•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix du lait : attention aux abus!

Du lait est versé dans un verre et il fait des éclaboussures.

Le prix du lait de base est réglementé au Québec.

Photo : Radio-Canada

Gildas Meneu

Le saviez-vous? Le prix du lait de base est réglementé au Québec. Et pourtant, certains dépanneurs le vendent encore à un prix… illégal.

Au Québec, le prix du lait de base (des marques Québon et Beatrice) est réglementé par la Régie des marchés agricoles et alimentaires. La régie impose un prix minimum et maximum. Pour la troisième fois en près de 20 ans, L’épicerie a constaté que ce règlement n’est pas toujours respecté.

Notre enquête démontre aussi que, comme bien des Québécois, de nombreux propriétaires de dépanneurs indépendants ignorent ce règlement.

La Régie des marchés agricoles et alimentaires impose ces prix pour une seule catégorie de laits : les contenants en carton (sans bouchon de plastique) de 1 L, 1,5 L et 2 L ainsi que les sacs de 4 L.

Les autres laits dits « à valeur ajoutée », c’est-à-dire munis d’un bouchon de plastique ou encore « pur filtre », « finement filtré » ou « sans lactose » sont exclus du règlement.

L’enquête de L’épicerie

De Montréal à Québec en passant par de petites municipalités, l’équipe de L’épicerie a facilement trouvé des fautifs. Les laits, qu’ils soient de 0 %, 1 %, 2 % ou 3,25 %, sont trop chers. Leur prix dépasse de 1 à 40 cents le prix plafond.

Un résultat qui ne surprend pas le professeur en distribution et politiques agroalimentaires de l’Université Dalhousie Sylvain Charlebois.

La délinquance sur le plan des prix minimum maximum émis par la Régie, c’est quelque chose qui n’est pas nouveau, malheureusement.

Sylvain Charlebois

Étonnant? Le propriétaire d’un dépanneur fautif nous a avoué, sous le couvert de l’anonymat, qu’il ignorait l’existence de ce règlement.

Questionné sur le sujet, le président-directeur général de l’Association des détaillants en alimentation du Québec reconnaît le problème. 

Certains commerçants non affiliés, des commerçants qui sont plus isolés ou encore des opérateurs qui sont allophones, ont peut-être plus de difficulté à se retrouver dans la réglementation, explique Pierre-Alexandre Blouin. Mais le fournisseur a également une responsabilité. Lorsque vous vendez un produit à un commerçant, j’imagine que vous allez vérifier de temps en temps si les contraintes de commercialisation sont respectées.

Des centaines de plaintes

Au Québec, la Régie des marchés agricoles et alimentaires reçoit plus de 200 plaintes par année. En général, une cinquantaine sont fondées. Elle mandate alors le ministère des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) de vérifier les prix sur le terrain. À Montréal, c’est le service des inspections des aliments qui est chargé des enquêtes.

La chef de la Division de l'inspection des aliments à la Ville de Montréal, Myrta Mantzavrakos, reconnaît qu’elle traite une vingtaine de plaintes par année.

Si nous recevons une plainte, l’inspecteur va se déplacer chez le commerçant. Si c’est fondé, il commence par donner un avertissement légal au commerçant, ce qui génère une demande de suivi. On va retourner faire une seconde vérification et si, encore une fois, le règlement n’est pas respecté, il pourrait y avoir une poursuite judiciaire, résume Myrta Mantzavrakos.

Les prix pour les contenants de 1 L à 4 L sont affichés.

Prix du lait affichés dans un dépanneur au Québec

Photo : Radio-Canada

Des prix absents des rayons

Autre constatation de L’épicerie : l’affichage des prix est la plupart du temps inexistant ou erroné dans les dépanneurs.

Si les chaînes d’épicerie (IGA, Metro, Provigo) semblent respecter les prix imposés, c’est sur le site de l’épicerie en ligne de Walmart que nous avons constaté de nombreuses erreurs. Les prix de sept produits dépassent largement les prix autorisés.

Nous avons commandé ces laits, pour constater que le détaillant a finalement ajusté les prix lors du paiement final. Au moment de la mise en ligne de ce texte, le site web de Walmart affiche encore des prix au-dessus du règlement.

L’entreprise s’est défendue en affirmant travailler activement à l’amélioration de [son] site web afin d’assurer l’exactitude de l’affichage du prix provincial et régional du lait dès le départ, sans devoir y faire des modifications dans le cadre de la transaction.

Toutefois, nous avons finalement payé deux produits plus cher que ce que le règlement autorise.

Le lait d’ici est le plus cher au pays

Le Québec est la seule province à imposer des prix aux laits conventionnels. C’est aussi ici qu’on paie le lait le plus cher, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard.

Ailleurs au pays, les prix sont libres. Ce qui fait que vous paierez bien moins cher pour un 4 litres de lait dans un Costco de l’Ontario, mais aussi beaucoup plus cher… dans un dépanneur.

Pour le professeur Sylvain Charlebois, ce système au Québec pénalise les consommateurs. Mais pour le PDG de l’Association des détaillants en alimentation Pierre-Alexandre Blouin, il y a moins de différence entre le prix des différents formats au Québec qu’ailleurs.

Les détaillants doivent hausser le prix des autres formats de façon encore plus importante parce qu’il n’y a pas de fourchette de prix. En bout de ligne, au Québec, on sait qu’on va payer un prix relativement équivalent pour l’ensemble des formats.

Pierre-Alexandre Blouin

À vous de surveiller les prix

Conclusion : les autorités et les distributeurs ne vérifient pas les prix dans les dépanneurs du Québec. C’est donc au consommateur d’être vigilant. Il peut dénoncer un prix excessif auprès de la Régie des marchés agricoles et alimentaires.

À savoir :

Les prix minimum et maximum varient selon quatre régions géographiques. Plus on s’éloigne des centres, plus les prix sont élevés. Au nord du 50e parallèle, les prix ne sont pas réglementés. La liste des prix est publiée sur le site de la Régie des marchés agricoles et alimentaires (Nouvelle fenêtre).

Le reportage de la journaliste-animatrice Johane Despins, du journaliste à la recherche Gildas Meneu et de la réalisatrice Caroline Gagnon est diffusé dans le cadre de l'émission L'épicerie le mercredi à 19 h 30 à ICI TÉLÉ.

Commerce

Alimentation