmeet Singh et Éric Ferland, le long de l'autobus du parti, lors de la campagne fédérale de 2019.

Alexandre Boulerice (à gauche) est maintenant le seul député néo-démocrate du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) « risque l’éclipse médiatique au Québec » avec un seul député, et « le chef devra être plus présent » dans la province afin que le sentiment de sympathie envers Jagmeet Singh se transforme en vote, selon des politiciens et stratèges néo-démocrates.

Les députés élus et défaits du NPD se rencontrent à Ottawa ce matin pour la première fois depuis l’élection de la semaine dernière. Le parti a obtenu 20 sièges de moins qu'en 2015 (dont 14 au Québec) et son vote populaire a diminué de 3,7 points de pourcentage entre les deux élections générales.

Certains croient que sa piètre performance électorale justifierait la démission de M. Singh, comme l'affirme Karl Bélanger, l’ex-conseiller de Jack Layton et Thomas Mulcair.

Mais dans les instances du parti, personne ne réclame publiquement la tête du chef, « qui a sauvé son leadership grâce à sa campagne énergétique », affirme Sarah Andrews, l’ex-directrice des communications du NPD au Québec.

Reconstruction au Québec

Les efforts de reconstruction au Québec devront se faire sur une période de 2 ou 3 élections, croit un ex-stratège néo-démocrate. Et c’est plus qu’une question d’argent et de membres, souligne l’ex-député Guy Caron, défait le 21 octobre.

Il y a un constat à faire, une réflexion sur le défi qui nous attend au Québec. On est passé de 59 à 16 à 1 député. Le Bloc a rempli le vide politique laissé par les autres partis sur la question de la laïcité.

Guy Caron, ex-député NPD de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques

Le NPD, selon lui, doit essayer d'établir un pont au-dessus du ravin qui sépare le Québec et le reste du pays sur l’enjeu de la laïcité. D’un côté, le Canada anglais voit la loi 21 sous l’angle d’un multiculturalisme à défendre, et de l’autre, le Québec la considère à travers le prisme d’une province qui a lutté pour se libérer de la domination du clergé. Selon lui, les deux visions ne sont pas incompatibles.

L’ex-député Guy Caron s’inquiète également de ce que le NPD tombe dans l’oubli, alors qu’il devient le 3e parti d’opposition en Chambre, derrière le Bloc. On risque l'éclipse médiatique au Québec, avec un seul député.

Cela mettra plus de pression sur Alexandre Boulerice et sur l’équipe du NPD au Québec, qui sera réduite et aura beaucoup moins de moyens. Le chef devra être plus présent, avise Sarah Andrews, ex-directrice des communications du NPD au Québec.

Les gens aiment l'offre de Jagmeet Singh au Québec, mais pas encore assez pour que ça se traduise en votes.

Sarah Andrews, ex-directrice des communications du NPD au Québec.

Avant l’élection, le NPD avait des députés dans presque toutes les régions du Québec, qui maintenaient une présence dans les médias locaux. Mais plus maintenant. Il faudra miser sur les députés sortants qui veulent être à nouveau candidats, déclare Sarah Andrews, afin de disséminer le message dans toutes les régions de la province, pas juste à Montréal.

Le chef devra utiliser son erre d’aller de campagne et son levier dans le gouvernement minoritaire afin de bâtir sur ses appuis au Québec, ajoute-t-elle.

Gérer le gouvernement minoritaire

Le NPD fera de l’assurance-médicament universelle sa demande principale au gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau au cours de la prochaine session parlementaire. Jagmeet Singh en fera l’annonce plus tard aujourd’hui, après avoir rencontré ses nouveaux députés à Ottawa ce matin.

La lutte contre les changements climatiques et la réconciliation avec les peuples autochtones feront également partie de ses démarches de négociation avec les libéraux minoritaires.

Les autres demandes du NPD, comme la réduction des factures de téléphonie cellulaire, la taxation des géants du web et l’augmentation des impôts auprès des plus riches, seront vraisemblablement repoussées à plus tard. D’abord, pour ne pas diluer les autres demandes. Ensuite, pour permettre au NPD de revenir plus tard dans le mandat avec une deuxième ronde de demandes.

Si on se fait voler nos idées et que les libéraux gardent le crédit, on n'est pas plus avancés, indique une stratège néo-démocrate.

Le NPD entend étaler ses demandes sur une plus longue période, afin que les gens se souviennent de sa contribution.

L’idée, c'est de s'assurer que le gouvernement ne s'arroge pas tout le mérite pour ces mesures progressistes. Il faut que le NPD se distingue des libéraux. Il faut montrer aux gens que ça vaut la peine de voter NPD.

Mélanie Richer, directrice des communications au bureau du chef du NPD

Il faudra aussi se servir de ces bons coups pour générer des demandes de financement auprès des membres et des sympathisants, ajoute Sarah Andrews. « C'est dur pour le NPD de se péter les bretelles quand on fait un bon coup, mais il faudra le faire. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !