•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps presse pour le traversier Trois-Pistoles–Les Escoumins

Un navire un peu rouillé est dans l'eau, à marée basse, amarré à un quai qu'on ne voit pas.

Le traversier l'Héritage 1 amarré à Trois-Pistoles.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

Les jours sont comptés pour envoyer l’Héritage 1 au chantier maritime avant l’hiver. Les travaux permettraient au traversier qui relie Trois-Pistoles aux Escoumins de reprendre le service dès le début de la saison 2020. Une aide financière de Québec est attendue pour réaliser les travaux exigés afin que le navire puisse naviguer l’an prochain.

Depuis lundi, l’Héritage 1 est amarré sur les berges de la marina de Trois-Pistoles, où il passe tous ses hivers. Pour le sortir de cet endroit, il faut profiter d’une grande marée. Or, il n’en reste que deux ou trois avant que ça devienne impossible de bouger le traversier avant l'hiver.

Pour la Compagnie de navigation des Basques, c'est signe que le passage du navire en chantier maritime cet automne est de moins en moins probable.

Les travaux, qui consistent à changer plus de 54 000 kilogrammes d’acier sur le navire, sont évalués à près de 5 millions de dollars.

Un navire un peu rouillé est dans l'eau, à marée basse, amarré à un quai.

La prochaine saison de navigation de l'Héritage 1 pourrait être retardée si les travaux ne sont pas réalisés à temps.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Seul le Groupe Océan a soumissionné pour le projet. Le traversier devait entrer en chantier cette semaine pour être prêt au mois d’avril, mais Québec n'a toujours pas confirmé s’il viendrait en aide à la compagnie. Sans cette aide, impossible de faire les travaux qui sont obligatoires pour la reprise du service l’an prochain.

C’est la Société des traversiers du Québec qui a été mandatée par le ministre François Bonnardel pour faire des recommandations sur le navire, explique le capitaine de l’Héritage 1, Jean-Philippe Rioux. J’espère qu’on va avoir un financement bientôt, ils ne veulent pas précipiter les choses.

Je pense qu’avec tout ce qui s’est passé [NDLR Avec les nombreux problèmes aux traversiers de l'Est-du-Québec depuis décembre 2018 particulièrement], le gouvernement et la population se sont rendu compte comment les liens entre les deux rives étaient fragiles, observe M. Rioux. Dans cet esprit, [j'ai espoir] qu’il y aura un dénouement, mais pour nous, c’est l’horloge qui tourne.

Le porte-parole de la Société des traversiers du Québec, Alexandre Lavoie, confirme que ses collègues sont bien au fait du dossier, et que la décision sera prise d’ici la fin de l’année.

Si les travaux sont repoussés au printemps, les dirigeants craignent de voir leur saison 2020 amputée de quelques semaines. Ce report pourrait faire gonfler la facture des travaux et miner la rentabilité financière de la compagnie l’an prochain.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !