•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick doublera la superficie de ses aires protégées d'ici 2021

Un tournant de la rivière Restigouche

La rivière Restigouche fait partie des espaces naturels au Nouveau-Brunswick qui pourraient être ajoutés à la liste des aires protégées.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des groupes environnementaux applaudissent l'engagement du gouvernement du Nouveau-Brunswick à protéger 10 % des terres de la province d'ici 2020.

Le ministre de l'Énergie et du Développement des ressources, Mike Holland, en a fait l'annonce au parc national Fundy. Il a affirmé que le Fonds de la nature du Canada du gouvernement fédéral aidera le Nouveau-Brunswick à atteindre son objectif.

Cinq organismes environnementaux et de conservation - la Société pour la nature et les parcs du Canada, le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick, Conservation de la nature Canada, Nature NB et la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick - ont publié une déclaration commune.

Ils font valoir que la conservation de plus d'habitats protégera les plantes et les animaux indigènes et migrateurs, y compris les espèces en péril, qui dépendent d'habitats au Nouveau-Brunswick pour leur survie.

La rivière Restigouche devrait figurer sur la liste

Selon Roberta Clowater, directrice générale du chapitre néo-brunswickois de la Société pour la nature et les parcs du Canada, il est probable que la rivière Restigouche, dans le nord de la province, figure sur la liste des espaces qui seront protégés, à cause de sa populations de saumons.

[La rivière] est très importante pour le tourisme dans le nord de la province. Beaucoup d'emplois en dépendent, dit-elle.

Elle estime que des aires côtières qui comprennent des plages, des dunes, des falaises et des marais devraient aussi être ajoutées à la liste.

De larges consultations

Le ministre Holland précise que les groupes de conservations, les Premières Nations et les exploitants de ressources naturelles seront consultés avant l'établissement de la liste définitive des espaces qui seront soustraits au développement et d'un échéancier.

À l'heure actuelle, la province affiche le deuxième plus faible pourcentage de terres protégées totales par rapport au reste du Canada, avec 4,6 %. L'Île-du-Prince-Édouard a le plus bas niveau, avec 3,1 %.

À l'échelle du pays, le Canada a pris des engagements internationaux pour protéger 17 % de ses terres d'ici 2020.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !