•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hexo rapporte une perte de 56,7 M$ au quatrième trimestre

Une affiche de l'entreprise Hexo Corp.

Les serres de l'entreprise Hexo Corp dans le secteur de Masson-Angers à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Bergeron

Radio-Canada

Le producteur de cannabis Hexo dit avoir perdu 56,7 millions de dollars au dernier trimestre, comparativement à la perte de 10,5 millions de dollars au même trimestre de l'an dernier.

Les revenus nets du quatrième trimestre se sont établis à 15,4 millions de dollars, comparativement à 1,4 million de dollars au même trimestre de l'an dernier, avant la légalisation du cannabis récréatif au Canada, et à 13,0 millions de dollars au troisième trimestre.

La société gatinoise, principal fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC), avait prévenu, plus tôt ce mois-ci, que ses recettes pour le trimestre terminé le 31 juillet oscilleraient entre 14,5 millions de dollars et 16,5 millions de dollars, soit bien en deçà des 26 millions de dollars évoqués précédemment.

Hexo avait cité des ouvertures moins rapides que prévu de boutiques de cannabis, principalement au Québec et en Ontario, un retard dans l'approbation de la vente de produits dérivés du cannabis et des signes de pression sur les prix.

Les analystes tablaient sur des revenus de 16,04 millions de dollars ainsi que sur une perte nette de 13,85 millions de dollars, ou six cents par action, d'après les données compilées par la firme Refinitiv.

Ces résultats sont dévoilés alors qu'Hexo vient d'annoncer le licenciement de 200 employés afin d'assurer sa rentabilité ainsi que sa stabilité à long terme.

Hexo a également retiré ses prévisions pour l'exercice 2020, où l'entreprise escomptait générer des revenus nets de l'ordre de 400 millions de dollars.

Cela s'ajoute au départ récent de son chef de la direction financière, Michael Monahan, après seulement quatre mois en poste. La nouvelle avait soulevé des interrogations chez certains analystes, qui se demandaient si ce départ ne cachait pas autre chose.

Le marché noir encore présent

La persistance du marché noir ne facilite pas la tâche de l'entreprise gatinoise, a rappelé le PDG d'Hexo, Sébastien St-Louis.

Le marché noir reste important au Canada, a-t-il indiqué mardi lors de la présentation des résultats du quatrième trimestre de l'entreprise.

Pour ce faire, l'entreprise a lancé Original Stash, un produit en vente dans les succursales de la SQDC pour 4,49 $ le gramme, taxes incluses - soit un coût moins élevé que le coût moyen d'un gramme de cannabis, qui se situe à 7,37 $ à la SQDC et à 5,59 $ le gramme s'il est vendu de façon illicite.

Bertrand Schepper, chercheur à l’Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) fait remarquer qu'après la légalisation dans l'État du Colorado aux États-Unis, le constat était le même en ce qui concerne le marché noir.

Le marché était surestimé, donc oui, une forme de bulle. En même temps, il y avait peut-être des espérances trop rapides que du jour au lendemain le marché noir disparaisse. Or, quand vous regardez ce qu'il s'est produit par exemple au Colorado, on remarque que c'était à peu près impossible, a expliqué Bertrand Schepper.

Il y a des estimations d’éradication du marché noir qui devrait se faire sur une perspective de 10 à 15 ans, et même là, il va toujours y avoir une partie de marché noir dans la vente du cannabis, a-t-il ajouté.

M. Schepper a rappelé que l’action d'Hexo a commencé à moins de 1 $ en 2015, qu’elle a atteint 9 $ en octobre 2018, mais qu’elle a chuté de 22 % quelques mois plus tard.

Lundi, à la clôture de la Bourse, l'action était à 3,03 $.

Avec les informations de La Presse canadienne et de Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Cannabis