•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : l'âge légal au Québec passera à 21 ans dès le 1er janvier

Une personne tient un joint.

Il est légal de consommer du cannabis à des fins récréatives au Canada depuis octobre 2018.

Photo : iStock

Radio-Canada

Il faudra avoir 21 ans pour consommer du cannabis au Québec dès le 1er janvier prochain. Le projet de loi 2 resserrant l'encadrement de la substance a été adopté à l'Assemblée nationale mardi.

Le projet de loi qui resserre les règles entourant la consommation de cannabis au Québec sera sanctionné, samedi, et entrera aussitôt en vigueur, à l'exception de la disposition qui fixe à 21 ans l'âge légal pour consommer du cannabis.

Québec a en effet prévu une période tampon de 60 jours avant la mise en application de cette disposition, qui entrera en application seulement au 1er janvier 2020.

On a décidé de donner une période tampon pour que, par exemple, ceux qui sont habitués ou ceux qui allaient à la SQDC puissent s’adapter au changement de régulation, a expliqué en point de presse le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

Le but de la loi, c’était vraiment de donner un espace tampon entre les adolescents et la consommation ou l’achat de cannabis. On veut retarder l’initiation à la consommation du cannabis.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Pour Québec, il est essentiel d'agir pour retarder l'âge auquel les jeunes commencent à consommer du cannabis, car ils constituent la clientèle la plus vulnérable aux effets de cette drogue.

Rappelons que l'âge légal pour consommer du cannabis a été fixé à 18 ans par le gouvernement fédéral, lors de la légalisation des produits du cannabis au pays. Mais le gouvernement Legault a choisi d'opter pour des règles plus sévères, notamment de relever à 21 ans l'âge légal de consommation pour les jeunes, ce qui ouvre la porte à des contestations judiciaires de la loi 2 devant les tribunaux fédéraux.

Le projet de loi 2 resserre également les règles de consommation de cannabis dans les lieux publics, tout en donnant une certaine marge de manoeuvre aux municipalités pour déterminer si elles autorisent ou non la consommation de cannabis dans certains lieux publics où l'on ne retrouve pas d'enfants.

Lionel Carmant s'adresse aux journalistes.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, estime qu'il est important de retarder le moment auquel les adolescents sont initiés au cannabis.

Photo : Radio-Canada

Les villes ont le pouvoir municipal de déterminer quelques parcs où ça va être possible [de consommer du cannabis], mais nous, notre loi, c’est que c’est interdit dans les lieux publics.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Dès que le projet va être sanctionné, samedi, l’interdiction dans les lieux publics va être applicable, a précisé le ministre Carmant.

Interrogé par les journalistes sur le fait que cette loi fait du Québec la plus restrictive des provinces en matière de consommation de cannabis, le ministre Carmant a expliqué : Je crois qu'on est les plus précautionneux et on va le voir également avec le règlement sur les comestibles. C'est notre position, on veut rester précautionneux.

Les plus vulnérables « [poussés] vers le marché noir »

Ce texte « pousse les consommateurs les plus vulnérables vers le marché noir », estime l’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC).

Nous comprenons mal la volonté du gouvernement. Rappelons que les experts en santé et sécurité publiques qui ont conseillé le fédéral sur les orientations à prendre pour mettre en place la légalisation du cannabis au pays, tout comme nombre d’organismes québécois spécialisés en la matière ont préconisé une approche de réduction des méfaits en recommandant d’établir à 18 ans l’âge minimal de consommation, indique Michel Timperio, président du conseil d’administration de l’AQIC.

Le ministre Carmant a rappelé que son gouvernement a mis en poste des intervenants en toxicomanie dans toutes les écoles secondaires du Québec qui vont travailler là-dessus.

Pour ce qui est des produits comestibles du cannabis qui sont désormais autorisés par le fédéral, le ministre Carmant a déclaré qu'aucun de ces produits ne sera vendu à la SQDC tant que le projet de règlement de son gouvernement, concernant ces substances, n'aura pas été approuvé.

Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire, y voit une attitude paternaliste de la part du gouvernement caquiste.

La CAQ regarde les jeunes Québécois de haut dans le dossier du cannabis et se comporte comme un vieux mononcle qui pense mieux savoir qu'eux ce qui est bon pour eux, écrit Gabriel Nadeau-Dubois sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique