•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il y a de la détresse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac », reconnaît la ministre Guilbault

Une pelle mécanique démolit une maison mobile.

Bon nombre de résidences de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ont dû être démolies après les inondations du printemps dernier.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Desrosiers

Radio-Canada

« On travaille sans relâche », dit la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, à propos de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, où la rupture d'une digue avait forcé l'évacuation de 6000 personnes en avril. Mais l'opposition libérale estime qu'un programme spécifique d'indemnisation devrait être conçu pour ces sinistrés.

Dans cette municipalité de 19 000 habitants des Basses-Laurentides, la détresse psychologique est palpable six mois après la rupture d'une digue qui a entraîné des inondations.

Mardi, la ministre Guilbault a assuré que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) était conscient que les citoyens sont à bout de souffle à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

On reconnaît qu’il y a de la détresse, a déclaré la ministre Guilbault lors d'un impromptu de presse à l'Assemblée nationale.

À Sainte-Marthe, on a été présents dès le tout début et on travaille sans relâche. Avant, pendant ou après le sinistre, avec ou sans les caméras, on travaille avec la même ardeur.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec

Geneviève Guilbault affirme qu'une vingtaine d’employés de son ministère sont en place dans cette ville située en bordure du lac des Deux Montagnes.

Des équipes du ministère de la Santé y ont aussi été dépêchées.

On redouble d’efforts pour aider ces gens-là, chez nous, pour l’indemnisation des victimes, et chez ma collègue de la Santé, pour le soutien psychosocial, a-t-elle affirmé.

Une étude d'impact

La ministre de la Sécurité publique voit d'un bon œil la recherche qui sera menée par trois chercheurs universitaires dans le cadre du volet santé du Plan d'action sur les changements climatiques. Cette étude, qui sera financée par le Fonds vert, permettra de documenter encore davantage l’impact des sinistres sur nos citoyens au Québec, dit-elle.

Le fait d'étudier comment les citoyens sont atteints permettra d'améliorer, de façon continue, la réponse du gouvernement dans pareille situation, ajoute Mme Guilbault en substance.

Plusieurs ministères se penchent sur cette situation qui touche à l'aménagement du territoire, dit-elle encore : Il y a des choses qui se font et se refont, de la construction dans des zones à risques faite année après année.

Il faut revoir aussi l’aménagement du territoire; ça fait partie de cette action multiministérielle.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec

Détresse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac: Québec promet d’en faire plus

On a crié, et ils sont là

Sur le terrain, la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulhus, affirme que les inspections des maisons touchées sont pratiquement toutes faites.

La mairesse dit que le gouvernement de François Legault a été sensible à l'appel lancé pour venir en aide à la population. On a crié et ils sont là, affirme Mme Paulhus.

Il reste que certains résidents se terrent chez eux sans réclamer d'aide, alors qu'ils en auraient besoin. Ce sont ces gens-là que la Municipalité et le ministère de la Santé veulent rejoindre.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a assuré à la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac que des intervenants allaient relancer ces sinistrés pour ne pas les laisser sans soutien.

Car la mairesse sait que des gens sont épuisés. Un citoyen lui a confié ne pas pouvoir répondre de ses actes si la situation ne se réglait pas. C’est sûr que ces gens-là ont besoin d’aide, et on le comprend, dit Mme Paulhus.

Le personnel de la Municipalité aussi est essoufflé. La greffière, par exemple, a été submergée de demandes, dit la mairesse.

47 millions de dollars en aide

Constatant cette situation précaire, la ministre Guilbault admet qu'il est possible de faire mieux. Mais elle s'encourage à l'idée que le gouvernement a traité, à ce jour, 1600 dossiers d'indemnisation, et ce, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac seulement. Dans l'ensemble du Québec, le nombre de dossiers traités s'élève à 7000.

Jusqu'ici, ce sont 47 millions de dollars que Québec a versés en aide financière aux sinistrés, dit Geneviève Guilbault.

Faire ses besoins chez le voisin

Mais la critique libérale en matière de sécurité publique, Marie-Claude Nichols, affirme que le gouvernement Legault tarde à venir en aide aux sinistrés de manière appropriée.

En entrevue sur ICI RDI, mercredi, la députée libérale dans Vaudreuil réclame du premier ministre qu'il se rende sur le terrain. Ce qu'il y verra ne le laissera pas insensible, dit-elle.

J’ai rencontré des gens qui utilisent la toilette du voisin pour faire leurs besoins depuis le mois d’avril, affirme Mme Nichols. Est-ce que c’est normal? Non.

Qualifiant la situation de Sainte-Marthe-sur-le-Lac de sans précédent, la députée presse le gouvernement de la CAQ de créer un programme d'indemnisation spécifique pour ces résidents.

Le programme d’indemnisation pour les inondations ne s'applique pas aux riverains, dit Marie-Claude Nichols. Sainte-Marthe-sur-le-Lac est un cas à part qui nécessite un programme d’indemnisation particulier, adapté à leurs besoins.

Mme Nichols affirme en être à sa quatrième visite sur le terrain. Avec l'hiver et le froid qui approchent, les résidents vivent une détresse qui est palpable, selon elle.

Avec les informations de Catherine Gauthier et de Pascal Robidas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

Société