•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 projets pilotes pour améliorer le déneigement à Québec

Un piéton dans une rue enneigée, à Québec.

Un piéton dans une rue enneigée, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Ville de Québec annonce cinq projets pilotes pour améliorer la qualité du déneigement sur le territoire cet hiver. La plupart des initiatives profiteront aux piétons, aux utilisateurs du transport en commun et aux cyclistes.

On travaille beaucoup avec les déplacements actifs, notamment. L’aspect piétonnier est pris en compte dans plusieurs des projets, explique le conseiller municipal responsable des politiques de déneigement, Jérémie Ernould.

Ça faisait partie de nos discussions qu’on a eues avec les citoyens. On a bien entendu le message et on souhaite améliorer les services.

Les différentes initiatives seront présentées aux résidents des secteurs touchés lors de séances d’information cet automne et plusieurs milliers de dépliants seront distribués.

1. Axes piétonniers prioritaires

Dans le cadre du premier projet pilote, la Ville de Québec redoublera d’efforts pour déneiger les trottoirs sur trois axes piétonniers jugés prioritaires.

Les secteurs visés sont ceux du Cégep Limoilou, la rue du Prince-Édouard dans le quartier Saint-Roch et la rue Victoria, y compris l’escalier qui permet aux piétons de faire la transition entre la Basse-Ville et la Haute-Ville.

Environ 750 mètres de trottoirs seront donc déneigés dès les premiers centimètres tombés au sol.

Ces trois secteurs ont été choisis en fonction de leur achalandage.

Les trois « axes piétonniers prioritaires »

  • Trottoirs du boulevard Benoît-XV et de la 14e Rue, entre la 1re et la 8e Avenue
  • Rue du Prince-Édouard, entre les rues Saint-Anselme et du Pont
  • Rue Victoria, entre le chemin Sainte-Foy et la rue Boisseau

2. Optimisation des opérations de soufflage

Avec les 405 centimètres de neige tombés l’hiver dernier à Québec, soit environ 100 cm de plus que la moyenne habituelle, de nombreux résidents en périphérie du centre-ville ont vu d’immenses bancs de neige prendre forme sur leur terrain.

Photographie d’un banc de neige située sur un terrain privé d’un quartier résidentiel de Québec. Un panneau ARRÊT est presque entièrement dissimulé par la neige soufflée.

L'hiver dernier, des résidents ont demandé à la Ville de Québec de ramasser une partie de la neige ayant été soufflée sur leur terrain.

Photo : Radio-Canada

Cette année, la Ville tentera de réduire l’impact du soufflage sur les terrains résidentiels de deux quadrilatères ciblés dans les secteurs Sainte-Foy et Charlesbourg.

L’objectif consiste à garder une largeur de rue sécuritaire dans ces secteurs tout en entassant un maximum de neige en bordure de rue avant de déclencher une opération de soufflage.

Parmi les avantages pour les résidents, Jérémi Ernoul énumère des bancs de neige moins élevés, des opérations moins fréquentes, moins de risques de bris et des enjeux sur les stationnements limités.

Quadrilatères du projet pilote

  • Secteur Sainte-Foy : quadrilatère formé par les boulevards Neilson et Pie-XII, le chemin des Quatre-Bourgeois et l’autoroute Duplessis
  • Secteur Charlesbourg : secteur bordé par les rues des Pruches et des Pâquerettes ainsi que les boulevards du Loiret et Henri-Bourassa

3. Déneigement des abribus

Côté transport en commun, la Ville s’engage à mieux déneiger 31 abribus du réseau, principalement sur les parcours Métrobus 800 et 801.

Après une chute de neige importante, les arrêts ciblés seront déneigés sur une longueur de 20 m dès la nuit suivante, plutôt qu’au moment de la prochaine opération de déneigement sur l’ensemble du territoire.

Les usagers du transport en commun n’auront donc plus à enjamber un banc de neige entre le trottoir et l’autobus pour monter ou descendre du véhicule.

Un autobus du RTC est enlisé sur la rue D'Aiguillon.

La neige en bordure d'une trentaine d'abribus sera ramassée plus rapidement.

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

4. Déneigement en alternance

Dans le quartier Maizerets, la Ville de Québec testera les opérations de déneigement en alternance, c’est-à-dire que la neige d’une moitié des rues sera ramassée pendant la première nuit et l’autre moitié le sera le lendemain.

Les résidents qui doivent se stationner dans la rue et déplacer leur véhicule lors des opérations de déneigement peuvent donc espérer trouver un espace libre sur une rue voisine.

Cette nouvelle façon de faire sera testée dans les rues situées entre le boulevard Montmorency, l’avenue D’Estimauville, l’avenue Bergemont et la 24e Rue. La neige sera ramassée la première nuit dans les rues dont le tracé apparaît en bleu sur la carte ci-dessous, et la deuxième nuit pour celles tracées en rose.

Carte des rues qui seront déneigées en alternance.

La Ville de Québec expérimentera le déneigement en alternance lors des opérations d’enlèvement de la neige dans le quartier Maizerets.

Photo : Ville de Québec

5. Vélo quatre saisons

Pour la première fois cet hiver, les cyclistes qui souhaitent se déplacer à vélo pendant la saison froide auront 7 km de trajet entièrement déneigé.

Le corridor Père-Marquette, de la colline Parlementaire à l’Université Laval, sera entretenu pendant toute la saison.La Ville de Québec a choisi ce parcours pour son achalandage et en raison des différents aménagements cyclistes.

Les employés municipaux auront à entretenir des bandes cyclables sur rue, des chaussées désignées et des pistes cyclables hors rue.

Bilan au printemps

L'administration Labeaume fera le bilan de tous ces projets pilotes à la fin de l'hiver.

D'entrée de jeu, Jérémie Ernould affirme que certains d'entre eux pourraient être ajustés et renouvelés pour quelques années afin de bien mesurer leur efficacité.

Dans l'opposition, le conseiller de Démocratie Québec estime que la Ville a vu juste en voulant offrir un meilleur service aux piétons, aux cyclistes et aux automobilistes qui peinent à se stationner pendant les opérations de déneigement.

Jean Rousseau aurait toutefois aimé que la Ville s'engage à évaluer plus rapidement ces initiatives et à les rendre permanentes au besoin.

Après un an, on est capable de voir si c'est réaliste ou si ça ne l'est pas, juge-t-il. Je me serais attendu à ce qu'on puisse élargir ce programme dès l'an prochain pour inclure davantage de trottoirs, davantage de rues en alternance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !