•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amanda Simard demande des comptes au sujet du Commissariat aux services en français

Une femme parlementaire s'exprime avec d'autres personnes autour d'elle.

La députée indépendante de Glengarry—Prescott—Russell, Amanda Simard, pose une question en Chambre au sujet de l'indépendance du commissaire aux services en français.

Photo : Radio-Canada

Julie-Anne Lamoureux

En cette rentrée parlementaire à Queen's Park, la députée indépendante Amanda Simard demande au gouvernement de Doug Ford quand il rétablira l'indépendance du Commissaire aux services en français de l'Ontario.

Le Commissariat aux services en français de l'Ontario sera-t-il rétabli tel qu'il l'était avant d'être intégré au Bureau de l'ombudsman?

C'est une des questions qui ressort de cette première journée de reprise des travaux à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Il n'est pas indépendant du Bureau de l'ombudsman. Il est sous l'égide de l'ombudsman. Et avant, il était une institution indépendante.

Amanda Simard, députée indépendante de Glengarry—Prescott—Russell

Caroline Mulroney se fait rassurante

Le Commissariat a été intégré au Bureau de l'ombudsman en mai dernier à la suite de compressions annoncées dans l'énoncé économique de l'automne dernier.

Le gouvernement évoquait alors le déficit budgétaire provincial pour justifier cette décision qui a soulevé la colère des Franco-Ontariens.

Une femme avec un veston gris foncé, devant plusieurs journalistes et des micros.

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, en point de presse après la première période de questions depuis la rentrée parlementaire.

Photo : Radio-Canada

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, accuse les partis d'opposition d'inquiéter les Franco-Ontariens, lorsqu'ils affirment que leurs préoccupations ne seront pas entendues par le Bureau de l'ombudsman.

Je voudrais que l'opposition cesse de dire cela, je ne veux pas que les Franco-Ontariens pensent qu'il n'existe pas de bureau auquel ils peuvent venir déposer leurs plaintes, a-t-elle expliqué lors d'un point de presse après la période de questions.

Caroline Mulroney assure que le Commissariat aux services en français est indépendant du gouvernement et des partis politiques.

Son bureau va fonctionner comme il fonctionnait auparavant. Toutes ses responsabilités ont été transférées au sein du Bureau de l'ombudsman [...] Je comprends que les Franco-Ontariens ont des inquiétudes, mais le commissaire n'a pas encore été choisi, n'est pas encore en place. Alors je demanderais aux Franco-Ontariennes, Franco-Ontariens de donner un peu de temps pour qu'on puisse choisir le nouveau commissaire et qu'on puisse voir le travail qu'il va faire.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l'Ontario

Caroline Mulroney n'a d'ailleurs pas voulu dire s'il est possible de revenir à l'ancien modèle.

Les compressions à l'ombudsman entraîneront-elles des économies?

Une femme habillée en noir parle devant deux micros.

La députée indépendante Amanda Simard, en entrevue après la première période de questions de la rentrée parlementaire, alors qu'elle a posé des questions à Caroline Mulroney quant à l'indépendance du nouveau commissaire aux services en français.

Photo : Radio-Canada

Amanda Simard a aussi demandé au gouvernement de préciser quelles sont les économies réelles réalisées par l'intégration du Commissariat aux services en français au Bureau de l'ombudsman.

Selon elle, la ministre Caroline Mulroney répète que rien n'a changé, qu'il s'agit des mêmes ressources, que c'est la même chose et qu'il n'y a aucune différence.

C'était la justification du gouvernement à l'époque, faire des économies, maintenant on ne peut même pas dire c'est quoi les économies.

Amanda Simard, députée indépendante de Glengarry—Prescott—Russell

Amanda Simard dit ne toujours pas avoir eu de réponses à ses questions.

Elle espère pouvoir obtenir cette information dans les prochains jours.

Le Bureau de l'ombudsman est toujours à la recherche d'un candidat pour diriger son unité des services en français.

Avec des informations de Francis Beaudry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale