•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ford annonce le licenciement de 450 employés à son usine d'Oakville

Des voitures neuves alignées.

Des véhicules Ford et Lincoln à l'usine d'assemblage d'Oakville

Photo : Reuters / Chris Helgren

Radio-Canada

Le constructeur automobile Ford affirme qu'environ 450 employés seront licenciés au début de l'année prochaine alors qu'il mettra un terme à la production du Flex et du Lincoln MKT à son usine d'assemblage d'Oakville.

Il s'agit de la deuxième annonce du genre en moins d'un an pour les travailleurs de l'usine.

En juillet dernier, le constructeur avait annoncé le licenciement de 200 employés. Les ventes des véhicules Flex et Lincoln MKT, assemblés à Oakville, ont ralenti depuis quelque temps, indiquait déjà Ford à l'époque.

Dave Thomas, président de l'unité locale 707 d'Unifor, qui représente 4500 employés de l'usine d'Oakville, affirme : Nous avions été informés à ce moment-là que la restructuration se poursuivrait début 2020 [...], donc ils confirment ce qu'ils nous avaient dit. C'est une nouvelle très difficile pour nos membres.

Nous avons absolument besoin d'un nouveau produit et nous communiquons avec Ford là-dessus depuis un certain temps maintenant, alors nous espérons que Ford investira de l'argent.

Dave Thomas, président de l'unité locale 707 d'Unifor

Dave Thomas dit aussi espérer que les gouvernements provincial et fédéral apporteront leur aide.

Il ajoute que les personnes concernées par ces mises à pied devraient en être informées durant la première semaine de novembre.

Le gouvernement de l'Ontario se dit déçu de la décision du constructeur automobile. Dans un communiqué, le ministre du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce, Vic Fedeli précise avoir parlé directement avec la direction de Ford et que son ministère contactera les employés touchés prochainement pour leur offrir de l'aide.

La cheffe de l'opposition officielle à Queen's Park, Andrea Horwath, reproche au gouvernement progressiste-conservateur de ne rien faire pour sauver les emplois dans l'industrie automobile. Nous pressons le gouvernement [...] de mettre une stratégie automobile en place qui non seulement garde les emplois que nous avons, mais fasse de nous des leaders dans la construction des véhicules du futur, a affirmé la cheffe du Nouveau Parti démocratique de l'Ontario.

Un contexte difficile pour l'automobile en Ontario

Des négociations entre Unifor et Ford sur un nouveau contrat de travail sont aussi prévues l'an prochain.

Selon Yan Cimon, professeur à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, ce cycle de discussions tournera sans doute beaucoup autour des nouveaux véhicules de la compagnie. L'entreprise s'est donné comme mission dans l’année qui vient [...] de proposer de nouveaux véhicules pour 75 % de sa gamme. C'est à peu près le barème qu'ils se sont donné.

Il faudra voir si Ford sera en mesure de proposer autre chose pour l'usine d'Oakville, mais les compressions actuelles ne rendent pas nécessairement optimiste.

Yan Cimon, professeur à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval

Il affirme aussi que les ventes du Flex et du Lincoln MKT n’ont jamais vraiment décollé sur le marché américain et que dans le domaine de l'automobile, la survie des usines dépend bien évidemment de la popularité des modèles.

Plus généralement, il observe une tendance à la baisse de l’empreinte manufacturière du secteur en Ontario. L'industrie y serait à un point charnière. Soit elle verra une diminution de plus en plus importante de son empreinte, soit elle opérera un changement en mettant davantage en avant ses compétences en matière de technologie dans les véhicules.

Ford a la chance d'avoir des installations qui peuvent être intéressantes en Ontario et des travailleurs très bien formés parmi les meilleurs de l’industrie. Ils coûtent plus cher qu'au Mexique par exemple, mais lorsqu’on regarde la combinaison de qualité produite avec le type de main-d’oeuvre, il y a probablement lieu de faire des aménagements dans la structure de coût pour promettre de nouveaux produits chez Ford, pense-t-il.

Mais si les compagnies du secteur et les pouvoirs publics ne font rien, selon lui, on ne sera que spectateur de l'érosion de l'industrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie automobile

Économie