•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 50 ans naissait Internet

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Tableau de bord avec plusieurs commandes, l'ancêtre du routeur

« Interface Message Processor », le premier « routeur » de l'histoire

Photo : Wikimedia Commons

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le 29 octobre 1969, un petit groupe de recherche de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) réussissait, pour la première fois, à envoyer un message d'un ordinateur à un autre. Cinquante ans plus tard, retour sur cinq innovations qui ont marqué l'évolution d'Internet.

1. Arpanet, l'ancêtre d'Internet

Arpanet est le premier réseau qui fonctionne par la commutation de paquets, soit des données découpées de façon à ce qu'elles s'envoient plus facilement d'un point à un autre. Il a été développé aux États-Unis sous l'égide de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), une agence de recherche technologique du département de la Défense des États-Unis. Arpanet est l'acronyme anglais pour désigner le réseau de l'ARPA.

L'invention d'Arpanet découle d'une association entre militaires et universitaires. Le département de la Défense des États-Unis finançait depuis 1966 un programme visant à relier les universités mises sous contrat par l'agence à un même réseau, délocalisé, pour transférer des fichiers entre ordinateurs.

Il importe de faire la distinction entre Internet et son héritier le plus connu, le World Wide Web (le réseau mondial ou la toile), qui est de 20 ans plus jeune. La confusion est commune, puisque le World Wide Web est vraiment ce qui a permis à Internet d'exploser, surtout auprès du grand public, mais ce n'est qu'une application d'Internet parmi tant d'autres, comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le partage de fichiers en pair-à-pair.

Le 29 octobre 1969, à 22 h 30, Leonard Kleinrock et son aide-programmeur Charley Kline envoient à l'Insitut de recherche de Stanford le premier message électronique par le réseau Arpanet, à partir de l'UCLA. Le message devait initialement comprendre le mot « Login », mais seules les deux premières lettres « Lo » se rendent à destination avant que le système ne soit victime d'un bogue. Le mot entier ne sera transmis qu'une heure plus tard.

Des écritures à la main dans un registre datant de 1969. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le registre original contenant la note du professeur Kleinrock et de son équipe, confirmant l'envoi d'un premier message technologique par le Interface Message Processor.

Photo : Reuters / Fred Prouser

La transmission du message est rendue possible grâce à l'Interface Message Processor, première génération de ce qu'on appelle aujourd'hui un routeur.

Un professeur se tient à côté d'une machine datant des années 1960, l'Interface Message Processor, qui a permis l'envoi du premier message sur Internet. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Leonard Kleinrock, pionnier d'Internet, pose à côté de l'Interface Message Processor, première génération de ce qu'on appelle un routeur, en 1999 à l'occasion des 30 ans d'Internet.

Photo : Reuters / Fred Prouser

Les deux premiers « nœuds » sont alors établis, et Arpanet se raccorde rapidement à de nouvelles universités. Un nœud est un appareil électronique rattaché à un réseau et capable de créer, de recevoir ou de transmettre de l’information à travers un canal de communication. Un serveur, un poste de travail, un routeur, une imprimante ou un télécopieur peuvent constituer un nœud de réseau.

On compte 23 nœuds en 1971, 111 en 1977, et le nombre de nœuds augmente de façon exponentielle au fil des années. En 1985, on compte déjà près de 4 millions de nœuds interconnectés, et plus de 1000 ordinateurs à travers le monde y sont reliés.

Une carte présente des lignes et des points pour représenter les connexions entre différentes universités via Arpanet, l'ancêtre d'Internet.

Une carte représentant les « nœuds » et les connections d'Arpanet en 1972

Photo : Wikimedia Commons

2. Le courrier électronique

L’histoire du courrier électronique débute en 1965, quelques années avant la naissance d'Arpanet. Les premiers ordinateurs étant très coûteux, on cherchait à les utiliser efficacement en les partageant. C’est durant cette période que furent mis en place les premiers mécanismes informels d'échange de messages entre personnes sur des réseaux privés, afin de simplifier la communication entre ceux et celles qui utilisaient un ordinateur commun.

Toutefois, le courrier électronique prend vraiment son essor après la création d'Arpanet. Auparavant, les messages ne pouvaient être envoyés qu’aux utilisateurs et utilisatrices d’un même domaine et consultés, le plus souvent, sur la même machine que celle qui servait à écrire et à déposer les messages.

En 1971, Ray Tomlinson, qui travaille pour une firme engagée par la DARPA, réussit à s'envoyer un message au moyen de deux ordinateurs côte à côte. Il devait encore trouver un moyen pour que le programme différencie facilement un message local d’un message réseau.

Il décide d'utiliser le symbole @ (arobase) pour distinguer le nom d’utilisateur du nom d’hôte. C'était l'un des seuls caractères qui n’étaient utilisés dans aucun nom propre, et surtout, dans aucun nom d’entreprise.

