•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coexistence travail-études unique au Cégep de Sherbrooke

Joanie Otis travaille avec un appareil sur une machine.

Joanie Otis a fait un retour aux études en techniques de Génie mécanique au Cégep de Sherbrooke. La mère de deux enfants fait partie du programme coexistence travail-études.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Il y a une dizaine d'années, le Cégep de Sherbrooke innovait en créant le programme de coexistence travail-études. Aujourd'hui, l'établissement compte 12 programmes semblables et le taux de placement des finissants sur le marché du travail est de 100%.

Le Cégep de Sherbrooke propose aux étudiants de prolonger leur séjour en classe tout en ayant un travail rémunéré dans leur domaine.

Marc Decelles

Marc Decelles est un étudiant de quatrième année en techniques de génie mécanique au Cégep de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

C'est le cas de Marc Decelles. Passionné de mécanique, l'étudiant en Technique de génie mécanique veut devenir ingénieur.

Sa dernière année d'étude se fait sur deux ans. Il partage son temps entre le cégep et son travail chez Milan Conception.

Marc Decelles à son bureau.

Marc Decelles travaille à son poste chez Milan Conception où il perfectionne ses connaissances apprises en classe.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Tu apprends tes notions au Cégep et tu les mets en pratique dans la vraie vie ici au travail, lance Marc Decelles, heureux de son choix de carrière.

Son employeur, une entreprise de conception d'équipements industriels automatisés, aimerait bien retenir ses services après son stage.

Avec le contexte actuel de pénurie de main-d'oeuvre, ça vient nous donner un coup de main et ça nous aide à sélectionner les bonnes personnes, explique Josée Deshaies, directrice des ressources humaines chez Milan conception.

Josée Deshaies

Josée Deshaies est directrice des ressources humaines chez Milan Conception.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Depuis cinq ans, l'entreprise a retenu la majorité de ses stagiaires issus du programme.

Les étudiants sont très motivés! Quand ils arrivent au travail, ils ne connaissent pas tous les outils et on leur apprend.

Josée Deshaies, directrice des ressources humaines chez Milan conception

Pas besoin de faire du temps plein au Cégep et travailler la fin de semaine, je peux faire mes devoirs, se félicite Marc Decelles.

Marc Decelles avec un objet dans sa main droite parle avec un collègue.

Marc Decelles parle avec un collègue de travail chez Milan Conception à Sherbrooke où il travaille depuis plus d'un an.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le mercredi, Marc entre en classe pour le reste de la semaine. Le programme lui permet d'avoir l'équilibre recherché, estime-t-il.

J'étais beaucoup plus stressé avant d'entrer en coexistence travail-études. J'ai appris beaucoup au Cégep, donc ç'a été beaucoup plus facile de voir le milieu de travail dans lequel je me suis engagé, explique l'étudiant.

Mario Martel parle avec Marc Decelles dans une classe.

L'enseignant de techniques de génie mécanique Mario Martel donne des instructions à Marc Decelles.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Un de ses enseignants, Mario Martel, est là depuis le début du programme.

Certaines entreprises disaient: "vous avez des finissants, on a de la difficulté à en recruter, on est en pénurie de main-d'oeuvre, est-ce qu'il y aurait un moyen d'avoir des étudiants avec une bonne formation qu'on pourrait embaucher?", se remémore l'enseignant en Techniques de génie mécanique.

Des employés de Milan Conception travaillent sur des maquettes 3D.

Milan Conception est une entreprise d'ingénierie spécialisée dans la conception et la fabrication de machines industrielles.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Une cinquantaine d'étudiants plus tard, l'impact est palpable en classe, au grand plaisir de Mario Martel.

Ils sont plus curieux. Quand il reviennent dans les cours, ils ont du vécu et ils amènent de bonnes discussions en classe.

Mario Martel, enseignant en Techniques de génie mécanique et Technologie de maintenance industrielle

Joanie Otis a quant à elle vu l'opportunité de faire un retour aux études avec une petite famille. Je voyais les compromis beaucoup plus grands avant de faire le saut qu'une fois que j'étais dedans, lance-t-elle.

Je me réalise beaucoup, je m'épanouis, j'ai beaucoup de plaisir à venir au cégep, à faire mon nouveau métier.

Joanie Otis, étudiante en Techniques de génie mécanique

L'initiative du Cégep de Sherbrooke a eu des répercussions au Cégep de Rivière-du-Loup, où l'option y est maintenant offerte avec le programme de Technique informatique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Emploi