•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey, fierté et magie au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

Sur une scène sombre, Martin Guérin parle au micro en tenant un petit calepin.

Martin Guérin a prononcé un discours hier soir lors de la première du film Brothers for life-Mémoires d'une saison.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Radio-Canada

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) a encore une fois fait vivre son lot d'émotions lundi soir. Des émotions signées par les réalisateurs Martin Guérin et André Forcier.

Il n'y avait plus un siège de libre au Théâtre du cuivre de Rouyn-Noranda. Jusqu'à la dernière rangée du balcon, la rangée MM, on pouvait y voir des festivaliers entassés pour le programme double de la soirée.

En première partie, un documentaire fort attendu par le réalisateur rouynorandien Martin Guérin, Brothers for life-Mémoires d'une saison. Le film présente de façon chronologique, la saison de rêve des Huskies de Rouyn-Noranda qui a mené l'équipe à la conquête des coupes du Président et Memorial en 2018-2019.

Ce documentaire est un tour de force du réalisateur, surtout technique. Tournée avec une seule caméra, de type DSLR et majoritairement à l'épaule, Martin Guérin a eu accès à l'équipe dans ses moindres détails. On entre dans le vestiaire des Huskies pour les moments de réjouissance ainsi que lors de défaites crève-coeur. On y voit de jeunes athlètes se faire recoudre par le médecin de l'équipe ou subir un traitement quelconque.

Le tout filmé par un seul homme et sa caméra, à main levée

Dans la salle du théâtre du Cuivre, les spectateurs applaudissaient chaudement lors des moments marquant de cette saison historique : la victoire de la Coupe du Président, celle de la Coupe Memorial, le défilé dans les rues de Rouyn-Noranda. Des rires ont éclaté aussi à plusieurs reprises, surtout lors des discours colorés de l'entraîneur-chef de l'équipe, Mario Pouliot.

Un sprint

On ne peut passer sous silence les conditions dans lesquelles Martin Guérin a accouché de ce documentaire. Depuis de nombreuses années, il est le cinéaste attitré à l'équipe. Il est présent à tous les matchs à domicile des Huskies. Or, c'est quand l'équipe a eu son ticket pour la Coupe Memorial à Halifax que l'organisation lui demande de faire le voyage avec l'équipe et de mettre dans un documentaire de cette saison de rêve.

Au retour de la conquête de ce deuxième trophée, il entame, seul, la postproduction du film. Il doit regarder des centaines d'heures de matériel, ajouter des images d'archives, construire un récit cinématographique et en faire le montage, la colorisation, la balance du son, le sous-titrage et alouette.

Le résultat : une longue ovation de plusieurs minutes lundi soir au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

C'est très émouvant de voir l'accueil du film. C'est un an dans la vie de ces joueurs-là, dans l'intimité de ce groupe-là. Le film, je pense, a plu je suis très content de la réaction.

Martin Guérin

Abitibi–Témiscamingue

Cinéma