Par la suite, le courriel sera très utilisé au sein du réseau Arpanet et le restera tout au long de l'histoire d'Internet.

3. Le World Wide Web

En 1989, l'informaticien Tim Berners-Lee travaille pour l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), en Suisse, qui accueillait des scientifiques de partout sur la planète qui souhaitaient utiliser son accélérateur de particules. M. Berners-Lee constate alors que toutes ces équipes ont de la difficulté à s'échanger des informations.

Sa solution : créer un système hypertexte distribué sur le réseau informatique pour que les collaborateurs et collaboratrices puissent s'échanger les informations au sein du CERN. En mars 1989, il met sa vision sur papier dans un document intitulé Information Management: A Proposal.

Au départ, son patron est un peu sceptique, mais le laisse tout de même travailler au projet. Dès 1990, Berners-Lee met au point les trois technologies qui demeureront, jusqu'à aujourd'hui, les fondations du web, soit le HTML (le langage de formatage pour le web), l'URI (aussi appelé URL, cette sorte d'adresse unique utilisée pour identifier chaque ressource sur le web) et le HTTP (qui permet de récupérer les ressources liées à travers le web).

Tim Berners-Lee crée aussi le premier navigateur web, destiné au projet World Wide Web lui-même et qui est hébergé sur son ordinateur personnel.

Trois « W » verts et blancs forment le premier logo du World Wide Web.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Logo historique du WWW, créé par Robert Cailliau. Constitué de 3 W utilisant la police Optima Bold, selon Cailliau lui-même.

Photo : Wikimedia Commons

À la fin de 1990, la première page web est accessible sur Internet, et en 1991, des personnes extérieures au CERN sont invitées à se joindre à la nouvelle communauté web. Berners-Lee se rend vite compte du potentiel qu'aurait le web s'il était démocratisé.

Avec d'autres, il commence à plaider pour la démocratisation du web et fait pression sur le CERN pour qu'il offre le code en licence gratuite, pour toujours. Le CERN accepte, et la décision est annoncée en avril 1993, déclenchant une vague mondiale de création, de collaboration et d'innovation jusqu'alors inégalée.

4. Napster et le partage de fichiers en pair-à-pair

Le pair-à-pair (peer-to-peer ou P2P) a grandement marqué Internet, pour le meilleur et pour le pire. C'est un modèle d'échange où chaque entité du réseau est à la fois client et serveur, contrairement au modèle client-serveur. Plusieurs programmes précurseurs se sont basés sur ce modèle, comme Usenet (1980) ou Kermit (1981).

Le modèle explose avec l'introduction de Napster en 1999, développé par Shawn Fanning alors qu'il est encore un étudiant de première année à la Northeastern Univeristy. Le concept est simple et très efficace : les internautes téléchargent un logiciel gratuit qui cherche les disques durs locaux des ordinateurs avoisinants pour des fichiers MP3, qui peuvent être téléchargés d'un ordinateur à l'autre.

En moins d'un an, Napster compte plus de 1 million de membres. Deux ans plus tard, le groupe Metallica engage des poursuites contre l'entreprise, et en juillet 2001, Napster est fermé, échouant à devenir un service payant et suffoquant sous les documents juridiques.

Après la fermeture de Napster, le partage de fichiers en pair-à-pair se développe à une vitesse fulgurante, avec de nouveaux logiciels qui ébranlent les fondations juridiques et économiques des sociétés. Pensons au Bitorrent (2001), un véritable cauchemar pour les droits d'auteur, ou au Bitcoin (2009), une technologie que les banques et les gouvernements prennent de plus en plus au sérieux.

5. YouTube, Facebook et les réseaux sociaux

Depuis quelques années, le web a pris un virage résolument marqué par les réseaux sociaux. Aujourd'hui, il est impossible d'imaginer nos vies sans leur influence, mais il ne faut pas oublier que ces nouveaux acteurs sont très récents dans la grande histoire d'Internet. Facebook a été fondé en 2004, YouTube, en 2006, Instagram, en 2010...

Aujourd'hui, alors qu'on célèbre les 50 ans d'Internet à l'UCLA (Nouvelle fenêtre), Leonard Kleinrock pose un regard en demi-teinte sur l'univers que son expérience de 1969 a permis de créer.

Je n'avais pas du tout vu venir l'aspect "réseaux sociaux". Je pensais faire communiquer les gens avec les ordinateurs, ou les ordinateurs entre eux, mais pas les gens entre eux, racontait-il à l'Agence France Presse récemment.

En un sens, c'est une invention très démocratique. Mais elle recèle aussi une formule parfaite pour le côté sombre de l'humanité. [...] Il y a tellement de choses criées en ligne que les voix modérées se retrouvent noyées et les points de vue extrêmes sont amplifiés, répandant la haine, la désinformation et les abus.

Avec les informations de The Next Web, Les Échos, et World Wide Web Foundation

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !